CATEGORIES

jeudi 12 septembre 2013

MORINA, JE NE T'OUBLIERAI JAMAIS



On ne peut mesurer l'intensité, 
D'une véritable amitié,
Tant qu'elle n'est pas éprouvée. 
Le jour tout doucement se lève, 
Morina est là, comme dans un rêve. 
M'aidant une fois encore, à me lever,
En m'écoutant en silence pleurer. 

Une amie présente et fidèle,
Qui pour moi, n'a eu de trêve,
Afin de panser ma douleur.
Partageant son coeur tout en chaleur
Affichant son sourire tout en couleur
Derrière un regard pailleté de douceur.
Je me souviens des nuits folles,
Où nous dansions jusqu'à l'aube,
Des week-ends à Porquerolles ou à Bandol
Tout en farniente sous de vieux parasols.

Morina, je ne t'oublierai jamais,
Pour tout ce que tu m'a donné.
Grâce à tes folies et à ta gaieté
Je me suis réparée sans pleurer.
 Morina, je n'oublierai jamais,
Notre amitié, malgré les années,
Qui, sournoises, se sont défilées,
Mais que chronos n'a su effacer.
Tyrhen, qui un soir nous a quitté,
Par delà les cieux embrumés,
Ne peut comme moi que t'en remercier.

Extrait du recueil de l'Auteure : Jessie