CATEGORIES

mercredi 9 octobre 2013

PARIS COULEURS D'HIER ET D'AUJOURD'HUI



Sous les ponts de Paris coule perpétuelle la Seine,
Qui murmure les joies, les rêves et les peines
Des titis, des touristes et des étrangers installés
Qui rêvent de paix, de gloire et de beauté.
Sur les rives millénaires, la liberté,
Jadis, durement et lourdement payée,
Se traîne et se promène sur les berges de la Seine.
Paris, capitale libérée où, les immigrés se ramènent.
Envieux, jaloux, ils veulent tous, sans gêne,
Profiter de nos libertés arrachées
A coups de douleurs, de cris et de cognées.
Liberté, qu'ils n'ont jamais gagné,
Ici ou ailleurs, pour n'avoir pour elle, jamais lutté.

Paris passion, Paris la Joconde,
Paris révolution, Paris la fronde,
Où l'on flâne en cœur, l'âme vagabonde.
Capitale des poètes, des artistes et des Comtes.
Des Rois, des Duchesses et des Vicomtes
Paris des clodos et des gigolos,
Ville des rupins et des prolos,
Métro, boulot, bistrot, dodo.
Paris des catins et des salauds.

Paris rebelle, des nanars et des gavroches,
Ville royaliste devenue soudain républicaine,
A coup de faux, de fourches et de galoches,
Où le Roi s'est éclipsé, planqué dans son carrosse,
Flanqué d'une épouse plus dépensière que Reine,
Avec son lot de mioches, ses échecs et ses valoches.
Incitant ainsi, les paysans affamés devenus soudain patriotes,
A virer hors de France les nobles inutiles, d'avides fiotes
Pour avoir abusé des citoyens et des grasses brioches,
Après avoir vidé du trésor son coffre et leurs poches.

Paris où les parisiens partent en goguette
Pour quelques sombres guinguettes
En robe sans paillette, en jeans ou salopette
Quand d'autres, plus friqués s'invitent chez Eiffel
Chez Maxim's, chez Michou ou chez Castel,
Qui, en guise d'un au revoir leur offre
Une note qui ne manque pas de sel.

Paris fitness, Paris business,
Où tous se traquent et troquent avec ou sans finesse.
Paris des raseurs, des perdants et des gagneurs
Des culs assis entre bonheur et malheur.
Paris des soirées et des sommeils libertins
Des petits matins et des réveils puritains.
Paris qui me met le cœur en liesse,
Ville de mille folies et de folles ivresses.
Paris couleurs, tout en caresses
Paris mélange, Paris canaille
Aux heures de pointe, Paris pagaille.

Paris l'amoureuse, Paris la joyeuse,
Paris l'enjôleuse, Paris la frondeuse,
Paris l'allumeuse, Paris le flambeuse,
Où se perdent les idéalistes et les paumés,
De France, de Navarre et du monde entier,
En quête de bien être factice et de folles illusions,
De vie facile, trop facile, et de moult pognon.
Paris où les mômes se dandinent,se tortillent,chantonnent
Ronronnent, ronchonnes et parfois nous étonnent.

Paris où l'on voyage entre Montmartre et Mesnilmontant,
Des quais Saint Michel via Saint Germain des près,
Passant par l'Élysée l'illuminée et ses célèbres champs.
Paris où l'on se plaît à rêver, à aimer et à glander
Pour revenir en son gîte natal, dépités,et souvent fauchés.
Paris capitale des chimères, brodée de lumière,
Brillant tel un diamant aux quatre coins de la sphère,
Oscillant entre splendeur, assistanat et misère.
Belle Dame devenue célèbre, toujours noble et fière,
D'avoir eu un jour pour fils, Danton et Robespierre.

Poème extrait du recueil :
 '' Tout en poèsie, ni vue ni connue ''

de Jessie