CATEGORIES

vendredi 10 février 2017

BOYAN SLAT, LE SAUVEUR DES OCÉANS. UN JEUNE HOMME RESPONSABLE ET DÉTERMINÉ QUI RIDICULISE LE MONDE SCIENTIFIQUE ET CLOUE LE BEC A SES DÉTRACTEURS



L'été dernier j'avais suivi le projet de Boyan qui m'avait séduit. Puis ce soir, je me suis souvenue de ce jeune homme de caractère. Tout va bien pour lui.
Ce jeune homme du haut de ses 20 ans s'était donné une mission. Sauver la planète, sauver les animaux marins et l'environnement. Un génie qui a décidé de sauver la planète malgré l'Humanité crado et irresponsable.

Son nom Boyan Slat, un jeune Néerlandais, s’est donné pour mission de nettoyer les océans et de prouver que cela était possible. Il suffisait d'y penser et de plancher sur son projet. Il est parvenu à débuter la première phase de son concept, à savoir le déploiement d’un prototype de barrière filtrante pour capter les déchets plastiques.

Le rêve de Boyan Slat est devenu réalité. Il a lancé son prototype de barrière filtrante pour débarrasser les océans des déchets plastiques, qui s'y déversent par millions de tonnes chaque année. Le projet inédit va être testé durant un an en mer du Nord. Les résultats sont concluants.
Avec son entreprise Ocean Cleanup (nettoyage des océans ) Boyan veut lutter contre la soupe plastique de l'océan, qui a un impact néfaste considérable sur l'environnement et les animaux marins. Entraînés dans les 5 principales gyres, des courants marins circulaires, les plastiques forment d'énormes plaques de déchets, que l’on compare à des ''continents de plastique''. Pour les éradiquer, il a eu une idée, utiliser les courants marins. ''Pourquoi irions-nous vers les déchets, alors que les déchets peuvent venir à nous ?!'', a expliqué tout simplement Boyan.




Pour ce faire, son équipe et lui-même ont conçu une barrière longue de 100 mètres, constituée de flotteurs et de filets capturant les déchets. Cette barrière flottante est la plus résistante au monde de part sa composition-caoutchouc – polyester...Elle est conçue pour supporter des charges de 80 tonnes. Elle permet de capturer les plus petits morceaux de plastique jusqu'à un millimètre de diamètre.

Elle a été déployée pour une durée d'un an dans la mer du Nord jusqu'en Juillet 2017. L’endroit a été choisi en raison de la puissance des courants liés à la marée. ''A la moindre petite tempête, nous aurons des forces plus puissantes que durant une tempête qui durerait une centaine d'années dans l'océan. Si le prototype peut survivre ici, il survivra partout'', a expliqué Boyan Slat. Et pourtant, jusqu'à la réalisation du concept, tout le monde le donner perdant. 


Les scientifiques en tête qui apparemment n'avaient pas compris le concept ni l'utilité. ''C’est peine perdue''…''irréaliste''…''utopie de jeunesse''… De nombreux articles parus lors de la présentation de Ocean Cleanup en 2013 avaient suscité des réactions négatives de la part de la communauté scientifique qui ferait mieux de fermer sa gueule et de réfléchir. Comme quoi, des diplômes et l'expérience ne sont pas une preuve d'intelligence. Ils croient tout savoir, mais ils ont une vision limitée et falsifiée du progrès. Seraient-ils tous fatalistes ?
Et pourtant…Rien n'est impossible, quant on veut se donner la peine de sauver la planète et quant on a la foi en ce que l'on fait.
Sans un Boyan, devons nous baisser les bras et continuer à nous lamenter tout en jetant nos ordures à la mer ? 
Ce genre de paradoxe, franchement, on s'en passe !

Un petit génie qui à force de courage, de détermination, et de travail, a relevé de nombreux défis et en particulier au niveau technique, plusieurs prototypes ont été construits de ses propres mains jusqu'à l'obtention du prototype idéal capable de tenir la mer par grand vent. Un fois le concept au point, il a réussi à convaincre des financiers qui ont cru en lui et qui ont compris le potentiel du concept.


Ainsi, il a cloué le bec à ses détracteurs, scientifiques, journalistes et autres pessimistes en tout genre qui avaient condamné d'emblée son projet sans se poser les bonnes questions… Lors d’une conférence de presse près de La Haye aux Pays-Bas, du haut de ses 18 ans, il avait déclaré avec une logique implacable qui tenait en une seule phrase ''Pourquoi irions-nous vers les déchets, alors que les déchets peuvent venir à nous?'' Ce qui réduit les efforts et les pertes de temps et d'argent. Pendant ce temps là, il peut penser et faire autre chose !


Boyan est un beau jeune homme intelligent, déterminé et ambitieux qui prouve que lorsque l'on se sert de sa cervelle et que l'on a la foi, on peut réaliser l'impossible.
En déployant un seul de ces systèmes durant 10 ans, il peut nettoyer la moitié du Pacifique. S'il multiplie les dispositifs, il nettoiera la planète en moins de 20 ans. Un tour de force inouï pour un homme qui aura à peine 40 ans.
Il y a fort à parier que certains trouveront encore à redire pour sauver la face. Qu'importe, croire en soi, croire en un rêve cohérent, s’en donner les moyens et les mettre en œuvre, c'est déjà un fabuleux exploit. Et je suis certaine qu'il réussira, car il le mérite plus que tout autre.




Ce sont les rêves les plus fous qui marquent notre civilisation. Il récoltera le plastique qui sera ainsi revendu aux entreprises de recyclage. Ainsi, il liera l'utile à l'agréable. Il sauvera les animaux marins pour un temps. Il pourra aussi être précieux, lors de nouvelles marées noires.
Mais malheureusement, il restera les déchets radio-actifs. mais il trouvera une idée ! Mais une chose est évidente, tous les pays et les entreprises se doivent de le subventionner pour son engagement d'utilité public. Boyan fait parti de ses hommes qui n'aura pas volé ni sa gloire ni son argent.

L'UE pourrait commencer par donner l'exemple au lieu de se servir avant de servir la planète face aux entreprises polluantes qu'elle soutient aveuglément. Que font nos écolos de papiers en dehors de palabrer à l'ombre de Bruxelles ? Par ailleurs, cela sert à quoi de se préoccuper du réchauffement climatique qui pour certains chercheurs serait plutôt un refroidissement, et sur lequel il y a beaucoup à dire pour n'avoir encore aucune certitude, si par ailleurs, on pollue au quotidien les terres, les océans, les fleuves et les rivières et tuant tout ce qui vit. Peut-on combattre l'inéluctable, quant on est pas capable de mettre un terme à ses propres dégradations ni à sa propre destruction ?




Moi, je te dis merci pour la planète et le monde animal !
Que les Dieux te protègent et te guident !
Je suis contente de t'avoir connu !