CATEGORIES

mardi 10 janvier 2017

UN PRÉFET DE RÉGION ÎLE-DE-FRANCE QUI SE MOQUE ÉPERDUMENT DES GENS QUI NE SONT PAS CONTENTS. LES MIGRANTS C'EST BON POUR LE BUSINESS



Le préfet de Région J.François Caraco :
'' Ils gueulent. Je m'en fous ! ''
Sur la question de l'accueil des migrants, le préfet de la région Ile-de-France a un avis très tranché. Il se dit prêt à passer outre l'avis des maires. Vive la ''démoncratie'' galopante !
Parlez de la question de l’accueil des migrants de Stalingrad à Carenco, et vous obtiendrez une réponse au couteau.
Lors d’une conférence de presse, Jean-François Carenco n’a pas fait dans la dentelle.
''Je vais installer des centres. Beaucoup gueulent pour la forme. Je m’en fous ! ''. Les gens ont peur de tout. On verra qui râlera vraiment lorsque ce sera fait, et combien de temps ils tiendront !''.

L’avertissement concerne ''ceux qui disent n’importe quoi, les groupes de pression et d’influence, comme pour les maires. Ils sont minoritaires. Arrêtons de remettre un jeton dans la machine''. Donc, pour être pris au sérieux et être entendu, il faut se pointer en masse.

Dans la pratique, Jean-François Carenco ne compte pas changer la méthode pour la mise en place des sites.
''Je ne vais pas commencer à en parler six mois à l’avance. Je préviendrai trois mois à l’avance. Après, ce sera à chaque préfet de communiquer ou pas ''. Ils se démerderont !

Il existera 79 centres d’hébergement dans toute l’Ile-de-France. Le département des Yvelines devrait en compter une demi douzaine. Plus on est de fous, plus on rit !
À l’évocation de Louveciennes, Carenco ne répond pas. Pour Rocquencourt, un conseiller acquiesce juste de la tête. Bonnelles revient sur le devant de la scène, ouf une réaction ! '' Ça se passe bien là-bas. Nous pourrions grossir le nombre de Tibétains accueillis. Je vais rouvrir le dossier, regardez ça !''. Des Tibétains ?, hé oui, cela nous change de l'Afrique !. La France est bel et bien la poubelle du monde, la misère devient son truc. On va tous se reconvertir dans l'assistanat.
Bref,l’avis des maires,'' il s'en fou !. Nul n’en saura plus.

Hors de question de livrer la liste des sites choisis, parce qu'il veut que cela se passe sans histoire et sans attiser les haines. ''Je ne veux pas que tout le monde aille les photographier, les filmer.'' C'est vrai, cela vaut mieux pour l'image de notre pays. Le grand remplacement doit se faire en douceur, ni vu ni connu !

Mais Jean-François Carenco ''veut avancer le plus vite possible. Je peux utiliser des anciens hôtels, des anciennes casernes de gendarmerie, faire installer des structures modulaires''. Effectivement, le champ des possibles est presque sans limite. Pourquoi cet accueil ?

Pour une seule raison, d'après lui :
''L’Europe va très mal, mais elle... attire. Et si d’autres migrants arrivent, nous les prendrons. Nous étudions d’ailleurs la possibilité de créer un troisième sas pour les recevoir, en plus de celui d’Ivry et de Paris. Le flux risque d’augmenter ? Ce n’est pas un problème. Le monde est comme ça ! ''. La France est devenue, en plus, fataliste et soumise. 

Le préfet dévoile la suite de son plan. L’idée est de vider Paris, puis de transférer les migrants vers les centres de la grande couronne, pour ensuite les envoyer en province. Reste à savoir sur cette même province est prête à les recevoir avec autant de dévouement. C'est qu'à la campagne, ils ne sont pas encore domptés et prêts à avaler n'importe quoi.
Mais tous n'arrivent pas à bon port. Carenco ne le cache pas.'' Près de 25% des personnes s’évaporent des centres pour revenir à Paris. Il faut les renvoyer. Il n’y a pas d’autre solution. C’est la vie ! '' Et cela va durer combien de temps ce manège ? Pas de réponse !

Mais que va-t-on leur offrir en plus d’un asile ?
La réponse est simple, peut-être empreinte d’ironie :
''Il s’agit de jeunes hommes plutôt en bonne santé. Ils apprennent vite et sont motivés. Beaucoup ont travaillé dans le bâtiment. Peut-être pourront-ils servir la construction du Grand Paris ? ''. AH, c'est ça, le plan de la main d'oeuvre bon marché !, et pour carotte des papiers ?.
Depuis 18 mois, le préfet de Région a géré un flux de 22000 personnes. D’ici fin Janvier, il espère l’ouverture de 1500 places pour l’Ile-de-France. Enfin si l'armée n'a pas pris le pouvoir !

En vérité, ce pauvre préfet est écœuré ! Comme nous tous, il n'en peu plus. Mais, il se tait !