CATEGORIES

vendredi 6 janvier 2017

SOS-YEMEN-GÉNOCIDE- L'ARABIE SAOUDITE S'ACHARNE SUR LE PEUPLE YEMENITE




Face au conflit ravageant le Yémen, les internautes se mobilisent et lancent une campagne de sensibilisation avec le hashtag #SOS_YemenGenocide, visant entre autres à dénoncer la partialité des médias mainstream.

Alors que les médias mainstream passent délibérément sous silence l'envergure du conflit au Yémen et le soutien qu'apportent les pays occidentaux, dont la France en tête, à l'Arabie saoudite principale responsable de la mort de 15000 civils dans les frappes, des internautes font front commun et lancent une campagne de sensibilisation avec le hashtag #SOS_YemenGenocide. Menée par l'une des cofondatrices de l'ONG anti-militaire féministe Code Pink, Medea Benjamin.


Pour rappel, les pays occidentaux ont récemment fait volte-face, selon certains sur pression de l'Arabie saoudite, et retiré leur appui aux Pays-Bas qui appelaient à présenter au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU une résolution demandant une enquête internationale sur les crimes de guerre au Yémen.

Ce revirement a poussé les Pays-Bas à retirer mercredi soir, date limite du dépôt des projets de résolution, leur projet, laissant le champ libre à un autre texte, défendu par Riyad, et qui sera discuté en l'occurrence vendredi, dernier jour de la 30e session du Conseil des Droits de l'Homme.


De son côté, le gouvernement yéménite a appelé l'ONU samedi dernier à intervenir au lendemain d'un massacre de civils, en référence au bombardement des rebelles bien sûr chiites, dans le sud-ouest du pays, théâtre de nouveaux combats meurtriers. Des obus tirés vendredi sur un marché du centre de Taëz ont tué 11 civils, dont deux femmes et une fille, et fait 60 blessés, parmi lesquels « plusieurs enfants, dont certains ont été amputés d'un bras ou d'une jambe.

Malgré la trêve officiellement en vigueur au Yémen depuis le 11 avril, les combats n'ont jamais cessé dans la province de Taëz où s'affrontent les rebelles chiites, accusés de liens avec l'Iran, et les forces gouvernementales soutenues depuis mars 2015 par une coalition arabe sous commandement saoudien. La Grande-Bretagne, les Etats-Unis et, bien sûr la France fournissent des armes aux saoudiens, pour le plus grand malheur des chiites qui étaient majoritaires dans leur pays depuis des siécles. Les chiites sont la bête noir des salafistes en Syrie, Irak,Yémen, Liban et Iran.

Le général saoudien Assiri, se permet de critiquer l'ONU pour avoir osé placé leur coalition arabe maudite sur la liste noire des pays qui violent les Droits des enfants et, pour crime contre l'humanité et crimes de guerre.
Dans son rapport annuel sur le sort des enfants victimes de conflits armés en 2016 dans 14 pays, l'ONU a notifié que la coalition de Riyad était responsable à 60% des 785 enfants tués et de 1168 mineurs gravement blessés au Yémen. Dernièrement, ils n'ont pas hésité à bombarder des écoles, tuant ainsi des dizaines d'enfants.
De plus, une famine dramatique sévit et, cause également de nombreux décès à cause des Saoudiens qui empêche toute aide humanitaire.

Le responsable militaire des Forces populaire yéménites, Abdollah Hessam, a affirmé que les agissements des mercenaires saoudiens étaient suivis de près et, que la coalition pro-saoudienne préparait de nouveaux mouvements au sud du Yémen.
Aux dires de ce responsable les forces yéménites ont frappé ce 5 Janvier les équipements militaires nouvellement entrés au Yémen par la voie maritime avec un missile balistique grâce à l'aide de leurs alliés.


       
       Ces photos ne sont pas de vulgaires photos truquées ou de vils mises en scène

Ainsi, l’avancée des saoudiens vers les positions de l’armée et des comités populaires à Kahboub a été stoppé.
Le responsable yéménite a fait état des divergences entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes Unis au sud du Yémen.
Il a affirmé que les services de renseignement émiratis ont demandé aux éléments d’al-Qaïda de revenir sur leurs positions dans la province d’Abyan.

Pour contrer l’Arabie saoudite qui a des plans pour s'emparer des champs pétroliers d’Abyan, les E.A.U ont appelé al-Qaïda à s’y s’implanter.
Selon lui, Riyad est affirmatif, quant à l'assassinat des chefs yéménites liés aux E.A.U, qu'il considère comme étant des ennemies.
Une confrontation des pays membres de la Coalition pro Riyad au Yémen semble pointer son nez, compte tenu de l'équilibre du pouvoir et des rapports de forces au sud du Yémen.
Deux chiens qui vont s’entre- tuer pour un même os.
Et bien, qu'ils s’entre-tuent, ils ne fairont pas défaut à l'humanité.

Face à ce massacre que fait la France bienfaitrice, si prompt à voler au secours des peuples en danger ?

Il est vrai que monsieur Hollande a mieux à faire que de se pencher sur le Yémen. La victoire de ces précieux semblables l'intéresse davantage.

Que tout le monde pollue leurs pages facebook avec les photos de leur victimes, et leur espace twitter, juste pour les empêcher de dormir.