CATEGORIES

lundi 30 janvier 2017

LE SILENCE ASSOURDISSANT DE L'UNION EUROPÉENNE ET DES ONG, ET EN PARTICULIER CELUI DE LA FRANCE DÉRANGE LES VRAIS HUMANISTES PRÉOCCUPÉS PAR LA SITUATION HUMANITAIRE D'ALEP



Pendant plusieurs mois, des gouvernements, Paris en tête, n'ont cessé de critiquer la Russie et la Syrie l'accusant de tous les maux, les diabolisant à outrance au nom d'une prétendus humanité, voulant écarter et se laver de tous les soupçons, et aujourd'hui, curieusement, ils sont devenus muets après avoir une fois encore baver qu'il fallait aider les Syriens. Mais voilà, ils ont encore parler pour ne rien dire, en sachant qu'ils ne feraient rien. Les politicards se sont tus, trop préoccupés de se faire élire en évitant de nous faire part de leur humanisme dont ils nous gavent si souvent plus à tort qu'à raison.
Alep, si chère à leur cœur a sombré dans l'oubli. Quant aux ONG occidentales si promptes à tendre la main, celles-ci auraient-elles baissés les bras où serviraient des lobbys qui selon leur objectifs se veulent ou non charitables ?.
Le Kremlin appelle les organisations humanitaires à aider les habitants de cette ville dévastée par une guerre dont ils se seraient bien passés, et à leur fournir une aide réelle.

Alors que les pays et les organisations internationales qui multiplient les déclarations concernant les conditions très difficiles qui règnent à Alep, ils n'entreprennent pourtant aucune démarche concrète pour aider la population civile, dénonce Moscou. Beaucoup de parole et aucune action.
Si Moscou, l'Arménie, la Biélorussie, la Serbie et le Kazakhstan ont acheminé leur aide à Alep, la ville n'a toujours pas vu arriver l'aide de nombreux autres pays occidentaux et leurs ONG, dont les représentants n'ont cessé, depuis leurs fauteuils, le téléphone en main de tenir des raisonnements humanistes au sujet des conditions de vie désastreuses des Syriens.

''Pour permettre à Alep de revenir à la vie civile, les Syriens ont besoin de pain et d'eau, mais aussi de verre, de tuiles, de ciment, de tuyaux et d'engins de chantier. Ils ont besoin d'une aide réelle et non pas de promesses vides de sens'' rappelle le Kremlin. Et ceux qui ont participé au chaos, devraient au moins avoir la décence de réparer leurs erreurs. Il est vrai qu'il leur est difficile d'aider les victimes, après avoir perdu la face et dépenser des centaines de millions à fond perdu. Si Alep reprend vie petit à petit, pour l'instant les Syriens n'ont aucun merci à dire.

Ce n'est pas la première fois que le Kremlin dénonce l'absence d'aide internationale à Alep. D'ailleurs même nous, nous n'avons aucun souvenir que l'on est fait, en France, la moindre collecte, trop préoccupée à gesticuler dans tous les sens et à mettre des bâtons dans les roues à ceux qui bougeaient trop leurs fesses.

Alep n'a reçu de l'aide uniquement du Centre russe de réconciliation des parties en conflit, du Comité international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge syrien. Le Kremlin a tenu à souligner que ''l'oubliʺ par les organisations humanitaires internationales de venir en aide aux démunis, sans parler des médias mainstream qui soudain sont devenus muets ne manquaient pas de susciter un certain étonnement à Moscou.

Mais doit-on vraiment s'en étonner ? Bien sûr que non !. L'Elysée est occupé par un ectoplasme visqueux et inutile qui ruine notre pays, au lieu de nous prouver enfin son humanisme dont il nous rabat les oreilles même lors de ses vœux hypocrites. Quant aux candidats qui veulent sauver notre pays d'un désastre programmé, aucun n'a prononcé encore la moindre observation, la moindre critique envers notre gouvernement ni lancé le moindre appel à l'aide ou à notre générosité légendaire.

Pourtant tous les gouvernements comme l'UNICEF et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires savent que depuis un mois, ils peuvent circuler et œuvrer à Alep, sans risquer leur vie. Mais ne soyons pas dupe, si l'Elysée ne fait aucun effort, il n'y a rien d'étonnant, ils ont perdu la face de part leurs mensonges honteux, leurs manipulations et leurs violations multiples, et surtout ils ont perdu de jolies parts de marché pour la reconstruction en plus du territoire convoité. Damas ne veut pas des entreprises Françaises sur leur territoire à la solde de leur gouvernement en kippa qui n'a servi que ses propres intérêts politiques.

Si le 31 Décembre, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité la résolution russe entérinant l'accord de cessez-le-feu en Syrie, saluant les efforts et les résultats obtenus grâce à la ténacité de Moscou, il n'y a pas eu d'action concrète pour corroborer leurs compliments. Soit cette reconnaissance à fait taire les pleutres comme Hollande et ses singes, mais Moscou aimerait que ces belles paroles soient suivis d'actes concrets. Ce serait plus constructif !

Et comme le dit si bien Moscou qui ironise : ''On a l'impression que les organisations internationales qui auparavant, avaient soi-disant beaucoup de mal à acheminer leur aide à Alep assiégée ont perdu soudain tout intérêt envers cette ville depuis qu'elle a été libérée !'' A quoi effectivement cela est dû ? Il n'y a plus de terroristes à entretenir ni de trafic d'organes à alimenter ni de pétrole et de terres à voler pour le bien d’Israël ! Et donc, aider Alep, c'est aider Bachar Al Assad, le méchant criminel qui a oublié de massacrer son peuple, c'est tourner le dos aux sionistes nazis et, cela est de toute évidence, au-dessus de leurs forces. Ils ont tant perdu et, ils ont encore tant à perdre.

La Russie et ses alliés donateurs ont fourni et livré ces derniers mois plus de 1000 tonnes de nourriture et des milliers de bouteilles d'eau à plus de 60 mille Syriens privés de l'essentiel, à cause d'Al-Nosra qui a fait effectivement du bon boulot en empoisonnant l'eau potable de la station de distribution, aujourd'hui, libérée. Sans oublier les 25000 bombes désamorcées et détruites à Alep. C'est plutôt pas mal pour un pays écrasé par des sanctions par les mêmes auteurs du chaos.