CATEGORIES

lundi 30 janvier 2017

LE PRÉSIDENT LIBANAIS MICHEL AOUN FAIT SAVOIR EN PARTICULIER A EMMANUEL MACRON, QU'IL SOUTIENT BACHAR AL ASSAD

Le président libanais Michel Aoun a accordé une interview, ce 28 Janvier, à la chaîne de télévision française LCI et répondu à des questions au sujet des États-Unis, du Liban et de la Syrie. Ceci quelques jours après la visite de Emmanuel Macron qui s'est permis de salir Bachar en le cataloguant de dictateur en faisant soutenant que son départ serait nécessaire... pour plaire à Israel et à ses souteneurs financiers dont il prends soin de cacher les noms. Comme je l'ai dit dernièrement suite au discours de Macron au Liban qui n'a même pas pris le soin de savoir qu'il parlait à des pro-Bachar pour être sur le terrain et bien informés contrairement aux sionistes, si Aoun apprends ce que cet arriviste a osé dire en public sur Bachar, la pilule ne passera pas. Bingo !

En ce qui concerne la Syrie, Michel Aoun est clair :
''La libération d’Alep a abouti au rééquilibrage des rapports de forces en Syrie au profit du gouvernement de Bachar al-Assad et, elle a rendu le terrain propice à un dialogue diplomatique. Bachar al-Assad restera le président de la Syrie et ceux qui réclament son départ ne connaissent pas bien ce pays. Sans l’actuel gouvernement syrien, nous aurions tous vécu dans une deuxième Libye. Bachar Al-Assad est la seule personne qui est en mesure de réunir toutes les parties et de réorganiser le gouvernement''. Voilà, ce qui a l'avantage d'être clair eMonsieur Emmanuel Macron devra retenir l'avertissement.

Quant au sujet de Donald Trump, Michel Aoun a répondu : ''Donald Trump réclame la révision de l’accord nucléaire, signé avec l’Iran, et il entend transférer l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Qods. Le Liban fait partie de ce monde, mais ce sont surtout, les Américains qui sont inquiets pour leur futur. Quant au Liban, c’est notre dernière chance de mettre sur pied un gouvernement puissant. Je défends la souveraineté nationale du Liban et, je soutiendrais le renforcement de notre armée, pour mieux protéger notre pays ''. Israël est donc prévenue.

Pour reconnaître un adepte du CRIF et des banques , c'est simple, il y a un signe qui ne trompe pas !
Les anti-Assad sont des sionistes pro-Israël, des républicains anti-français, qui détestent ceux qui soutiennent les anti-sionistes comme Damas, Moscou, Téhéran, Beyrouth, Pékin, et Oran. Nous sommes de suite estampillés cash... anti...sémites !
Anti-sioniste, anti-bolchevique, anti-nazi, anti-trotskiste, OUI ! Anti-sémite ? NON ! '' En ce qui me concerne, je n'ai rien contre les Éthiopiens ni contre les Sabéens ! ''