CATEGORIES

mercredi 4 janvier 2017

LA PRIMAIRE SOCIALISTE, ET SON LOT DE BRAS CASSÉS FIDÈLE AU POSTE. TOUS RÊVENT D’ÊTRE JUSTE PRÉSIDENT D'UNE NATION EN PERDITION

Côté socialistes, autant dire, que c'est la Bérézina. Au secours, à moi, l'armée ! Il n'y en a pas un pour relever l'autre. Tous leurs discours sont aberrants, cyniques et faux. Que ce soit Jadot en passant par Peilhon, Montebourg et Valls, on ne peut pas tomber plus bas dans les profondeurs insondables des abysses.
Manuel Valls, après un faux départ, revient à la charge, avec un nouvel angle d'attaque. Cette fois, c'est au nom d'une République ''forte''. Entre changement et continuité, la ligne de crête qu'a choisie Valls est aussi mince qu'une feuille d'OCB, au risque de se contredire.

On efface tout, et on recommence. Youpi ! Les blancos n'y verront que du feu !
Valls Manuel, le spécialiste des gauchos irréconciliables a soudain changé de cap '' En 5-6ans, vous avez changé, la société française aussi, moi aussi !'', a ainsi déclaré Valls. Heureuse de l'apprendre. Pour l'occasion, il a mis l'accent sur ce qu'il sait mieux faire, l'autorité, ''Une République forte'', plutôt que sur le ''rassemblement'' qui n'a rassemblé personne, une stratégie qui lui avait valu de vivre des grands moments de solitude.

Début Décembre dernier, il fut pris par un timing très serré. À cause de Fanfan, à qui il a fallu tirer l'oreille pour qu'il se réveille et cède le fauteuil royal. Fanfan rêvait et attendait un miracle, une divine surprise, une France en pleine activité et un peuple reconnaissant et fière d'avoir élu un tel homme à l'égale de Poutine, hélas, en vain.
Manuel Valls a ainsi dû quitter abandonner son beau costume de Premier ministre, pour jouer un candidat chanceux qui se voit déjà Président. Un homme déterminé à ne plus saboter nos lois ni à fustiger le peuple ni a nous prendre le chou avec la Shoah. Un Président sans kippa prêt à tout sacrifier pour refaire de notre pays un état puissant, capable de se gérer seul face à l'adversité. Mais voilà, il n'est pas du tout cet homme capable de nous rendre notre dignité et notre fierté.
Manuelo fut donc inaudible jusqu'à aujourd'hui, faute d'avoir respecté un temps de latence propice à l'amnésie des électeurs dont la mémoire semble devenir de moins en moins courte.

C'est ainsi que Manuel Valls a fait encore un faux-pas en se posant en défenseur de la démocratie parlementaire et en adversaire de l'article 49.3, après l'avoir utilisé pas moins de 6 fois, afin de passer outre la représentation nationale. Un record qui n'est pas prêt d'être battu !
Un changement beaucoup trop rapide et trop visible, pour passer inaperçu et échapper aux analystes, y compris chez les médias institutionnels, ce qui est un comble.

Les conseilleurs sont-ils les payeurs ? ''J'ai conseillé à Manuel Valls de lever un peu le pied, tant que les Français ont l'esprit dans la dinde et les marrons'', a claironné Philippe Doucet, député socialiste porte-parole du candidat Valls, dans la lorgnette de la Justice financière, pour des emplois fictifs et autres petites irrégularités, en tant que Maire d'Argenteuil. Sympa le duo !
Bref, Valls a 3 semaines pour nous convaincre qu'il est digne de notre confiance aveugle, et que notre démocratie et notre liberté d'expression sont à l'abri avec lui et qu'il ne nous faira plus chier avec Israel.

Valls : '' On me dit : "vous avez changé". Non, j'ai toujours voulu rassembler, dans la clarté. Je suis au centre même de ce qu'est la gauche ''. Mais non, ''Franco'' c'était une interrogation pas une affirmation ! Nous savons que personne ne change du jour au lendemain, cela demande un long chemin d'investigation. En fait, corriger ses défauts, ses mauvaises habitudes et ses raisonnements erronés, ce n'est pas si simple ! On ne change pas de ''religion'' en claquant des doigts.
Il nous affirme également qu'il a toujours voulu rassembler, malheureusement, il n'est jamais passer à l'acte. Il n'a réussi qu'une chose, se mettre tout le monde à dos.
Il dit être au centre de la Gauche. En fait il n'est plus à la droite de la gauche ni encore à la gauche de la gauche. En vérité, il est vraiment nulle-part. C'est juste un opportuniste.

UN PROGRAMME ANCRE SUR L'EUROPE
Valls a tenu à nous présenter son projet présidentiel, centré sur des propositions visant à ''refonder'' l'Union européenne sans en sortir, mais il veut malgré tout, permettre aux Français de ''reprendre la main''. Ce sont juste des mots pour nous amadouer. Pour reprendre le gouvernail, il faut extraire notre pays de ce nid à scorpions.
Il a aussi annoncé être opposé à l'entrée de la Turquie dans l'UE. Ce n'est pas un scoop, des pays de l'UE s'y opposent, donc il n'aurait pas de mal à faire barrage. Par ailleurs, il a oublié qu'il était le premier à vouloir la faire entrer. Si on l'avait écouté, il nous aurait mis dans de beaux draps. Face à cette observation, il nous a dit ''j'ai compris que ce n'était pas possible, il faut cesser de lui mentir ! ''. C'est effectivement, une bonne idée ! Il faut surtout cesser de se mentir à soi même. Un peu d’honnêteté nous fairez un grand bien !

''Pour moi, la question n'est pas de savoir si la gauche peut gagner. La gauche doit gagner. Car la France a besoin de progrès, de justice sociale, d'innovation. Elle a donc besoin de la gauche ''. Il pense certainement à Mélenchon, le seul candidat à avoir un programme détaillé, innovant, sociale, chiffré et cohérent. Quant au mot ''progrès'', je ne vois pas de quoi, il parle. Pour l'instant, on régresse sérieusement.

Face au ''déclinisme, au renoncement et à la vaste purge'' de la Droite et du FN, je suis candidat à la présidence de la République parce que je ne crois ni à la facilité, ni à la résignation'', a insisté Manuel Valls qui en bon sioniste à la solde du Crif veut croire que les souverainistes sont des gens résignés, fatalistes et qui choisissent la facilité. Ce qui est faux. Il faut un sacré courage, le goût du risque, et avoir un tempérament de gagnant, pour revenir à la case zéro, pour sauver notre navire, et cesser de dériver vers l'inconnu.
Et bien sûr, la candidature sera aussi ''celle d'une laïcité réaffirmée''. Que peut-on dire de plus de quelqu'un qui n'a rien fait pour sauver notre pays d'un déclin amorcé !

Son programme est un document four-tout de 50 pages, autant dire un programme minimaliste bâclé, très allégé et flou, qui comporte de surcroît un important volet de réformes consacrées à l'UEAutant dire pas grand chose de consistant ni de novateur pour la France.
Bruno Le Maire et Fillon ont un programme de 1013 pages très détaillé, tout pour la France. Idem pour Mélenchon.

Concernant l'UE.Jugeant certains écarts déloyaux au sein de l'UE, Valls propose d'instaurer un salaire minimum européen à géométrie variable suivant les pays soit 60% du salaire moyen. Sans plus de précision. En sachant que les smics de l'UE sont déjà très variables. La France ayant le smic parmi les plus élevés, on craint le pire. Il veut aussi ''encadrer dans un corridor'', avec un minimum et un maximum, les impôts sur les sociétés des Etats membres. Là, non plus, nous n'avons pas de précision.

Il veut une grande conférence pour ''refonder'' le projet européen. Il propose d'avancer avec les Etats volontaires faute d'accord à 27. Bref, il veut violer la convention, mais pas sortir de l'UE. Qui m'aime me suive !
En matière de discipline budgétaire, s'il entend respecter la règle européenne des 3% de déficit public maximum, sans nous dire comment il compte s'y prendre. Réduire les dépenses, augmenter les taxes, réduire les salaires,réduire leur train de vie, virer les bouches inutiles - députés, sénateurs et autres subalternes, coiffeur, maquilleuse, manucure, chauffeurs, majordome ?...Mystère !

Qu'a-t-il prévu de joyeux ? Il table sur deux quinquennats : côté Défense, objectif de 2% du PIB en 2025 ;
Sécurité, création d'au moins 1000 postes de policiers par an soit 8000 jusqu'en 2025 ;
Justice, 1000 nouvelles places de prison ; Education, hausse du salaire des enseignants ; Recherche, un milliard pour les universités ;
Salaires, financement d’un revenu décent d'environ 800 euros fusionnés avec le RSA. Pas très clair. Il faudra donc bosser à mi-temps, sinon couic !
Un service civique obligatoire de 6 mois. La division par deux en cinq ans de l'écart salarial hommes-femmes. Un prêt à taux zéro pour les entrepreneurs. Une revalorisation de 10% des minimas retraite.
Emplois, entreprise, ????? Corruption CAF- Sécurité sociale ???

Il promet ''la poursuite de la baisse des dépenses obligatoires'', en se basant sur une hypothétique croissance de 1,9%. Autant dire, jamais !
Bref, rien de concret ni de cohérent ni de chiffré.

Un Président encore, inculte, dépensier, anti-russe, pro-guerre, nul en économie, mal aimé et pro-Israël... On a donné !

Rassembler après avoir clivé et, fait marcher sa majorité à la baguette, violer la constitution à tour de bras, changer et regarder vers l'avenir, tout en assumant bilan catastrophique comme Premier ministre, tout cela en 3 semaines, là, il a besoin d'un vrai miracle !
Et le plus drôle la presse donne Valls, comme le mieux placé de la primaire à gauche. Pour une fois, ils ont vu juste, les autres sont encore pires, carrément un ramassis de cruches pro-Israël, anti-islam, anti-russe, atlantistes, juste des laïcards obsessionnels.
Par contre, il est perdant face à Emmanuel Macron, son anti-thèse, mais qui est totalement inexpérimenté et trop atlantiste et trop carriériste. Avec eux, dans 6 ans, notre pauvre pays ne serait plus que l'ombre de lui-même. Mais nous aussi !.

Le 22 janvier 2017, date du premier tour de la primaire.
Personnellement, je reste sous ma couette !