CATEGORIES

lundi 2 janvier 2017

ISRAËL PEUT COMMENCER A TREMBLER, L’ÉTAU SE RESSERRE. VIVRE OU MOURIR IL FAUDRA CHOISIR.

Les sionistes israéliens suivent d’un œil inquiet les évolutions liées aux pourparlers qui se tiendront bientôt à Astana, capitale kirghize. Non seulement Israël, mais aussi la Jordanie pour n’en citer qu’un, sont allés jusqu’à mettre en garde contre ce qu’ils qualifient de ''ceinture sécuritaire iranienne'' qui risque fort de s'installer aux portes d’Israël.

La plus grande peur de Tel Aviv est de voir disparaître les terroristes qu’il alimente et protège dans le Golan occupé, et à l’aide desquels il est allé jusqu’à l'annexer aux territoires occupés Palestinien et Libanais.
Selon,le journal libanais Al-Akhbar, la reprise d’Alep par l’armée syrienne et ses alliés ne cesse de faire couler beaucoup d’encre en Israël. Sur le plan stratégique, les décideurs de Tel-Aviv ont compris que le temps où, ils comptaient renverser Assad et anéantir l’État syrien pour assouvir leurs ambitions démesurées est bel et bien révolu. Sur le plan militaire, les spécialistes israéliens sont inquiéts, de voir le scénario se déplacer au Golan. D'autant plus que le Golan appartient à la Syrie et, qu'il est le refuge des terroristes. L'armée syrienne combattra donc en toute légalité sur son propre territoire avec l'intention de faire d'une pierre de coups : éliminer les hordes de chacals et récupérer ses terres.

Cette inquiétude ne relève pas de la paranoïa. La victoire de d'Alep a provoqué un choc en Israël, tout autant chez les sionistes américains, anglais et français, au point de pousser les milieux politiques et militaires à mobiliser tous leurs moyens pour prévoir l' impact et, se préparer désormais au pire des scénarios concoctés par l'Axe de résistance.

Les terroristes repoussés et basés au Golan sont désormais dans une situation difficile. Si Israël évite d'intervenir au Golan, les terroristes lié à Al Qaïda soutenus par Israël depuis 2011- finiront par disparaître. Alors, Israël aura comme nouveau voisin, son ennemi mortel, le Hezbollah, mais aussi ses alliés, Iran-Russie- Syrie-Turquie. Cette nouvelle donne des cartes, oblige Israël à agir rapidement avant qu'il soit trop tard. Mais n'est-il pas déjà trop tard ?

Tel-Aviv s'est emparé d'une zone syrienne qu'il a placé sous contrôle des groupes armés, pour des raisons stratégiques et tactiques.
La bande frontalière du Jebel al-Cheikh en Syrie et les villages qui l’entourent constituent une région hautement stratégique pour le Hezbollah et pour l’Iran. C’est un point de passage entre le Liban et les hauteurs du Golan qui donne sur la route reliant Quneitra à Damas. C’est là, que le régime israélien craint de voir émerger un front Syro-iranien propre à lui faire face, à le défier et à lui tenir tête.

Le moment est venu pour Israël de faire face à son destin, et doit décider : s'il veut oui ou non permettre au Hezbollah de s’installer à ses portes. Si non, Israel doit se préparer à combattre à ses risques et périls, ou se décider à changer de gouvernement et retrouver la raison en rendant ce qui ne lui appartient pas, aux propriétaires légitimes.
La guerre syrienne touche à sa fin et, à sa place, un autre conflit se prépare doucement, mais sûrement. Et si l'on veut que le Moyen-Orient retrouve sa stabilité, Israel doit baisser pavillon et rentrer dans le rang. Il ne peut pas en être autrement, si son peuple lui importe autant.

Téhéran a condamné les attentats de Bagdad et d’Istanbul, rappelant que la seule voie censée contrer le terrorisme réside dans la volonté et l'union de tous les pays.
Il rappelle que l'instrumentalisation du terrorisme par des pays occidentaux pour protéger Israël, leur projet de démembrement et leurs attitudes ambiguës et malsaine, ont alimenté ce fléau devenu mondial, qui va bien au delà des frontières géographiques, politiques, morales et religieuses. Ce qui signifie que ce n'est plus que de la vengeance aveugle et désespérée.

Donc, oui, Israel peut se faire du soucis pour son futur. Tel Aviv n'a pas vu l'étau se resserrer, pour avoir été trop sûre de sa supériorité et, pour avoir été trop préoccupé à s'enrichir et à s'agrandir en croyant s'emparer du Moyen-Orient en toute impunité avec le soutient des clowns occidentaux soumis aux diktats sionistes depuis 70 ans.

Israel va apprendre que l'on ne vol pas les biens des autres impunément et que l'on ne trahit pas son peuple dont il se réclame quand cela l'arrange. Si les occidentaux ne sont pas capables de faire JUSTICE en recadrant Tel Aviv à coup de pieds aux fesses, alors les Elus de l'Est vont s'en charger par l'épée et, rendre à César ce qui appartient à César. Après avoir semé le chaos avec le soutien de ses semblables, Israël connaîtra à son tour, son printemps arabe. Œil pour œil, dent pour dent !

David Ben Gourion – 1952 - '' Je ne connais pas de pays comptant autant de voleurs, de manipulateurs et de profiteurs sans vergogne que cette nation appelée Israel''.
Le temps passe et 65 après, il serait stupéfait de constater qu'il était loin de la vérité.