CATEGORIES

jeudi 5 janvier 2017

FRANCOIS HOLLANDE SERAIT UN TUEUR EN SÉRIE OU UN FUTUR AGENT DU MOSSAD



Sacré fumier ! Il nous a bien possédé avec son air idiot. Désolé pour le politiquement incorrect, mais je suis furax !
Non seulement, il a vécu comme un pacha aux frais de la princesse, il n'a cessé de voyager à nos frais pour rien, mais en plus, il a trahi la France et le peuple Français. Depuis quand, la France est un état mafieux, un état voyou au même titre que Washington et Tel Aviv. C'est ça, l'avenir de notre pays ? Un état criminel, sans foi ni loi ? Un état qui sème le chaos et, met la vie des Français en danger et celle des autres par la même occasion ? Et il vient nous bassiner avec ses discours grotesques à la con !

Monsieur Hollande, qui est indigne d'être le président de mon pays n'est rien d'autre qu'un sériel killer, un criminel, et rien que de voir sa tronche et d'entendre son patronyme, j'ai une envie folle de lui cracher à la figure, un agent que pourrait embaucher le Mossad ou la CIA, monsieur a visiblement fait largement ses preuves.
Et l'on vient ensuite, nous bassiner avec les Droits de l'homme, leur démocratie bidon, quant à la peine de mort quelle horreur ! Désolé, mais quant on assassine en douce, je ne vois aucune différence. il est tout aussi ignoble que l'on se permette de critiquer Bachar Al Assad et Poutine quant on est soi-même un enfoiré de premier ordre.
Laissez moi rigoler, ça va peut-être me détendre !. Je t'enverrai ces crétins au fin fond de la Sibérie avec perte et fracas, juste pour avoir la joie de savoir qu'ils sucent la glace pour tuer le temps !.

Hollande, hypocrite, a admis 4 assassinats ciblés, pour certainement se faire mousser, dans le livre'' Un président ne devrait pas dire ça ''. Sauf, que selon une nouvelle enquête, il s'agirait de plus de 40 meurtres, en Syrie, au Sahel et en Irak. Tout cela en dehors de toute légalité. Pourquoi se gêner, monsieur se croit tout puissant et intouchable, on peut bien jouer à la guerre pour voir l'effet que cela fait. Nous pouvons aussi comprendre pourquoi les ''djihadistes'' commandités sont éliminés d'office suite aux attentats en France. Monsieur a l'habitude de violer les lois ! que fait-il encore en Syrie et en Irak ?

Dans le livre enquête ''Erreurs fatales '' dont Le Monde publie les bonnes feuilles, l'auteur, Vincent Nouzille, expose et reconstitue la façon dont les assassinats ciblés, des opérations dites ''homo'' -homicides, sont décidées.
Il raconte aussi sur quels critères est établie, la liste des ''High Value Targets'' qui signifie ''cibles de grande valeur''. En Anglais, ça passe mieux !.
Cette liste contient plus d'une quarantaine de terroristes assassinés sans procès, ou du moins qualifiés comme tels.

''On est pas certain que ce soit un tueur ? C'est pas grave, tuez le !, on va pas se faire chier avec des détails ! Les juges sont tous des cons !''

''François Hollande a donc donné des consignes claires aux états-majors militaires et à la DGSE sur le sujet : ils ont reçu son feu vert pour tuer à l'étranger, clandestinement, des chefs terroristes et d'autres ennemis présumés de la France'', explique Vincent Nouzille. 

La DGSE actuellement en Syrie comme par hasard.

L'auteur investigateur décrit notamment comment les conseillers et les services de communication de l'Elysée collaborent afin de donner un semblant de cadre légal à ce qui reste, en l'absence de tout jugement des individus ciblés, des exécutions extrajudiciaires.
Car la plupart de ces opérations ont lieu en ''zones grises'', en marge des conflits, en dehors des lois de la guerre : ni vu ni connu !.

''Depuis son élection en Mai 2012, François Hollande entend incarner une politique plus martiale que ses prédécesseurs, quitte à en payer le prix et à sortir du strict cadre de la légalité'', écrit Vincent Nouzille.

A la décharge de l'exécutif, à l'ère du terrorisme et des guerres asymétriques – conflits, où les Etats ne s'opposent pas à d'autres Etats, mais à des groupes armés indéfinis et apatrides, les déclarations de guerre en bonne et due forme sont plutôt rares.

Faut-il pour autant se résoudre à l'arbitraire et de facto, à la peine de mort administrative (sans jugement) du fait du bon vouloir du prince ? D'autant que le droit pénal international qui prévoit ce type d'action, le qualifie de crime de guerre. A cela, les états-majors font valoir un seul principe, fragile du point de vue juridique, celui de la ''légitime défense collective'', dont la définition revient, à l'exécutif, lequel se retrouve juge et partie. ''Je tue, mais je juge que je ne suis pas coupable, je ne faisais que me défendre ! '' circulez il n'y a plus rien à voir !

Vincent Nouzille, journaliste d'investigation indépendant et auteur d'une première enquête en 2015 ''Les tueurs de la République'', publie un nouveau livre à charge, logeant à la même enseigne tous les dirigeants français :

''Que ce soit par aveuglement, naïveté ou passivité, nos présidents successifs ont, depuis plus de 30 ans, commis des erreurs fatales, face au terrorisme, avec des conséquences graves pour notre sécurité», accuse la quatrième de couverture d'Erreurs fatales.

''Improvisations après les attentats, réformes ratées ou bâclées, gestion chaotique des prises d'otages, marginalisation des juges, déni de la montée du djihadisme intérieur, failles du renseignement, confusions diplomatiques, faux pas militaires, en Libye ou en Syrie, dérapages en Afrique : la liste est longue'', accable-t-il.

En la matière, en raison de l' ''irresponsabilité'' du chef de l'Etat prévue par la constitution et le statut pénal particulier appliqué au président de la République, seule la Cour pénale internationale est compétente. C'est pourquoi, à la suite des révélations ''Un président ne devrait pas dire ça..'' une partie de l'opposition, emmenée par le député
Pierre Lellouche, avaient tenté de faire passer une résolution pour diffusion ''d'informations secrètes concernant la sécurité nationale''.

La manœuvre a rapidement été contrée, le texte n'étant pas même parvenu au vote des députés. Le Bureau de l'Assemblée nationale, par 13 voix contre 8 a jugé la résolution non recevable.
Pierre Lellouche, furax, avait jugé la décision ''scandaleuse'', et regretté qu'on ne puisse ''faire la lumière sur le détail des informations transmises par Hollande aux journalistes''. Et bien là, ils vont avoir du pain béni au petit déjeuner ! Notre sériel killer devrait offrir la médaille du mérite pour son enquête.

Merci Vincent pour ce moment de bonheur !