CATEGORIES

mardi 10 janvier 2017

EN ITALIE, EN SICILE, GRACE AUX MIGRANTS MAFIEUX NIGÉRIANS, LA COSA NOSTRA A REPRIS DU SERVICE.

EN Italie et en Sicile, l'arrivée de migrants ont fragilisé le système sociétal. Augmentation massive de criminalité comme les trafics de drogue, de tabac, la prostitution, et les crimes, se sont multipliés. Avec les migrants sont arrivés, un lot de mafieux africains nigérians qui un jour se répandra en Europe et supplantera la Cosa Nostra. 

En 2016, la Sicile a battu un record, 175000 migrants, originaires pour la plupart de pays en guerre comme le Nigeria, l'Erythrée ou la Somalie ont débarqué sur les plages italiennes. Ces réfugiés patientent dans des camps pendant environ 18 mois, le temps que leur demande d'asile soit examinée. Ceux qui l'obtiennent sont relogés dans différentes villes italiennes. Quant aux autres, ils ne sont pas expulsés, puisqu'il n'existe pas d'accord bilatéral entre l'Italie et leur pays d'origine.

Résultat: une immigration massive en période de chômage endémique. La situation est quasiment intenable. Le trafic de stupéfiants est en hausse, ainsi que la prostitution. Cette instabilité profite peut-être plus à la Cosa Nostra, qu'à n'importe quelle autre organisation mafieuse dans le pays.

A son apogée, des années 1950 aux années 1990, la mafia sicilienne infiltrait tous les niveaux de l'économie et de l'administration locale. Les entreprises devaient parfois reverser un tiers de leurs bénéfices pour le pizzo, le racket, si elles ne voulaient pas mettre la clé sous la porte. Les policiers corrompus et les politiciens véreux pullulaient dans ce monopole tentaculaire et vrombissant.


Mais la mafia, déstabilisée par l'arrestation de figures emblématiques et la fin de l’Omerta, la fameuse loi du silence, n'est plus aussi puissante qu'à l'époque. La Cosa Nostra a donc dû chercher d'autres sources de revenu comme le racket dans le bâtiment, en diversifiant ses secteurs d'activité : énergies renouvelables, projets rémunérateurs financés par l'Etat et l'Union européenne, qui finance sans le savoir la mafia,..etc. Mais rien de ce qu'elle a entrepris depuis 20 ans n'est aussi prometteur que les centaines de milliers de migrants sans-papiers qui ont besoin de travailler. "Si tu savais combien les réfugiés nous rapportent! .Encore plus que la drogue '', s'exclamait un chef mafieux plaçait sur écoute.
Pour la mafia, plus il y aura de chômage et de migrants, plus elle s'enrichira. L'UE, a réduit ainsi, le travail de la police à néant. Des années de travail pour vaincre la corruption pour rien. Il est difficile de ne pas être amère.


La mafia sicilienne évite généralement de recourir au proxénétisme, parce qu'elle se considère comme une organisation catholique et que la prostitution est contraire aux valeurs de l'Eglise. Ce qui ne veut pas dire qu'elle refuse de prendre sa part. Elle a laissé la Hache noire, asservir des dizaines de milliers de femmes pendant des décennies, du moment que la secte nigériane faisait preuve de "respect" et, lui versait une indemnité pour avoir le droit de travailler sur son territoire. Les affaires sont florissantes depuis la crise des réfugiés. Le malheurs des uns fait le bonheur des autres.

Dès qu'un groupe criminel empiète sur le territoire d'un autre, il existe un risque de guerre intestine. Jusqu'ici, la Cosa Nostra ont pris soin de ne pas perdre l'ascendant sur les nouveaux venus. "Si un chef nigérian tentait de se rebeller, il serait égorgé", nous dit Leonardo Agueci, procureur général adjoint de Palerme. "On retrouverait sa tête dans une poubelle."

Mais si les migrants continuent d'affluer, la situation pourrait basculer. D'abord, les Africains pourraient finir par être plus nombreux que les mafieux. Pour Maurizio Scalia, l'un des confrères de Agueci, "dès que nous arrêtons un trafiquant, un autre prend sa place. Sans oublier l'aspect culturel. La mafia italienne a de l'influence et du pouvoir parce qu'elle est solidement implantée en Sicile".

Tuesday Reitano, directeur adjoint du Plan d'action mondial contre la criminalité transnationale organisée. "Elle menace les entreprises locales et les familles, qui n'ont pas oublié leurs exactions. Mais quand l'immigration devient massive, la mémoire de ces crimes se dilue. Qu'est-ce qui pourrait faire peur à ces populations africaines ? Ils ont déjà fui la violence dans leur pays, ils ne possèdent rien et, ils sont souvent venus sans leur famille."

Cependant, rien ne laisse penser qu'une guerre entre les mafias sicilienne et nigérianne est imminente. Chacun a trop à y perdre. La zone d'influence de la Hache noire, notamment, pourrait s'étendre dans les années à venir, et pas seulement en Italie. Sa collaboration avec la Cosa Nostra lui a donné "une visibilité internationale", conclut le Dr Anna Sergi, directrice adjointe du Centre de criminologie de l'université d'Essex. 

"Comme elle est bien implantée au Nigeria et en Italie, rien ne l'empêche de partir à la conquête d'autres marchés, ou de passer au trafic de fausse monnaie, de pièces d'identité, ou toute activité transnationale." 

Mme Baarda pense, elle aussi, que la réputation de la Hache noire est suffisamment grande pour que les réfugiés africains d'autres pays, comme le Royaume-Uni ou les Pays-Bas, s'en réclament, même quand leurs liens sont ténus, voire inexistants.

L'avènement de la Hache noire -et des gangs nigérians en général- pourrait servir de leçon sur les conséquences imprévues de la géopolitique. Si Mouammar Kadhafi n'avait pas été tué, plongeant la Libye dans le chaos, et si les pays du Moyen-Orient n'avaient pas fermé leurs frontières au nez des demandeurs d'asile et des réfugiés africains, l'exode de la Libye vers l'Italie ne serait probablement jamais devenu si profitable pour le crime organisé. M.Kadhafi avait un rôle capital qui était de stopper les migrants africains et autres islamistes. Tout le monde voulait qu'il assume ce rôle et, il fut grassement payé pour ce travail. Il y a dictateur et dictateur ; on attrape pas des mouches avec du vinaigre !

Si la crise économique n'avait pas frappé l'Italie de plein fouet, et si les réfugiés avaient de meilleures opportunités professionnelles en Europe, ils n'auraient pas sombré si facilement dans le trafic de drogue ou la prostitution. Et si la mafia sicilienne n'avait pas été fragilisée par toutes les opérations policières, elle n'aurait peut-être pas cherché à s'associer aux gangs nigérians. 

Désormais, les procureurs ne doivent plus seulement compter avec la seule mafia sicilienne. Un tout nouveau réseau criminel, qui a les moyens d'étendre son emprise, a pris pied sur le continent.
Croyez vous que l'UE a conscience du danger ? Ils sont pourtant à l'origine de ce désordre catastrophique, se souciant aucunement par exemple du sida. Ils ont aussi promut le terrorisme et, mis les peuples en danger. Et, ils continuent de nous parler de mondialisation, de libéralisme et, d'économie, comme si de rien n'était, c'est effarant et inquiétant.