CATEGORIES

jeudi 12 janvier 2017

CONFÉRENCE DE DONALD TRUMPS ET QUELQUES MISES AU POINTS



Si on pouvait suivre sur Politico, l'audition de Tillerson, dans le même temps, on pouvait suivre, la conférence de Donald Trump. Il a annoncé que les accusations, selon lesquelles il entretient des relations spéciales avec la Russie et le président Poutine, étaient infondées :

''Les détracteurs qui m’accusent d’avoir entretenu des relations spéciales avec la Russie et Vladimir Poutine sont des malades ! '', a-t-il affirmé.

Il a confirmé que les investissements des compagnies américaines devront être réalisés à l’intérieur du pays et non plus à l'étranger.
Concernant l'affaire des cyberattaques contre la campagne des démocrates à son profit, Donald Trump a rejeté cette affaire comme étant mensongère, et exclu toute implication de Vladimir Poutine dans les élections présidentielles américaines.
Il a affirmé qu'il était nécessaire d'établir un partenariat américano-russe pour mener la lutte contre Daech.

Il a certifié n'avoir aucun lien commerciaux avec la Russie : ''Je n’ai jamais fait d’investissement en Russie et, je n’ai jamais fait de transactions avec les Russes et je n'ai aucun crédit. J’ai reçu une proposition d’investissement de la part d’un homme d’affaires arabe. Cette proposition m’a beaucoup tenté, mais je l’ai rejetée, car je suis président des États-Unis''. Effectivement, l'Arabie Saoudite lui avait parler affaire.

Quant à l’émergence de Daech, Donald Trump a de nouveau confirmé que l’administration Obama était à l’origine de la création de Daech, mais par le vide qu’elle avait créé en retirant ses forces militaires dans une situation instable. Il aurait dû préciser en Afghanistan.

''Je crois que les services de renseignement américains sont derrière ce rapport prétendant que la Russie disposerait de documents compromettants à mon encontre. Si c’était le cas, ce serait une tache honteuse dans le bilan de ces services (américains). La CNN a rendu public ce rapport, avant qu’il ne soit certifié, et cela pour la seule raison de multiplier le nombre de ses auditeurs''.

''Si Poutine m'apprécie, c'est un atout, pas un fardeau ! '', ajoutant, ironique, qu'après tout, il n'était pas certain de s'entendre avec Vladimir Poutine, tout en affirmant qu'il espère que ce sera le cas, parce que ''la Russie peut nous aider à combattre Daech. Vous croyez sincèrement, qu'Hillary aurait été moins sévère avec la Russie que moi ? ''. Dit-il malicieusement.

Trump est conscient que la partie sera difficile avec Poutine du fait qu'Obama a exagéré des sanctions et a fait expulser 35 diplomates russes, mettant ainsi les relations russo-américaines en péril, une détérioration sans précédent selon le Kremlin, tout cela sur des accusations mensongères, faute de preuve, juste pour entretenir la haine de l'autre en se fabriquant un ennemi.

En ce qui concerne le mur du Mexique ? ''J’éprouve du respect pour le peuple et le gouvernement mexicains. Les négociations financières avec les Mexicains vont bientôt commencer. Le Mexique nous payera le coût de la construction du mur de séparation''.

Côté médias : Donald Trump a refusé de répondre à un journaliste de CNN en l'envoyant dans les roses qui tentait de s'imposer il lui a vivement conseillé de ''restez calme, ne soyez pas en plus grossier, je ne vous accorderai aucune réponse !.» 

Quand à BuzzFeed, à l'origine de la rumeur d'une sextape tournée à Moscou, Donald estime que ce ne sont rien d'autre qu'un '' tas de détritus''.
Des médias s'inquiétant aussitôt, de leur avenir ou de leur sort, pour ne pas l'avoir ménagé, Donald Trump a ajouté qu’il n’entendait pas procéder à des réformes médiatiques. Enfin, pour l'instant. On met les compteurs à zéro. Après le 20 Janvier, l'histoire sera différente ! Il n'en reste pas moins, que ces médias – CNN- , Buzz Feed, entre autres -, après avoir joué avec le feu, sont aujourd'hui, dans leurs petits souliers de crainte d'être brûlés vifs ! Ils aiment bien démolir leur prochain, faisant feu de tout bois, mais ils détestent les retours de flammes.

Côté Agence de renseignement : James Clapper s'est excusé auprès de Trump : ''Je lui ai exprimé ma profonde consternation à la suite de ces fuites apparues dans la presse, et nous avons tous deux convenu qu'elles étaient nuisibles et portaient atteinte à notre sécurité nationale''. Clapper était mal à l'aise en apprenant qu'un ex-agent des services secrets britanniques le M6, est l'auteur de ce rapport qui accusait la Russie de tous les méfaits.
Ce document dit secret, faisait état de l'existence d'une vidéo à caractère sexuel impliquant Trump, des prostituées, Poutine et des échanges d'informations pendant près 10 ans. Un document rocambolesque publié par le site Buzzfeed, ce 10 Janvier qui a mis le feu aux poudres.

Le dossier qui fait pas moins de 35 pages, fut présenté à Trump qui a eu de la surprise découvrir . Il fut surpris au point de dire, '' C'est du bidon. Ces choses là, ne se sont jamais passées !'' Ce qui lui a confirmé qu'enfin de compte tout n'était que ''fake new''.
Et s'il avait baissé les bras deux jours avant, acceptant de croire ce qui circulait pour avoir la paix, il a repris ses esprits vite fait ! 
Ce document a été rédigé selon les révélations du Wall Street Journal par Christopher Steele, 52 ans, Directeur de l'entreprise de conseil londonienne Orbis Business Intelligence, pour laquelle travaillent d'anciens agents secrets. Ce qui ne va pas arranger ses petites affaires !. Il aurait bossé plusieurs années à Moscou pour le MI6 et pour la CIA.

Un scribouillard de la rubrique chien écrasé et mal embouché de la BBC, désireux d'en remettre une couche, citant bien sûr, une source anonyme, affirme que plusieurs personnes sont à l'origine du rapport en question, dont Steele. Il assure par ailleurs que plusieurs autres enregistrements existeraient, mais toujours sans fournir de preuve. Il faut toujours se méfier des sources anonymes et des scribouillards de plus en plus véreux, qui bavent juste pour faire diversion ou couvrir quelqu'un.

Le site BuzzFeed quant à lui, est décrédibilisé et incendié par les médias américains, tout autant coupables d'avoir relayé l'info, sans avoir une fois de plus vérifier les sources. Mais bon, il faut bien sauver les meubles !

Julian Assange, WikiLeaks, qui a décortiqué le document, a rendu le verdict suivant : ''Le fichier PDF de 35 pages publié par Buzzfeed sur Trump n’est pas un rapport du renseignement. Le style, les faits et les données ne sont pas crédibles''. 

La question qui reste toujours posée pourquoi toute cette mise en scène consternante, au point même d'en être grossière et malhonnête ?




Quant à Obama, il a twitté ses adieux !