CATEGORIES

jeudi 26 janvier 2017

BENOIT HAMON ENTRE QATAR ET FRÈRES MUSULMANS, ENTRE ROBOTS ET MARIJUANA, RÊVE D' ETRE PRÉSIDENT DE FRANCE

Un ministre, sous couvert d’anonymat, affirme que Hamon est le candidat des Frères musulmans. Merde ! On a déjà Valls et Macron qui naviguent en mer sioniste et nous voilà encore en prise avec le salafisme.
Hamon a déjà mis la destruction d'emploi par la robotisation au centre de son discours. Si son tableau du futur est tiré par les cheveux, il a le mérite de faire enfin des robots les seuls vrais stars d'une campagne présidentielle. Parce que pour le reste, nous avons eu à tout entendre.

On en apprends tous les jours sur nos zigotos socialo-républicains.
Après Valls entre ses incohérences, son autoritarisme, et l' ex-Femen : Loubna Meliane, comme porte-parole ''engagée'', en passant par l'affaire Pénélope Gate, sans oublié Macron qui pique dans la caisse, nous voilà avec un énergumène mi -figue mi-raison, qui navigue entre salafisme et marijuana.
Sans surprise, Benoît Hamon est des plus compréhensifs à l’égard de l’islam. Il déclarait ainsi que si l’opinion publique percevait la doctrine de Mahomet comme une menace, c’était le simple résultat d’une ''politique gouvernementale stigmatisante''. Bon OK ! Mais il a oublié de nous préciser de quel islam il parlait en vérité. C'est pour avoir opté pour une stratégie fine, ainsi tous les musulmans votent ''Hamon, il est trop génial'' et plouf surprise, il parlait du salafisme. Et là, bingo, il nous dira que c'est nous qui n'avions encore rien compris !

On se souvient des propos du candidat concernant le reportage à Sevran où des femmes sont interdites dans les cafés : ''historiquement, dans les cafés ouvriers, il n’y avait pas de femmes''. En quelques mots, ''ne nous faites pas chier !'' Les Françaises portaient aussi le foulard, elles n'avaient pas le droit d'avoir un chéquier ni de voter...Mais elles se sont réveillées. Ce qui nous explique aussi ses propositions concernant le vote des musulmans et la libéralisation du cannabis. En sachant pertinemment que Bruxelles ne le permettra jamais et qu'ils lui riront au nez !

Alexis Bachelay, porte-parole de Benoît Hamon, serait lié au Qatar, à qui il aurait sollicité de l'argent pour la campagne des législatives.
Si les réseaux sociaux avaient jusqu'à présent plutôt épargné Benoît Hamon et son équipe, sa qualification en tête au deuxième tour de la primaire de la gauche l'a projeté sur le devant de la scène. Plus on est de fous et plus on rit !

Pourquoi aller voir le Qatar ? Le porte-parole de Hamon se défend : '' Le maximum pour une campagne, c'est 40000 euros, dont la moitié est remboursée par l'État.
En 2012, j'ai emprunté 20000 euros, avec 8000 et aussi 9000 d'apport personnel et de militants. Les dons de particuliers sont limités à 7500 euros. Ces journalistes ne savent même pas comment fonctionne une élection !''. Il faudrait tout de même pas exagéré. Quant on écrit un bouquin d'investigation on s'informe ! Et c'est parce qu'ils se sont informés qu'ils ont découvert le pot aux roses. Ce crétin ne sait pas comment fonctionnent des investigateurs pour être inattaquables. Et visiblement, il ne sait pas que des investigateurs savent aussi compter ? !

L’argent qatari ne laissait pas indifférent notre mendiant politique qui croyait en l'argent facilement acquis, mais, ironie du sort, c’est l’émirat qui a refusé de donner suite à ses demandes d'aumônes. Ah, la corruption de nos chers politicards français en quête permanentes d'argent facilement gagné et si possible à fond perdu. Ils ont de plus en plus du mal à se faire passer pour des gens honnêtes. mais c'est pas fini, il reste encore trois mois, pour en apprendre des bonnes...nouvelles !