CATEGORIES

samedi 7 janvier 2017

ANGELA MERKEL CONTINUE A IMPORTER DES MIGRANTS ET DE PROTÉGER LES ISLAMISTES DANGEREUX

Si jadis, l'Allemagne avait une réponse facile face aux peuples qui n'avaient pas les mêmes critères que les siens, aujourd'hui, elle semble avoir sombré à l'extrême opposé.
Pratiquer le juste équilibre, semble être une tâche très difficile.
L’Italie et la Norvège organisent quelques reconduites à la frontière sous le nom de ''déportations'' afin d’apaiser la colère des peuples. Mais Angela Merkel continue à importer massivement des migrants. Malgré la menace qu’ils font peser sur l’Europe, de Cologne à Gibraltar.
Il faut à la fois faire pleurer Margot et calmer Marcel. Voilà pourquoi la presse anglo-saxonne parle du ''plan de déportation massive'' de migrants que projette Paolo Gentiloni, le nouveau chef du gouvernement italien.

De quoi rassurer un peu le populo, après le massacre du marché de Noël à Berlin, et l’augmentation de 20% de migrants de plus qu'en 2015.Depuis la fermeture de la frontière turque, la voie maritime via l’Italie en provenance du Maghreb, est aujourd’hui la plus empruntée par les migrants Maghrébins désœuvrés.
L'Italie a répertorié l’an dernier 40000 clandestins dont 30000 d’entre eux, ont eu un arrêté d’expulsion : seuls 5000 sont vraiment partis et 25000 bien sûr sont restés.
Mais il n'y a pas que ça malheureusement. Plus de 50 islamistes jugés potentiellement dangereux se sont vu refuser le statut de réfugié en Allemagne, mais ils continuent de vivre tranquillement dans le pays, sans que cela inquiète dame Merkel.
Les autorités allemandes ont de grandes difficultés avec l'expulsion des migrants, qui ne possèdent souvent pas de papier. En outre, le manque de coopération des pays d'origine complique le phénomène. Et pour cause, l'Afrique se souvient encore de la colonisation Allemande et Belge et de leurs génocides. Le discours est simple et ironique '' Allez vous faire foutre !. Vous trouverez bien une solution finale pour vous en débarrasser. A moins que vous ayez perdu le mode d'emploi et la main.''


Dans la foulée du Brexit et de l’élection de Trump, les dirigeants européens, et les courants alternatifs qu’elles suscitent, ont donc décidé que le temps était venu d’ouvrir les soupapes de sécurité, pour éviter que la belle construction mondialiste n’explose et que leur beau projet de dominer les peuples soit pulvérisé.

Mais point trop n’en faut, les pro-migrants veillent au grain.
Le nouveau secrétaire général de l’ONU, le portugais Antonio Gutteres, les associations protectrices, les droits de l’homme et le bon Pape François jureront que refouler ces pauvres migrants, c’est manquer d'humanisme, et c'est offenser la conscience universelle qui en est déjà profondément choquée !
Bref, au moment où l’on fait semblant de céder au peuple que le temps de la protection est venu et, qu'il est temps de faire preuve de moins de compassion et plus de réalisme, on rajoute une petite couche de sentimentalisme moralisateur. Le mot de ''déportation'', qui rappelle les heures noires de notre histoire, serait ainsi révélateur.

La Norvège était jusqu’il y a peu, un paradis pour l’immigration, par son système social, sa tradition, sa richesse. A partir de 2003, des migrants en quête justement de richesse ou d'El Dorado, débarquent au pays. Le pays n'y prends pas garde. Un peu de diversité et un peu d'exotisme, c'est sympa !

En 2009, l'invasion atteignait 65000 migrants par an, pour un pays de 5 millions d’habitants, soit l’équivalent de 800000 pour la France. Et pourtant point de guerre à l'horizon qui motivait cette invasion.

Les Norvégiens en ont eu assez, d’autant plus qu'il y a eu en prime les migrants de Merkel, et des attentats terroristes pour l'ambiance. Résultat, en 2016 des exportations record : 7312 immigrés qui vivaient illégalement en Norvège ont été reconduits à la frontière, dont 2000 d’entre eux avaient commis des crimes sur le sol norvégien. Les migrants ne sont pas tous des personnes saines d'esprits et, rien de dit qu'ils n'ont pas fui leur pays pour échappé à la justice.

Ces retours sont pourtant présentées comme abusifs et inhumains par la presse internationale, à la solde des socialistes atlantistes, qui ironise tout en culpabilisant les Norvégiens de leur manque de générosité, en nous racontant par exemple que ''la Norvège a construit un mur sous le cercle polaire pour se protéger frileusement des migrants, et qu’elle les expulse par moins 30° '' . C'est vrai pour des Africains, -30°, c'est inhumain ! c'est pour cela, qu'elle les a renvoyer vivre au soleil !
Ce sont ces mêmes moralisateurs qui ne lèveront jamais le petit doigt pour les loger chez eux. La réponse est souvent ''nous n'en avons ni le temps ni les moyens''. Et bien qu'ils n'exigent pas des autres ce qu'ils ne sont pas foutu de faire eux-mêmes !.

Le cas de l’Allemagne est une merveilleuse synthèse de ces deux mouvements contradictoires. Depuis la Saint Sylvestre 2015, les Allemands ont été secoués par les viols massifs de Cologne et bien d'autres plus individuels, par les attentats terroristes de Würzbourg, Ansbach et de Berlin, ils ont été surpris que la police et leur gouvernement leur aient fait quelques cachotteries, en apprenant que des terroristes s'étaient infiltrés dans le flux de migrants sous l’étiquette frauduleuse de réfugiés et que leur cher gouvernement protège.

D’où quelques décisions propres à les apaiser, afin d’assurer un semblant de sécurité et un minimum de liberté, pour éviter que se reproduise des désordres graves.

Mais malgré, cela Angela Merkel maintient son cap mondialiste et immigrationniste, contre vents et marées. Peu importe le désastre social et humain que cela engendre, elle continue à importer des migrants, comme elle s’est expliquée avec fierté dans son message du premier de l’an.

Pour Angela Merkel, les attentats terroristes de Würzbourg, Ansbach et Berlin commis par des islamistes ne sont pas dirigés contre la civilisation occidentale ni l’Europe, ils visent les réfugiés et la culture de l’accueil de l’Allemagne. Selon elle, '' ils narguent la volonté allemande d’aider le migrants, de même qu’ils narguent ceux qui ont réellement besoin de notre protection et la méritent''. Amen ! Avec Merkel, les terroristes ont de beaux jours devant eux. Ils peuvent faire tout sauter, Merkel leur trouvera une excuse.


Ce sophisme extraordinaire permet à Angela Merkel de s’absoudre de sa politique d’immigration qui a mené à importer plus d’un million et demi de migrants en deux ans, parmi lesquels les terroristes circulent comme des poissons dans l’eau en toute quiétude, et connus des policiers qui attendent qu'ils passent à l'acte pour les identifier !

La seule réflexion qu'elle se permet est celle-ci : ''Il est particulièrement amer et répugnant que les attaques terroristes soient commises par des migrants ''. Ici, c’est le cynisme d’Angela Merkel qui est saisissant, car c’est bien sa politique, qui, en confondant réfugiés et envahisseurs sous le terme impropre de migrants, a permis aux terroristes de s’installer et d’agir en Allemagne, puis en Belgique et en France.

Elle évite toute critique en appelant ses compatriotes à ''l’unité pour combattre la haine ''. Fermez le ban !

Le coup de l’union sacrée scellée par le sang des morts marche toujours. Pour faire encore mieux passer la chose, Angela Merkel a caressé les Allemands dans le sens de la vanité que leur inspire leur propre excellence : ''Avec les images d’Alep ravagée par les bombes, il est important de se souvenir une fois encore combien, il a été important et opportun que notre pays aide l’an passé ceux qui ont besoin de notre protection.'' Bon OK, sauf qu'elle a accueilli plus d'Africains et de Maghrébins que de Syriens.

La réalité est qu’Angela Merkel continue d’appliquer les recommandations de l’ONU en matière de migrants, au service de l’industrie et de la dislocation des peuples de l’Europe : la bonté, l’accueil et la générosité n’ont rien à y voir, sauf comme thèmes de propagande, et que la chancelière se moque absolument des conséquences désastreuses de sa politique sur l’Allemagne et l’Europe.

Alors que l’ouverture inconsidérée des frontières, n'ont pour objet que la misère, le racisme et la mort, elle souhaite à dame Europe et à l'Allemagne '' de garder une vue ouverte du monde'', ce qui ne veut pas dire grand-chose, mais elle répète à l’infini la formule magique de ''l’ouverture'', qui est bien sûr le contraire de '' fermer, renfermer, froideur, radin,conservateur '' et, que l’on retrouve dans tout le matériel de propagande mondialiste, par exemple dans l’Open World Institute de Soros, son grand ami sioniste, manipulateur, apatride et fracassé, dont elle répète le discours.

Pendant ce temps, à Ceuta, enclave espagnole d’Afrique du Nord, un millier de migrants armés de barres de fer et de pierres ont tenté de franchir la frontière pour entrer en force en Espagne, blessant 55 policiers marocains et Espagnols. Bien évidemment, les Droits de l’homme ont reproché à l’Espagne de les avoir refoulés au lieu de leur donner une chance de demander asile. Ainsi fonctionne un système qui a perdu le sens des réalités et des valeurs, dont les pôles sont définitivement inversés.