CATEGORIES

samedi 19 novembre 2016

OBAMA FAIT SES DERNIÈRES RECOMMANDATIONS AUX ATLANTISTES ET SURTOUT AU CHEF DE FILE MERKEL AVANT DE SE RETIRER OFFICIELLEMENT DU SYSTÈME

Obama a fait dernièrement la tournée des popotes européennes. Une tournée soit disant d'adieu, dont la musique à des airs de propagande anti-Trump et anti-Poutine. Après l'Espagne, la Grèce, à qui Obama ordonna qu'ils ne reçoivent pas les navires de guerre Russes. Il fut d'ailleurs, très mal reçu par le peuple qui lui a fait comprendre qu'il n'était pas le bienvenu. Interdire le ravitaillement des navires de guerre, c'est priver la population d'une rentrée financière, et donc porter atteinte à une économie déjà moribonde. C'est faire passer ses propres intérêts politiques contre ceux des peuples.



En vérité Obama ne cesse de prodiguer ses recommandations pour nuire à Trump et à Poutine qui désormais ne se sent plus seul face à l'establishment.
Angela Merkel a pour Trump une révulsion qu'elle n'hésite pas à afficher d’après l’ex-secrétaire d'État allemand à la défense Willy Wimmer. Mais doit-on s'en étonner, n'est-elle pas sioniste ? Elle a eu beau cacher ses origines, malheureusement, tout fini par se savoir.


Pour certains politiques américains, Angela Merkel, notre pleureuse, serait le dernier rempart de résistance face à Donald Trump. Il n'aurait pas fallu abattre le mur de Berlin !
Pour Wimmer, il existe un ''complot'' anti-Trump aux États-Unis dans l'UE, dont l' Allemagne serait la tête dirigeante, l'exécutrice. Ce n'est pas par hasard que Barack Obama, en tournée en Europe, a préféré se rendre à Berlin pour rencontrer Merkel au lieu d'aller à Bruxelles,capitale de l'UE. Obama, tient à se retirer du jeu officiellement en prenant soin d'allumer quelques feux, histoire de partir en beauté et que son travail de sabotage ne parte pas en fumée !

Selon l'analyse de M.Wimmer, '' Nous voyons que l'Amérique est gouvernée par des forces qui s'accrochent au pouvoir malgré l'élection de Trump, et poursuivent leur politique dangereuse pour le monde. Une sorte d'"establishment militaire" composé de démocrates et républicains. Ils font tout ce qui est possible, pour passer des menottes virtuelles aux poignet de Trump, et lui faire comprendre qu'il ne pourra pas changer leur politique belliqueuse qui a pris forme sous Obama. George Soros, et ses amis ne cachent pas qu'ils débloqueront des fonds considérables pour lutter contre Trump. Cela rappelle une "politique collective" qu'on n'a pas vue depuis 1945. Il est clair que l'Allemagne y participe très activement, puisque le New York Times en a déjà parlé : Mme Merkel est l'élément central de la résistance à M. Trump. Si on analyse les déclarations faites la semaine dernière par Mme Merkel à propos de la présidentielle américaine, on comprend qu'elle est prête à jouer ce rôle''

Il est vrai que les autorités et les partis allemands ne se pressent pas pour nouer des contacts avec Trump qui demeure pour eux un inconnu.

François Hollande a bien eu un contact téléphonique avec Trump, qui a duré moins de 7 minutes. A cela, on enlève le temps de la traduction, il ne restait plus que... 3 minutes. Hollande ne comprenant pas l'anglais ni d'ailleurs, l'Allemand et le Russe : deux langues que parle couramment Poutine. Et traduire la pensée de Trump en Français relève de l'exploit pour la majorité des traducteurs qui se contentent de faire du mot à mot. Ce qui donne des phrases pas très explicites voir naïves.

Les partis allemands CDU et SPD comme le gouvernement fédéral ont jusqu'ici dialogué avec tous les candidats à la présidentielle américaine. Il faut aussi dire, que les précédents pions étaient choisis en connaissance de cause.
Donald Trump fut le pavé tombé du ciel qui a décidé de déjouer leurs plans machiavéliques.

Même les médias allemands sont devenus subitement anti-américains, refusant de reconnaître le droit du peuple américain d'élire le président qu'il veut. Mais ont-ils été vraiment pro-américains ou ne sont-ils pas simplement des pro-sionistes pour avoir été formatés depuis 1945, et bercés au chant lugubre de la Shoah ?

Ils ne supportent pas que le peuple décide de renverser un système bien huilé et, qu'il s'oppose de fait au pouvoir d'une ''élite'' qui s'est autoproclamée dirigeante de ce monde décomposé. C'est exactement, ce qui s'est passé en 2005 avec le référendum français. Ils ont refusé au peuple de choisir leur destin et d'aller à l'encontre du programme sioniste.

Pour Wimmer '' On ne fait pas de la politique comme ça ! Cela montre que nous, pays européens, avons régressé depuis la réunification de l'Allemagne ! ''. Hélas, c'est une vérité incontestable. Il ne fallait pas ouvrir la boite de pandore en faisant tomber le mur de Berlin, dernier refuge des nazis, des nationaux socialistes dit aussi communistes. Tous ces gens de l'Ouest ont été lobotomisés. Le mal vient des autres, il vient d'ailleurs !. Mitterrand, pressentant une odeur nauséabonde, s'y était opposé, malheureusement le mentor de Merkel, Helmut Kohl n'a pas été réglo sur ce coup là !. C'est pour cela aussi que j'ai toujours dit NON à l'UE. Il fallait garder son moulin fermé !