CATEGORIES

lundi 14 novembre 2016

LES ANGLAIS VEULENT QUE TRUMP OBÉISSE A LEURS DIKTATS ET OUBLIE LA RUSSIE. UN BRAS DE FER QUI NE MANQUERA PAS DE PIMENT .

Le Royaume-Uni est déterminé à entraver tout rapprochement des positions russo-américaines, même au détriment de la lutte contre le terrorisme. Pour eux pas question que Trump fasse ami-ami avec Poutine qu'ils ont crucifié en tant qu'ennemi potentiel et donc, mieux vaut ne pas déroger à la règle instituée par les amis qui vous veulent du bien. Trump obeira-t-il aux exigences des occidentaux en disant '' bien, m'sieur, dame, je suis à vos ordres ! ''

Le ministère britannique des Affaires étrangères et surtout le hooligan fracassé Johson qui tentera de persuader Donald Trump de poursuivre les efforts de l’administration actuelle sur la question syrienne, et sur la '' nécessité'' d’écarter Bachar Al-Assad du pouvoir. Ils y tiennent et persistent à croire qu'eux seuls disent vrai : d'après le Daily Telegraph.

Selon l’édition, cette question sera la priorité number One pour Londres. Dans une interview accordée au Wall Street Journal, Donald Trump a auparavant souligné la nécessité de lutter contre les terroristes sans écarter le président syrien qui fut le seul à lutter contre le terrorisme, et de créer une alliance avec la Russie sur le sujet pour régler cette histoire. Une déclaration en rupture avec la ligne politique actuelle des occidentaux belliqueux et intéressés dont la grande majorité sont sous la coupe des sionistes financiers de la City.


Le Daily Telegraph nous informe que le Royaume-Uni est au bord d’une crise diplomatique avec les Etats-Unis à cause des plans de Trump de créer une alliance avec Vladimir Poutine visant à soutenir l’administration syrienne.
Les hauts fonctionnaires britanniques devront organiser des négociations très serrées avec Donald Trump au sujet de sa position concernant la Russie, selon les analystes du journal.

Je ne crois pas du tout que Trump cédera aux caprices des anglais comme à ceux des européens. Son but est que cette guerre cesse et qu'il lui soit possible de parler affaires afin de relancer l'économie américaine. Par ailleurs, Trump veut être aussi populaire que Poutine et pour cela, il ne peut pas céder au risque de se discréditer. De plus le parti travailliste anglais commence à en avoir marre que l'on s'en prenne à la Russie. Nigel Farage le briffera de ne pas céder au chantage ni aux menaces. Trump est aussi briffé par la CIA et le FBI , il sera difficile de lui faire avaler des couleuvres sauce anglaise.
Et tant pis, si les atlantistes occidentaux russophobes s'entêtent à maintenir un cap dangereux. Mais le bras de fer risque d'être intéressant et, il sera suivi de très prêt par Marine Le Pen. Car si Trump cède, il y aura une grosse déception à la droite-droite !

Là où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir ! Les rosbifs balancent des chiffres à la volée, en y ajoutant ainsi leurs propres crimes. Qui dit mieux, les enchères sont ouvertes !

'' Nous sommes convaincus qu’Assad n’a pas sa place dans l’avenir de la Syrie. Il a le sang de 400.000 personnes sur les mains'', a baragouiné un porte-parole du ministère britannique dont le but est d'éloigner tous soupçon à leur encontre, alors qu'ils alimentent en armes les terroristes et leurs commanditaires saoudiens pour qu'ils détruisent le Yémen.

Auparavant, le Kremlin a déclaré espérer qu’après l’arrivée de Trump au pouvoir, Moscou et Washington réussiraient enfin, à trouver un terrain d'entente au moins sur le dossier syrien. Donald Trump, entrera en fonctions le 20 Janvier prochain. Ce qui laisse encore 3 mois à attendre avant de trouver une solution définitive au problème des terroristes en Syrie et en Irak. Sauf, bien sûr, si le problème est réglé d'ici le mois de Janvier, comme l'espère Poutine qui a juré d'avoir leur peau jusqu'au dernier.



Enfin, une personne raisonnable et sage : Le président du Parlement européen Martin Schulz appelle tout le monde politique à se calmer. Il appelle l'UE à lui donner une chance, en tant que président américain, car rien ne prouve qu'il ne fera pas mieux que tous réunis.
En ce qui concerne l'évolution des relations russo-américaines avec Donald Trump, Schulz a fait remarquer qu'il n'y aurait pas de partenariat privilégiés au détriment de l'Europe. Alors qu'il qualifiait, il y a encore peu, Trump, comme étant un problème mondial épineux, il a récemment révélé que ses actions en tant que président seront bien différentes que celles présentées au public lors de sa campagne. A sa place, j'en serai moins sûr !. Il restaurera le mur americano-mexicain, voir le complétera et virera plus de 3 millions de latinos illégaux mafieux- gangsters-trafiquants -drogués en tous genres- assassins, et autres personnages véreux dés fin Janvier 2017. Apparemment, il se serait entendu avec le président Mexicain. Maintenant entre ce qui fut dit, lors de la campagne, et ce qui sera réellement, il y a encore de l'eau qui passera sous le pont. Le Mexique étant surpeuplé et confronté aux gangs, le Président va peut-être revoir sa copie et se raviser !. Quoi qu'il y en a certainement pas mal de recherché par le Mexique !. Il faudra l'armée et des bulldozers pour tous les choper et raser les quartiers. Cela fait quand même 6 villes de 500.000 habitants, cela fait beaucoup !. Le pays est vraiment gangrené !