CATEGORIES

mercredi 16 novembre 2016

DONALD TRUMP EST UN HOMME D'HONNEUR QUI A LE SENS DES VALEURS ET QUI RELANCERA LE SON PAYS


Il sera en mesure de tenir toutes ses promesses, malgré les défits à surmonter dus aux bâtons que des idéologistes ne se gêneront pas de lui mettre en travers de la gorge. Mais il peut y arriver grâce à son fort tempérament et parce qu'il veut vraiment sauver son pays du désastre. Il n'est pas homme a cédé devant les difficultés, parce qu'il a une approche pragmatique et non idéologique.
Ce n'est pas un homme qui essaiera de refaire le monde selon son image, ou encore de changer de régime, comme il n'est pas homme à s'ingérer dans les affaires des autres, ce qui fut le cas d'Obama et de sa clique mais également sous Georges Bush et les autres.

Il a l'approche d'un homme d'affaires et non d'un va-t-en-guerre et d'un donneur de leçon. Il sera président du Conseil d’administration et s’évertuera à travailler avec des personnes dignes de confiance et non corrompues pour les tâches importantes avec des objectifs concrets et réalisables au lieu de vouloir tout transformer et de créer un grand désordre sans aucune idée claire sur les buts à atteindre. C'est surtout la politique étrangère qui est un défi. Pourra-t-il trouver les hommes qui suivront son instinct, surtout parmi les anciens responsables républicains des administrations précédentes plutôt clintoniens ?. Là est la question.

Quant aux jérémiades de François Hollande qui dit nager dans ''une période d'incertitude'', cela confirme que c'est un parasite incapable de penser ni d'agir par lui même.
Ce qui répond à ce que dit Donald Trump, lorsqu'il annonce que ''c'est la fin du parasitisme ''. Pour Trump, les states avant tout. Les élus Français vont devoir apprendre à marcher seuls, à grandir et, à choisir leurs vrais amis. Quant on veut changer le monde ou de direction, il faut faire le ménage chez soi avant de vouloir le faire chez les autres.

Quant à l'histoire de l'OTAN, c'est amusant ! Je pense à la France. De Gaulle avait eu la sagesse de rester hors jeu, et Sarkozy a dépensé des sommes considérables pour adhérer à l'organisation par soucis d'économies et, aujourd'hui, c'est Trump qui veut les virer !
Pour Donald Trump, c'est simple ; l'OTAN n'a pas à faire le plancton devant la Russie dans l'attente que Poutine déclenche une guerre. Non seulement, ils peuvent attendre longtemps, car Poutine ne mettra jamais son peuple en danger pour juste faire joujou car si c'était le cas, il y a longtemps que cela serait fait. Contrairement aux occidentaux, il ne joue pas avec la vie des civils pour satisfaire ses petites ambitions. Par ailleurs, cette mascarade revient cher aux Etats-Unis, alors qu'il y a mieux à faire dans le pays. Trump veut développer l'économie et le commerce et cela ne peut pas se faire dans les conditions actuelles.

Si les pays européens sont davantage préoccupés par une prétendue ''menace russe'', et bien qu'ils créent leur propre armée et aillent faire le pied de grue devant la Russie si, cela leur chante. Et ainsi, plomber leur économie un peu plus, car on ne peut-être au four et au moulin. En sachant que l'UE est loin d'être unie sur le sujet et qu'il y a un risque qu'elle se retrouve face à elle-même, surtout si Trump rallie l'Axe de Résistance par soucis de business.

L'UE devra faire un choix soit rétablir l'équilibre au cœur des pays membres, soit déclarer la guerre à la Russie ou encore mieux que chacun reprenne ses billes et choisisse son destin en connaissance de cause. La guerre ou la paix !.
Ils ne peuvent prétendre être des hommes de paix, si le reste du temps, ils s'amusent à faire joujou avec leurs chars sous le nez du voisin sous des prétextes fallacieux. Cela s'appelle de la provocation et de l'inconscience.

Tout le monde se plaît à dire que les lobbys feront barrage aux décision de Trump, alors réussira-t-il à convaincre, étant donné la présence des faucons au Congrès ?
Il n’a pas besoin de pousser beaucoup ce genre de choses au Congrès. Il faut se rappeler que dans le système américain, qui n’est pas un régime parlementaire, le président a une grande autorité, surtout au niveau des Affaires étrangères. Autorité dont n'a pas su se servir Obama.

Trump aura une approche très personnalisée envers les dirigeants étrangers, surtout les leaders forts et en particulier Poutine pour lequel, il éprouve un grand respect et dont il admire le charisme et la patience. Mais aussi le fait qu'il est aussi pragmatique et ne prône aucune idéologie. Quand Trump sentira qu'il respecter par ce genre d'homme, alors il fondera une alliance solide. Il va certainement garder cette position avec Vladimir Poutine qui apprécie justement son intelligence et sa simplicité, mais aussi du fait qu'il n'est pas corrompu et, pour Trump cette reconnaissance est très importante. D'autant plus, qu'il n'a jamais jugé ni humilié le bon Donald. S'il a pardonné à Clinton, il l'a fait uniquement pour raison d'Etat afin d'éviter de mettre le feu aux poudres. Pour ceux qui l'ont humilié publiquement en le réduisant à moins que rien, je doute fort qu'il est de la gratitude ou qu'il pardonne.

Trump et Netanyahou, c'est une autre histoire. Il va devoir apprendre la véritable histoire et, les risques que celui-ci fait encourir aux ''juifs'' de plus en plus, avec ses violations en Cisjordanie, et avec les fouilles archéologiques démentielles en cours sous la mosquée, en quête de l'arche d'alliance. Tout cette folie afin de justifier une prétendue légitimité sur la Palestine et pour reconstruire le temple. Si celle-ci s'écroule comme le prétendent, inquiets des Israéliens, il y risque fort d'y avoir une tempête sans précédent du côté Palestiniens et surtout du Hezbollah qui commence à être sur les dents.

Trump pense sauver la situation et faire entendre raison à Netanyahou. La partie sera rude, voir quasi impossible, tant les sionistes sont enfermés dans leur idéologie. Il veut protéger le peuple israélien, peut-être, à cause de sa fille convertie au judaïsme par amour, du massacre qui peut pointer son nez surtout côté Golan et Cisjordanie.
Il a d'ailleurs prévenu la France de cesser de se mêler de cette affaire, d'autant plus que Tel Aviv ne veut plus entendre jaser Hollande ni le reste non plus. Les amis d'un jour ne le sont pas obligatoirement pour toujours !

Il a réussi à s'entendre avec le président du Mexique qui est aussi un homme de caractère, très éclairé et qui ne s'est nullement opposé à la construction d'une frontière contrôlée, en construisant partiellement un mur dans les endroits passoire et pour le reste des remparts grillagés. Le courant semble être passé entre eux, le président mexicain, le trouvant aimable et correct.

Quant à Xi Jinping en Chine, autre forte personnalité aux idées carrées, je crois que Trump saura le séduire par sa jovialité et son pragmatisme. D'autant plus que Trump travaille beaucoup avec la Chine.
Il est prêt à regarder un autre dirigeant dans les yeux et à entamer des négociations difficiles dans lesquelles, il excelle, afin de dégager des avantages mutuels. La force de Trump c'est une connaissance du business doté d'une grande force de persuasion.Il est capable de vous acheter la tour Eiffel pour 1€ et de vous vendre une salade pour 100€. Sa fierté est de réussir où les autres échouent. Et pour les Etats-Unis, c'est ce qu'il faut pour booster leur économie moribonde et redonner un peu d'espoir au peuple.

Son approche est pragmatique, quant au harcèlement moral et idéologique auquel, les américains ont eu droit avec les clowns précédents, ainsi que les dirigeants étrangers, n'est pas du tout sa tasse de thé. Dernièrement, Obama a encore fait des siennes avec la Grèce et l'Espagne en leur interdisant d’accueillir les navires russes dans leurs ports pour leur ravitaillement. Obama se soucie peu si cela plombe l'économie du pays, ce qui lui importe c'est son idéologie absurde devenue obsessionnelle,voir paranoïaque, comme quoi la Russie veut la mort des pays étrangers afin de dominer le monde. Les USA en sont encore dans les années 70-90, comme les sionistes en sont encore à nous saouler avec la Shoah. Et comme les sionistes ont envahi l'administration américaine et la finance, on peut comprendre pourquoi ils font des fixations disons passéistes afin de maintenir les peuples sous leur influence. Petite formule qui ne prend pas avec l'Axe de Résistance ni avec leurs électeurs de confession juive anti-sionistes.

Ce qui est pitoyable, c'est que tout le monde continu à palabrer sur l'échec de la pauvre Hillary, sans remettre en question son passé sulfureux qui ne s'arrête pas à son côté va-t-en-guerre ou encore aux assassinats commandités.
Au lieu de s’engager dans le dialogue, le fan-club de Hillary a décidé que toute personne qui n’était pas d’accord avec eux était raciste, anti-sémites, islamophobe, sexiste, inculte, ou homophobe, et que c’était une perte de temps de débattre sur le sujet avec de tels personnes aussi infâmes.

Au lieu de tenir leur langue venimeuse dans le fond de leur gorge, et de comprendre que le fan-club de Trump avait aussi le droit d'avoir une opinion et à l'exprimer comme dans toute démocratie digne de ce nom – sans être obligatoirement sexistes racistes ou que sais-je encore – ses âmes trop sensibles se sont enfermées dans leur propre monde étriqué, sectaire, intolérant et pourtant incultes.

Le refus de reconnaître aux partisans de Trump la qualité d’êtres humains à part entière, qui ont autant de valeurs que les autres et, qui ont certainement de bonnes raisons, de le soutenir envers contre tous, n'a pas été le principal échec du camp Clinton, comme veulent le faire croire les journalistes qui cherchent des raisons absurdes. Deux amis américains m'ont dit avoir voté Trump, pour son humanisme et pour ne pas appartenir à la mafia politique, mais aussi parce qu'ils ont découvert que Clinton n'était pas ce qu'elle prétendait être, ainsi que le haut niveau de corruption qui sévit à Washington. Ils ne sont pas non plus pour la guerre. Tout en reconnaissant que la majorité des américains manquaient d'informations sur l'ensemble des sujets concernant Clinton parce que les médias ont fait silence sur de nombreuses accusations, voir les ont nié. Trump a aussi eu l'idée d'ouvrir un espace sur le net pour communiquer avec ses concitoyens où de nombreuses personnes ont commencé à y voir plus claire.

Si l'on demande aux manifestants anti-Trump, pourquoi ils ne sont pas sortis protester contre la guerre des drones, ou contre le financement des terroristes en Syrie, ou contre le rôle de Hillary dans la destruction de la Libye, ou encore où se trouve Homs et Mossoul ou qui est Poutine en vérité, ils sauront à peine de quoi il s’agit. – ce qui nous amène, en fin de compte, toujours aux médias qui ne remplissent plus leur mission qui est d'informer les gens sur les réalités de ce monde ni dans quel panier à crabes les électeurs sont en vérité assis.

Comme quoi les médias à la solde des Clinton, sont dans le déni absolu, et je pense encore pour très longtemps. Par ailleurs, les médias, cite toujours Trump comme l'unique milliardaire candidat, mais Clinton est également une milliardaire liée de surcroît à l'establishment et à Wall street, ce qui n'est pas le cas de Trump. Et les milliards des Clinton, contrairement à Trump, ils ne les ont pas gagné en bossant mais en magouillant au détriment du peuple qui n'y a vu que du feu.

La seule chose qui m'intéresse aujourd'hui, ce sont les décisions concrètes que prendra Trump envers la Syrie et la Russie. Sans cela, rien ne changera. Et des innocents continueront à mourir et d'autres verront leur vie brisée à cause d'une bande de salopards irresponsables.

Quant au destin de la France, nous verrons ce qu'en feront les citoyens. Si l'on ne sort pas de l'UE, rien ne changera, tout perdurera et sombrera au fil des ans. Et dans 6 ans, nous serons au même point, avec des lois liberticides en guise de cerise sur le gâteau, des grincements de dents et leurs lots de jérémiades habituelles. On ne construit rien sur des ruines. Avant de rebâtir, il faut dégager le terrain !