CATEGORIES

mardi 11 octobre 2016

VLADIMIR POUTINE VIENT D'ANNULER SA VISITE OFFICIELLE A PARIS. HOLLANDE RETOURNE SA VESTE !


Vladimir Poutine a reporté sa venue à Paris prévue initialement le 19 Octobre.
Il y aurait eu un contact entre l'Élysée et le Kremlin pour faire savoir à Moscou qu'une réunion de travail avec Vladimir Poutine était possible sur la Syrie, à l'exclusion de tout autre événement pour Hollande. Cet annonce est un leurre. Hollande sait parfaitement que Poutine n'a guère envie de discuter avec le ''minable'' de service. Moscou sait parfaitement que l'Elysée campera sur ses positions aveugles, afin de sauver la face. Pour Poutine, il n'a plus de temps à perdre en vaine discussion avec le gouvernement actuel. Surtout après leur dernière rencontre à l'ONU.

-La visite en France de Poutine était prévue de longue date puisqu'il devait inaugurer à Paris, le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe, et la cathédrale orthodoxe. Il a donc annulé sa visite officielle.

Vladimir Poutine a fait savoir à Hollande, qu'il examinerait la possibilité d’une visite en France, quand le président Hollande se sentira... prêt !!!''. Quelques heures plus tard, Hollande piqué au vif, retourne sa veste, et lui a rétorqué qu’il y était prêt. Quoi déjà ! Oui, mais, Poutine ironisait ! 

-Alors que ces derniers jours, François Hollande minaudait, hésitant et doutant, déclarant, qu'il ne savait pas s'il devait ou non, rencontrer Vladimir Poutine en raison de prétendus "crimes de guerre d'Alep" dont il accuse sans gêne, Bachar al-Assad et à Vladimir Poutine... exclusivement. Tout en refusant d'admettre que la France est à l'origine de ce désastre, ce qui a obligé Poutine à durcir le ton, bien décidé de faire le ménage que cela leur plaise ou non.

Poutine acceptera de le rencontrer quant Hollande sera prêt à reconnaître ses torts, prêt à dire la vérité, prêt à cesser de jouer un double jeu pour plaire à ses amis sionistes.

-Jean-Marc Ayrault, compère et complice, nous a jouer sa comédie en disant à qui veut le croire que François Hollande dirait des "vérités" à Poutine, s'il se décidait à le recevoir le 19 Octobre. Sur ce coup, Hollande n'a plus à se faire de souci. La vérité est bien sûr tout autre. Poutine l'ayant catalogué de ''minable'' et lui a déjà fait part de ses quatre vérité suite à son véto sur le projet de l'ONU. Donc quelle autre vérité peut-il dire à Poutine ? Si ce n'est de lui mentir effrontément afin d'éviter de reconnaître sa responsabilité  ? Une manière de dire, ''moi, je ne voulais pas, c'est les autres qui m'ont forcé ! ''.

Par ailleurs, on peut comprendre que ce pantin n'ait pas envie d'entendre Poutine lui renvoyer une triste image de lui même et ses mensonges en pleine figure.
J.M Ayrault n'hésite pas à dire dans un piteux français, que "Si le président de la République décide que le président russe vient, ça ne sera pas pour des mondanités,- comme si Poutine était le genre d'homme à se perdre en mondanités - ce sera pour dire des vérités, pour sortir de ce qui est en train de se passer là-bas, et pour faire prendre conscience à la Russie, qu'elle est en train de s'engager sur une route dangereuse", a-t-il déclaré en espérant que l'opinion avale encore la couleuvre. Poutine a dû se tordre de rire en entendant son bavardage.

-"Il y a des crimes de guerre en Syrie,c'est une évidence !", a encore répété Ayrault. Effectivement, c'est une évidence. Il est aussi évident que l'Elysée manipule l'opinion en mentant effrontément pour ne pas avoir le courage de dire toute la vérité aux Français. Pourquoi ? Parce qu'ils seraient haïs par le peuple, ils seraient mis au banc des accusés et confrontés à d'interminables procès, puis condamnés à verser des sommes colossales en dommages et intérêts à la Syrie. Ils verraient leur carrière sombrer dans les abysses de l'oubli, et leur réélection serait impossible. Donc, pour être réélu- parce qu'ils y croient -, il faut mentir en rabâchant des inepties pour les citoyens ignorants qui se contentent de lire la presse mainstream, dont le but est de leur faire entendre qu'un seul son.


-Monsieur Ayrault, qui n'ignore pas qu'il ment aux Français, nous informe que, malgré le "profond désaccord" sur la Syrie, la Russie est "un pays partenaire, pas un adversaire".
Ben, voyons ! L'Elysée, n'a cessé d'insulter Poutine, de le taxer de criminel et de boucher, mais cela reste tout de même un partenaire acceptable, comme l'Arabie saoudite, le Qatar et Israel. On se doute qu'une fois réélu, Poutine sera de nouveau fréquentable. Il faut également savoir que le CRIF n'a aucune chance de s'infiltrer au Kremlin ni de donner ses ordres à Poutine, comme il l'a fait avec Sarkozy, le fait avec Hollande et le fera avec Juppé. Une bonne raison de plus, pour diaboliser l'ours des steppes et conseiller Hollande de lui tenir tête - n'a-t-il pas des comptes à leur rendre ? Le CRIF n'a-t-il pas payé sa campagne ?. Ne soyons pas dupe, cette comédie est commanditée par le CRIF, afin de protéger Israel. Ils ont peur que Poutine cherchent ensuite à récupérer les terres volées au Golan et en Cisjordannie, d'où leur acharnement à le discréditer coûte que coûte.

-Les médias Français, sioniste par excellence, évitent de dire la vérité en écrivant ''La Russie a mis son véto samedi soir aux Nations unies à la résolution française appelant à la cessation des bombardements sur Alep.''. En oubliant volontairement de préciser ou de rappeler pourquoi, la Russie a mis son véto. Tout simplement parce que l'Elysée s'est opposé au projet Russie-ONU de faire sortir les terroristes d'Alep en leur offrant l'immunité avec la possibilité de déposer les armes, ou de rejoindre le groupe de mercenaires de leur choix. Ceci pour sauver Alep et libérés les civils, otages des terroristes. Une résolution que Hollande et ses zouaves ont refusé. Convaincus que leurs terroristes gagneront la guerre.


-Et donc, les faire sortir d'Alep représente un danger pour les sionistes Franco-américains qui verraient leurs chouchous qui, une fois à découvert, tomber comme des mouches sous les balles de l'armée Syrienne et Russe. S'ils voulaient sauver la population prise en otage, ils auraient adhéré au projet Russe et ainsi prouver leur bonne volonté et peut-être leur bonne foi aux Français. Voilà pourquoi, Poutine ne peut pas accepter leur comportement qu'il a qualifié de ''minable''.
Ce n'est pas la Russie qui s'est engagée sur une route dangereuse, mais bel et bien la France !