CATEGORIES

lundi 17 octobre 2016

UNE JOURNALISTE VIRÉE A CAUSE DE HOLLANDE ET LA LOI EL KHOMRI


Aude Lancelin, une ancienne journaliste de L'Obs, considère que son licenciement est dû à l'engouement particulier de Hollande pour les journalistes et la presse.
L'Ex-directrice adjointe de la rédaction de L'Obs, Aude Lancelin, préoccupée par la situation des médias suite à son limogeage, vient de publier un livre intitulé ''Le monde libre'' (éditions Les liens qui libèrent). Elle y parle de la collusion entre les médias et les politiques Français. Tandis que la version officielle évoque des raisons de ''management''. Aude est convaincue que son licenciement a été ordonné par l'Élysée. ''Je pensais que François Hollande s'occupait de la Syrie, du chômage de masse, mais il semblerait qu'il s'occupe énormément des journalistes, de leur vie, de leur carrière, et de ce qu'il appelle "sa presse", dont L'Obs fait partie'', a-t-elle déploré.


''Ce qui se passait dans ce journal ne lui convenait pas, et il s'en est ouvert aux actionnaires''.
La journaliste s'indigne, car bien qu'il ait promis aux Français une présidence normal, il n'a cessé de contacter en permanence les journalistes qui ont été persécutés pendant ces cinq ans. Aude confirme que les médias mainstream sont sous le contrôle du CAC 40, ce qui effectivement est inquiétant. Exemple : Xavier Niél, propriétaire du Monde, de l'Obs, Télérama et de Courrier Internationale est en lien directe avec Hollande qu'il écoute religieusement afin de répondre au mieux à ses exigences et réciproquement.


La question sur le motif du limogeage de la Directrice-adjointe a été bien sûr rejetée par Croissandeau, qui a qualifié sa décision de ''managériale'', prétextant que ''la rédaction ne fonctionnait pas bien''. Il en demeure pas moins qu'elle fut très vite remplacer par une collègue ravie d'être propulsée dans la hiérarchie. Peut-être qu'avec une nouvelle tête plus dévouée, ça marchera mieux !
Ce licenciement abusif a provoqué un tollé en soutien à la journaliste. La grande majorité de ses collègues voyant clairement dans ce licenciement une raison politique, et une petite amie à caser.
Ces collègues journalistes,sont convaincus que son éviction est d'ordre politique, les actionnaires étant derrière ce licenciement facilité par la loi El Khomri qui tomba curieusement à pic. Je dirai qu'elle permettra surtout de virer les journalistes et les animateurs qui ne se plieront pas aux exigences de l'Elysée.


Aude Lancelin affirme que Hollande passerait 30% de son temps à contacter les 70 journalistes dont il s'est entouré.
Il les consulte au quotidien, contrôle les articles et n'hésite pas à faire rectifier, ce qui nuirait à son image ou à celle de ses amis. Il se préoccupe davantage de la vie des journalistes que de celle de l'Etat.
Valérie Trierweller cet été avait également affirmé que F.H passé entre 30 et 40 % de son temps a contrôler les médias. Il leur dit ce qu'il veut voir ou non paraître, leur transmet de fausses informations ou des infos biaisés, tronquées ou parcellaires s'il estime que cela sert son image narcissique.

Un communiqué signé par la société des rédacteurs signale que c'est une accusation grave et inacceptable d'y voir une intervention politique, à un an de la présidentielle 2017. Mieux vaut qu'ils s'y habituent, car cela ne va pas aller en s'arrangeant. Cette loi arrange tous les oligarques présent et à venir. Virer sans sommation, quel pied ! Le pouvoir absolu a un arrière goût plus royaliste que républicain. Pas très démocratique tout ça !


Les révélations de Aude, correspondent avec ce que le gouvernement prépare ; museler la liberté d'expression et la liberté de la presse. Le volet ''Juppé'' ne présage rien de bon. L'étape suivante aura plutôt la couleur de la répression pour des raisons de....sécurité et pour des raisons d'Etat, ils s'en prendront à Internet en prenant soin d'oublier Dark-net.