CATEGORIES

vendredi 7 octobre 2016

POUR SAUVER ALEP ET LES HABITANTS POUTINE EST PRÊT A TOUT



Pour sauver la ville d'Alep, Poutine, pour en avoir le cœur net, il est prêt à soutenir l'idée de l'envoyé spécial de l'ONU Staffan de Mistura d'évacuer les terroristes du Front al-Nosra de la cité syrienne afin de protéger la ville de la destruction complète. Les terroristes utilisent les civils comme bouclier humain et les empêchent sous menace d'exécution de quitter les lieux de combat. Pour en finir avec cette vermine, il faut les évacuer et s'asseoir sur son orgueil.
Sinon, la ville sera détruite et les habitants paieront le prix fort puisqu'ils les empêchent de quitter la ville afin que l'armée ne puisse les déloger en bombardant le quartier. Ils empêchent également les mercenaires de déposer les armes, ainsi tenus en otages, en les menaçant de les exécuter. Alep aurait été libéré depuis deux mois, si les occidentaux avec les régimes du Golfe, avaient cessé leurs transferts d'armes à leurs groupes terroristes, sachant qu'ils s'approchent de la défaite totale.

Moscou reproche aux pays de l'OTAN de n'avoir contribué à aucune aide humanitaire. Preuve incontestable que ces ingérants impérialistes qui prétendent vouloir sauver les syriens et donner des leçons n'ont que faire de la population. L'aide humanitaire et médicale est fournie exclusivement par la Russie et Iran. L'Occident lui, et ses amis du Golfe, préfèrent livrer des armes à leurs mercenaires payés par les peuples, afin d'avoir le dernier mot. Pour Moscou, cela en dit long sur ces démocrates.


D'après l'ONU, il y aurait encore à Alep environ 8000 terroristes dont une grande parti du Front al-Nosra. Si al-Nosra part avec ses armes pour Idlib où sont basées ses forces principales…pour sauver Alep, Moscou est prêt à soutenir cette proposition, et de conseiller à Bachar-assad de l'accepter. C'est la seule solution pour différencier les terroristes dit modérés des autres. Quant à ceux qui resteront, ils auront la possibilité de déposer les armes et de retourner à la vie civile. Les autres quitteront le territoire avec leurs armes et iront où ils voudront ou accompagneront Al-Nosra.




M. de Mistura a insisté sur le fait que les terroristes devaient quitter Alep impérativement, pour mettre fin aux exactions, cette partie de la ville pouvant être entièrement rasée d'ici quelques semaines, si les combats venaient à se poursuivre. Il a rappelé que depuis le 23 septembre, 376 personnes sont mortes et 1266 ont été gravement blessées dans les combats du fait que personne n'a fait l'effort de différencier les terroristes. Reconnaître leurs mercenaires, c'est reconnaître leurs exactions et d'en payer le prix.
Les forces régulières syriennes contrôlent à présent la majorité de la ville d'Alep, la deuxième plus grande ville syrienne après Damas.