CATEGORIES

lundi 17 octobre 2016

NICOLAS SARKOZY, SI J’ÉTAIS PRÉSIDENT, CETTE FOIS-CI JE SERAI DE GAULLE


Si j'étais Président, cette fois-ci je serai De Gaulle. Fini alors le Crif, BHL, Israel et les Saoudiens, l'OTAN et l'UE Fini les ingérences, et les dépenses royales ! Nicolas Sarkozy, a exposé ses projets pour la Syrie s’il est réélu président en 2017.
Il entend demander à Vladimir Poutine de réintégrer la grande coalition pour combattre Daech. Il suspendrait les sanctions d'un côté comme de l'autre, et il présenterait ses conditions à Poutine, après qu'ils aient vaincu militairement Daech, lors d'une grande conférence internationale sur la paix et la stabilité en Méditerranée. Sarkozy, décidément, nous fera toujours son show ''JE-JE'' !. Il s'imagine que Poutine se laissera séduire par son verbiage et obéira au doigt et à l’œil. Croit-il pouvoir décider de suspendre les sanctions du côté de Poutine d'un coup d'éponge ?.


Il aurait mieux valu qu'il affirme et se contente de mettre fin aux sanctions absurdes et inutiles Françaises, sans décider à la place de Poutine, si oui ou non, les sanctions russes, doivent être ou non levées. Quant à l'organisation des conditions, après la victoire, autant dire qu'avec Poutine, cela aura lieu AVANT et non APRES ! . Un discours qui ne peut que faire ''rire'' Poutine, militaire de haut vol, bien informé sur les raisons véritables qui motivent tout ce petit monde. Quant à exiger que la Russie intègre la coalition européenne, autant dire qu'il se met le doigt dans l’œil !. Vladimir Poutine n'est pas suicidaire !

Mais la cerise qui a fait sourire le Kremlin, c'est lorsque Sarkozy dit '' Deuxième chose, on demande à nos alliés arabes d'envoyer des troupes au sol. Je ne pense pas qu'on puisse gagner la guerre contre Daech sans soldat arabe au sol ''. Quels sont les alliés arabes de l'Elysée depuis 10 ans ? Mais l'Arabie saoudite et le Qatar , bien sûr ! Et qui de surcroît sont déjà sur le terrain. Tous les autres sont derrière Poutine et Bachar.
Soit Sarkozy, nous prends pour une bande d'imbéciles heureux et insulte notre nation et notre intelligence, soit il prends Poutine pour une andouille farcie manipulable à souhait et, qu'il pourra trahir quand bon lui semblera. Il ne semble pas savoir ou fait semblant d'ignorer, que les mercenaires saoudiens et qataris sont déjà sur le terrain en Syrie et ceux là ne combattent pas Daech, ils sont aussi DAECH. Ces mêmes alliés arabes massacrent également le peuple Yéménite dans l'indifférence générale, comme ils ont semé le chaos en Libye et en Palestine avec les Frères musulmans. Monsieur Sarkozy, en dehors d'endormir les bobos, n'a vraiment pas changé !
Le fait que Daech, Al-Qaïda et takferistes inclus, n’ait pas été encore vaincu étonne toujours Sarkozy ou du moins nous joue la carte de l'ignorance. Ce qui est plus grave.

'' Ça fait cinq ans que la Syrie est martyrisée. Cinq ans ! En cinq ans, qui peut croire que le monde démocratique ne peut pas venir à bout de cette bande de fous dangereux de l’État islamique''. Hé, oui, comment cela est-ce possible que des démocrates n'aient pas réussi à dompter ces mercenaires entretenus par les gouvernements occidentaux ? C'est une question pour laquelle, il n'a toujours pas trouvé de réponse, ni les coupables, dont il fait pourtant parti. Quand, le chaos en Syrie a-t-il démarré ? Exactement au même moment qu'en Libye. L'histoire du ''printemps arabe'' n'est rien d'autre qu'un chaos organisé dans lequel on retrouve encore la sioniste Clinton.

Mais le plus incroyable, c'est que langue de bois et sourde oreille continuent de plus belle.

''Comment trouve-t-on des solutions si on ne parle pas?'' nous serine N.Sarkozy en critiquant l’approche adoptée par son compère de foire François Hollande face à ses relations ''plomb durci'' avec Poutine. Parler, discutter, papoter ! Mais qu'est-ce que fait Poutine qui ne cesse de les convoquer à l'ONU, quand ce n'est pas Hollande qui s'y colle croyant avoir le dessus. Et Sarkozy vient nous chanter que l'on ne trouve pas de solution si l'Elysée ne parle pas. Mais si l'Elysée ouvre sa gueule, mais c'est le manque d'objectivité, l'absence d'humanisme et de bonne volonté qui font défaut.
Qui rejette la seule solution qui fut proposée par Poutine et l'ONU, si ce n'est qu'ils retirent leurs mercenaires d'Alep ? Qui refuse de retirer ses troupes d'assassins d'Alep si ce n'est Hollande et ses sbires ?

Suite à l'annulation de la visite de Vladimir Poutine en France, Nicolas Sarkozy a fustigé la politique de François Hollande à l'égard de la Russie. ''Je regrette la politique conduite avec constance vis à vis de la Russie. J'ai des désaccords avec Monsieur Poutine, mais je considère que le devoir de la France, l'intérêt de la France et de l'Europe, c'est que la Russie, la France et l'Europe dialoguent'', a-t-il de nouveau déclaré.


Sarkozy persiste et signe en pratiquant la seule langue qu'il connaisse, la langue de bois en répétant les mêmes formules alambiquées, les seules qu'il a apprise par cœur et qui n'ont pour comparaison que le vent. Quant aux désaccords dont il prends soin de ne pas parler, concerne particulièrement la merde qu'il a semé en Libye. D'ailleurs, dernièrement, Poutine n'a pas manqué de leur le rappeler. Une manière de leur faire savoir qu'il n'a rien oublié de leurs petites magouilles avec les Saoudiens et les Frères musulmans pour s'emparer du pouvoir.

Sarkozy nous demande et nous rabâche ''Comment va-t-on arranger la situation, si on ne parle que par communiqués interposés, si on se fait la tête, si on entre dans une nouvelle Guerre froide? C'est irresponsable ! . Comment trouve-t-on des solutions si on ne parle pas ?'' .Pourtant, c'est d'une simplicité enfantine : retirer ses troupes de tueurs du territoire afin qu'ils cessent de faire ''du bon boulot''. Reconnaître ses torts et, cesser de prendre les gens pour des imbéciles incurables et, dire toute la vérité. C'est ce que veut entendre Poutine.

Quant à François Fillon, qui a aussi critiqué la position de Hollande, est aussi à l'origine de ce chaos, nous fait part de son indignation : '' On peut contester et réprouver la stratégie russe, mais il ne sert à rien d'humilier la Russie. De Gaulle discutait et s'alliait avec Staline, pour abattre le nazisme. Hollande, lui, esquive Poutine, alors que tout devrait être entrepris pour juguler le totalitarisme islamique et trouver une issue à la guerre !''. HA, De Gaulle !, s'il n'avait pas existé, il aurait fallu l'inventer !

Depuis, un an, ils souviennent tous de De Gaulle, chacun y va de sa petite phrase miraculeuse, '' De Gaulle, par-ci, De Gaulle par là !''. Ils se réclament tous, du plus Grand des Hommes du 20 ème siècle, ce même homme, qu'ils ont tous décrié en 1968 pour son manque de ...libéralisme.
De Gaulle serait encore parmis nous, il serait vert de voir s'agiter ces pantins irresponsables. Il aurait honte de savoir avec qui le gouvernement s'allie aujourd'hui. Prononcer son nom, est une insulte pour les Gaulliens monarchistes.

On ne mélange pas le gaullisme avec le sionisme-socialisme. Ils n'ont rien de commun avec le grand Charles. Qui sont-ils ces mollusques pour critiquer la stratégie et les décisions de Poutine plus gaulliste qu'ils ne le seront jamais ? Il n'y a pas à discuter du sort des criminels avec ceux qui ont allumer le feu. Ils doivent être éliminés sans distinction et non, selon les préférences des protagonistes.



ILS SE RÉCLAMENT TOUS DE DE GAULLE
Sarkozy comme Fillon, ils n'ont ni la carrure ni l'expérience de terrain de Poutine qui comme Charles De Gaulle est un militaire de haut vol et qui est trop bien informé sur chaque loustic pour se laisser berner comme un débutant.
On retrouve sur le même strapontin, Dupont-Aignan ou encore Melanchon. Ils veulent tous faire appel à Poutine pour les sortir de la merde, mais delà à l'apprécier à sa juste valeur, il ne faudrait pas exagérer !. Ils lui reprochent tous sa dureté, sa poigne de fer, ses méthodes pénitencières pas très socialistes.

Personnellement, je n'ai aucune pitié pour les meurtriers et bien moins encore, si on assassine froidement, mon enfant un 14 Juillet ou un 13 Novembre, comme je n'ai ni pitié, ni pardon ni oublie face à un Etat complice ou corrompu.
-C'est ce que les dirigeants ont toujours fait en Syrie, en Irak, en Libye, en Iran, en Chine, au Maroc, en Russie et ailleurs ; ils n'ont jamais eu de pitié pour les tueurs ni envers ceux qui veulent s'emparer du pouvoir par la force, au nom du peuple ou pour son bien qui souvent ne demande rien.

C'est bien ce que font les Etats-Unis, après les avoir torturé dans les pires conditions et avoir mené des expériences médicales, ainsi que leurs chers alliés comme l'Arabie saoudite, le Qatar ou encore la Turquie. Alors que nos politiciens soient ou non d'accords avec ce principe, qu'ils le contestent ou pas, c'est ainsi, et il faudra bien qu'ils l'acceptent si nécessaire par la force, au lieu de nous jouer les femelles effarouchées, tout en se planquant derrière une démocratie aussi fumeuse que sulfureuse. Contrairement aux élites françaises en talonnettes, avec Poutine c'est clair : tu vole, goulag ; tu assassine, goulag ; tu trahis l'Etat, goulag ; tu profane les lieux saints, goulag... ; t'en crève, tant pis !. De toute façon, les salopards, c'est comme les bons à rien, ça se reproduit à l'infini. Alors qu'il en manque 500 ou 1000 à l'appel, c'est toujours ça de gagner !