CATEGORIES

dimanche 30 octobre 2016

LES REBELLES WALLONS ET ALLEMANDS ONT ENCORE PERDU FACE AU CETA ET AUX ULTRA LIBERALISTES

La Wallonie a capitulé  ! Mais l'Allemagne aussi. En vérité, l’opposition la plus sérieuse ne vient pas uniquement de Belgique, mais d’Allemagne qui avait émis des objections et poser des conditions draconiennes sur ce genre d'accord mi-figue mi-raisin qui avantageait uniquement le Canada et ses entreprises américaines. Un accord a été trouvé au finish avec la Wallonie et l'Allemagne.
Il paraît que l' on respire enfin à Bruxelles ! et que la dramatique prise d’otages aurait pris fin. La presse mainstream serait également soulagée de voir, ô combien, son combat à porter ses fruits en prouvant à quel point la résistance de la Wallonie face au CETA, ''était absurde, lamentable et mortifère''. De vilains gros mots, pour des futurs grands maux !. Le bonheur des uns, fait en apparence le malheur des autres. Sauf que les initiateurs de ce concept ultra-commercial risquent de morfler d'ici 5 ans !

Seul désaccord persistant : celui des peuples. Mais, comme d’habitude en matière de business, les atlantistes ne vont pas se laisser arrêter par ce genre de détail insignifiant ou les mauvaises odeurs !.

Quoi qu'il en soit la Wallonie a craqué mais l'Allemagne aussi, donnant ainsi le feu vert au CETA, non sans avoir batailler sur les vices cachés. Il est vrai que les pressions n’ont pas manqué pour lui faire entendre raison. Tous les charognards se sont ligués comme un seul homme, contre les Belges et les Allemands ; soit 27 pays, toutes couleurs politiques confondues, en passant par la CE et donc Junker qui le voulait absolument, convaincu que cela va sauver l'Europe, mais aussi les syndicats patronaux, ainsi que les experts et les fameuses têtes pensantes ''think tanks'' de tout poil, très à la mode en ce moment en Europe. Une mode américaine où il faut être plusieurs pour avoir une idée de génie, comme l’Institut Montaigne, qui bavait pour influencer les récalcitrants, qu’en cas d’échec, Poutine sabrerait le champagne. Une phrase censée être magique !

Bref, ils ne pouvaient tolérer plus longtemps qu’un pays se permette de prendre paraît-il 500 millions d’Européens en otage. Enfin, 500 millions est grandement exagéré car en vérité, il s'agit d'une poignée d'oligarques industriels et financiers qui veulent coûte que coûte ce marché alléchant.

Mais rien n'est encore définitif, ce merveilleux traité qui est sensé faire la joie des oligarques avant celle des peuples, doit passer par une ratification, exigeant là-aussi le feu vert des 27 Etats membres. Mais comme, il paraît qu'ils étaient tous pour la mise en place de ce traité fabuleux, cela ne devrait pas poser de problème. Et si par malheur un pays changeait d'avis, nous pouvons être certain qu'ils sauront contourner la loi.

Bref, il paraît qu'il n'est plus question de laisser Vladimir Poutine arroser au champagne les déboires des pauvres industriels Occidentaux. Sauf, que Poutine pourrait bien un jour sabrait le champagne face à quelques désastres qui ne manqueront pas de se présenter – chômage accru – robotisation accélérée – faillites- dépôt de bilan - misère - etc... Le CETA, c'est permettre un commerce totalement débridé, en bradant nos secteurs économiques. Que du bonheur ! Vive le CETA, vive la TACE !

Car si ce traité est signé, afin de priver Poutine de se réjouir, les occidentaux pourraient fort bien le regretter. Car nos oligarques ne sont pas connus pour être des têtes pensantes quoi qu'ils en disent, ni pour se préoccuper des conséquences de leurs décisions souvent absurdes sur notre société. Quant on découvre que Junker croit être sous la surveillance des Aliens, c'est une preuve irréfutable que l'on est condamné !

Ce qui est effarent, c'est que nous savons que l'ultra-libéralisme est suicidaire. Et bien malgré cela, on en rajoute une couche et celle-ci vaudra son pesant d'or en matière de désastre. L’UE est devenue une société commerciale ultra-libérale. Elle met le commerce au-dessus de toutes les autres politiques qu'elle soit industrielle et agricole.

Dans le cas du CETA, c’est aussi un accord de partenariat pour l’investissement. Au sein de ce partenariat, il y a des mesures, telles que le Tribunal privé, censé régler les conflits entre les sociétés multinationales et les autorités publiques. Un Tribunal privé chargé de juger des conflits entrepris par des multinationales contre des Etats dont les lois ne leur plaisent pas ou plus.

Comme des lois environnementales ; au diable la pollution, la stérilité de la terre, vive les pesticides ! Le fric se gagne maintenant. Côté santé publique, ou lois sociales, ils s'en moquent, leur monde est bien protégé – Nos lois et règles sont attaquées par les multinationales comme dernièrement la loi du travail. Cette loi du travail a été attaquée en prévision de ce traité. Qui permettra de virer des employés du jour au lendemain qui seront remplacés par des robots par exemple.

Les ''démocraties'' occidentales doivent arrêter de s'auto-mutiler au niveau de leurs lois, de légiférer, pour le profit des multinationales, dont le seul intérêt est de faire le maximum d’argent en un minimum de temps, sur le dos des peuples, afin de se construire un monde confortable et ultra sécurisé.
Les oligarques ne sont pas là, pour faire du social, mais du fric uniquement pour leur bien-être personnel. Quant tout le monde aura bien compris le message, peut-être qu'il commencera enfin à se réveiller. Au lieu de ça, pour l'instant, des citoyens manifestent mais ils s'empressent d'aller se recoucher tant ils craignent de perdre les quatre sous et de perdre leur emploi devenu précaire. Mais ils perdront bien davantage en se réveillant trop tard. Car pour attaquer le système devenu fou, il faut s'en donner les moyens et aller jusqu'au bout de ses convictions. C'est en cela que l'on différencie les révolutionnaires des esclaves.

Après tout, n'a-t-on pas toujours ce que l'on ne veut pas ?