CATEGORIES

lundi 24 octobre 2016

LA POLICE EN COLÈRE SE REBELLE. LA GOUTTE QUI FAIT DÉBORDER LE VASE DU DÉGOÛT ET DES RANCŒURS




« François Hollande, t’es foutu. 
La police est dans la rue ! »

Après les Calaisiens, les agriculteurs, les salariés,..François Hollande qui vient de recevoir une nouvelle gifle et non des moindres. Cette fois-ci, ce sont les policiers qui élèvent la voix. Et je les soutiens, d'autant plus que mes neveux sont dans la police et la gendarmerie nationale et vivent cette déliquescence depuis plus de 15 ans. Autant dire, qu'ils ont tous de la patience, malgré que bon nombre d'entre eux l'ont déjà payé chèrement. C'est aux citoyens de les soutenir dans ce combat légitime. Si, ils ne peuvent remettre de l'ordre dans cet état moribond et secouer l'Elysée, je me demande qui demain, en sera capable.

Pauvre Hollande ça claque de tous les bords. Il fera l'effort de les rencontrer mercredi soir, afin de les calmer et de répondre à leurs exigences légitimes. Des mesures ont été promises par le directeur général de la police national.
Les policiers en colère sont à bout de nerfs pour travailler dans de très mauvaises conditions et pour essuyer des insultes et des menaces au quotidien. Sans oublier les dépressions qui se multiplient et les suicides. Ils réclament notamment plus d'effectifs et de moyens matériels, des peines sévères pour leurs agresseurs, et la révision des textes de lois sur la légitime défense, mais aussi la réforme du code pénale etc...



François Hollande, qui assure, une fois de plus, prendre la mesure du malaise de la police et de la gendarmerie, recevra leurs représentants, alors que la fronde se poursuit dans les rangs des forces de l'ordre. Mais est-il vraiment conscient de ce qui risque de se passer s'il ne réagit pas très vite et s'il croit pouvoir les endormir avec des mots enrobés de miel ? Il va devoir débloquer des fonds rapidement. Quant on distribue notre fric à tort et à travers pour les migrants, Al Nosra et les Casques blancs, il devrait en avoir assez pour notre police. Autrement, il peut demander une subvention au Qatar ou aux saoudiens en échange d'une légion d'honneur !

F.Hollande avait annoncé ces rencontres jeudi dernier, ''pour que nous puissions aller jusqu'au bout de ce que ces policiers ou ces organisations demandent''. Depuis l'affaire du Bataclan, l'Etat leur avait promis de leur offrir de nouveaux équipements et du matériel, mais depuis rien n'avait été fait pour ceux qui sont en première ligne. Par contre les policiers d'élites avaient eu gain de cause. Donc Hollande compte enfin aller jusqu'au bout de ses promesses. Pour cela, il aura fallu que la police tape du pied pour que le gouvernement se réveille. Et encore, rien n'est gagné.
Il recevra donc à 18 heures les organisations représentatives de la police nationale, puis à 19h30 le Conseil de la fonction militaire de la gendarmerie.

La police en a marre d'être prise pour cible sans pouvoir se défendre contre la voyoucratie qui se permet de violer les lois en toute impunité. Le mouvement a démarré le 17 Octobre, avec une spectaculaire manifestation nocturne sur les Champs-Élysées, de policiers exaspérés par l’attaque au cocktail Molotov de quatre de leurs collègues. La goutte qui a fait déborder le vase du dégoût et des rancœurs.
Estrosi a encore fait des siennes accusant la CGT d'être à l'origine du mouvement de colère des policiers pour avoir incité les voyous à les agresser suite à un tract paru en Mai dernier. Si l'on en croit Christian Estrosi qui accuse sans tenir compte des dates, les policiers auraient été plutôt long à la détente.

Une accusation grave que n'a pas apprécié la CGT qui n'a rien à voir avec ce mouvement policier, dénonçant les propos ''diffamatoires'' de Christian Estrosi, qui n'en loupe pas une pour jeter de l'huile sur le feu inversant les faits, l'a accusée d'avoir incité les jeunes à cogner sur des policiers. Ce qui est faux.

Le tract avait été diffusé par les cégétistes au plus fort de la mobilisation contre la Loi Travail, lors de violents incidents en marge des cortèges, touchant des manifestants et par ricochet des policiers à bout de nerf. Il avait alors suscité une vive polémique, le syndicat plaidant la liberté d’expression face à ses détracteurs excités.

Cette affiche dénonçait seulement des abus ordonnés par le gouvernement contre la liberté d'expression et, avait pour but de réveiller les consciences. Il n'y avait donc aucune raison de polémiquer pas plus, lorsque des caricaturistes font des dessins qui heurtent l'opinion ou des affiches qu'installent certains politiques dans leur ville.

Plus de 500 policiers se sont rassemblés chaque soir à Paris et en province pour dénoncer la violence dont ils font l’objet de plus en plus au quotidien, et leurs conditions de travail lamentables. Au départ, le gouvernement au lieu de les écouter, leur a parler de les sanctionner pour oser élever la voix. Comme quoi la communication n'est décidément pas leur tasse de thé.
Ni d'ailleurs cette triste réalité. Les sauvageons des années 90 sont devenus des sauvages en 2016 à cause du gouvernement.



Pour ce gouvernement sauce mayonnaise, la police doit rester sagement au pied d'un séquoia ou sous une caméra vidéo ou encore jouer les vigiles devant des écoles privées ou servir de raquetteurs pour l'Etat en collant des amendes. Qu'est-ce que c'est que ce bordel ?
En France, l'Etat détient le record du monde de contraventions abusives. Côté justice, là aussi, ils en ont marre des lois que les politiques ne cessent de remettre en cause. Avec les socialistes menthe à l'eau, les voyous ont la vie belle et un avenir de récidivistes tout tracé. Les juges les relâchent aussitôt dans la nature, à la demande du gouvernement qui a créé des lois pour protéger non pas les citoyens, mais les salopards qui ont visiblement carte blanche et tous les droits. De quoi dégoûter de plus en plus la police qui voit leurs efforts réduits à néant. Les juges doivent aussi dire stop aux lois liberticides, car ils ont aussi leur part de responsabilité lorsqu'il y a des dégâts.
A cause d'un Etat devenu laxiste voir carrément absent pour faire la part belle aux mafieux de tout poil, la police trinque de plus en plus, et les voyous dansent. Quand la police se révolte, c'est que nous touchons le fond.

La police a été créée pour combattre le banditisme pas pour racketter les citoyens, ni pour regarder les mouches voler pour éviter les vagues. Les lois irresponsables de Rachida Daty et Taubira doivent être abandonnées, bannies du code pénale. Les policiers doivent être armés et ré-équipés correctement et disposer de véhicules adaptés. Les commissariats doivent être rénovés ; car là encore, le laisser aller est de mise.

Les délinquants doivent faire l'objet d'une comparution immédiate et condamnés.

Les policiers ont promis de poursuivre leur bras de fer avec le gouvernement et leur hiérarchie - qui bénéficie de prime conséquente pour éviter les vagues -, encouragés par une forte mobilisation que tentent de canaliser les syndicats en qui, ils n'ont pas confiance pour faire généralement le jeu du gouvernement, et qui se fatiguent très vite.
Les médias n'ont cessé de préciser ''manifestation non autorisée'' depuis quand doit-on demander à des incapables, spécialistes du chaos ambiant, l'autorisation de manifester son mécontentement et de les rappeler à ...l'ORDRE ?!.