CATEGORIES

lundi 24 octobre 2016

FRANCOIS HOLLANDE REÇOIT A L’ÉLYSÉE LES CASQUES BLANCS VERSION CAMOUFLEE A LA RÉPUTATION DOUTEUSE



Encore un mensonge de la bande à Bonolande. Ils ne nous auront rien épargné. La France est devenue le siège de la voyoucratie dont Hollande se plaît à en être le roi et Ayrault le prince héritier !
Reçus en grande pompe à l’Élysée et à l’Assemblée nationale, les Casques blancs sont par ailleurs célébrés dans tous les médias comme les héros anonymes de la guerre en Syrie qui ne sont pas si anonyme qu'on nous le dit. Sinon, ils ne seraient pas reçus en grande pompe au royaume de France. Pourtant, cette ONG est aussi controversée pour avoir entre autre, usurpé leur titre à la véritable association des Casques blancs fondée dans les années 50, et n'est pas du tout, aussi héroïque que Paris veut nous le faire croire.


François Hollande, qui a l'art de choisir ses copains et qui n'hésite pas à se compromettre, a reçu à l'Elysée avec son copain de jeu Ayrault, le fameux Rahed Saleh — le chef des Casques blancs ''syriens'', ainsi qu'une prétendue délégation de personnalités d'Alep qui œuvrerait pour la défense de la Syrie. Des sauveteurs propagandistes qui se mettent très souvent en scène en train de sauver des enfants pour tromper et apitoyer l'opinion. Ils sont aussi à l'origine de l'image propagande d'Omran.

Quant on connait le livre ''Nos très chers Emirs'', on s'interroge et on se demande si Le Guen n'y est pas pour quelque chose. Des personnalités aussi conviées à l'Assemblée nationale par les socialistes avec en tête Manuel Valls et sous l'ovation des députés soient complices ou très mal informés voir pas du tout. Organisation derrière laquelle on retrouve le Qatar.

Les Casques blancs, cette prétendue défense civile que l'on fait passer pour syrienne, ont vécu une vraie consécration politique à la sauce socialiste.
Les Casques blancs affirment avoir sauvé plus de 62.000 vies depuis trois ans et, prodiguer des services auprès de 7 millions de personnes. De vraies petites abeilles !. Ces chiffres sont bien sûr invérifiables, aucun listing, aucun chiffre précis, aucun nom, aucun lieu ; juste des mots. Il est clair qu'ils sauvent des vies, mais faudrait-il encore savoir de quelles vies parlent-ils vraiment, celle des enfants, des citoyens ou celle des mercenaires américanos européens ou tous à la fois ?

Cette visite surprenante et nauséabonde laisse une impression de malaise qui a dérouté de nombreux analystes et citoyens informés : Rahed Saleh, l'invité de Hollande qui semble aimer aduler la voyoucratie, est curieusement interdit d'entrée sur le territoire américain depuis Avril dernier.

Il est listé comme personne suspectée d'être en lien avec des organisations terroristes dont Al-Nosra, ce qui lui a valu d'être refoulé à l'aéroport. Autre personnalité de cette délégation, Hagi Hasan Brita, président du ''comité civil d'Alep'', présenté aussi comme étant le maire d'Alep, ce qui a fait aussitôt réagir et pour cause Vanessa Beeley, journaliste et photographe indépendante, qui s'est dernièrement rendue en Syrie :

''Hagi Assan Brita est présenté comme le maire d'Alep, il n'est pas le maire d'Alep ! 1.5 Million de personnes démentiraient qu'il est le maire d'Alep ! Il n'a certainement aucune relation avec le conseil local à Alep Ouest qui couvre 75% de la surface l'Alep. Il a été nommé maire en 2016, ce qui est un autre moment de folie !''

La question que l'on est en droit de se poser '' à quoi joue Hollande et sa clique, en dehors de prendre les peuples pour des imbéciles ? Pour moi, c'est de la provocation, hormis le fait que cet andouille nous rejoue le même scénario de Benghazy.

Les casques blancs ont été créés en 2013 par James le Mesurier, un ancien officier britannique reconvertit dans le mercenariat, dont la société est basée à Dubai. Je crois que tout est dit. Un mercenaire crée des mercenaires avec la complicité du Qatar. Ils sont l'anti-thèse des Casques-bleus. Les White Helmets ou Casques blancs, une organisation sulfureuse déguisée en ONG humanitaire, qui mène un jeu à double face en Syrie.

Cette organisation n'a pas hésité à fabriquer de fausses preuves dénonçant les "bavures" commises lors d'intervention Russe en Syrie. Une initiative commanditée par leurs soutiens occidentaux, afin de discréditer Moscou. Ils n'hésitent pas à utiliser des photos qui n'ont aucun rapport avec les faits réels afin de tromper les internautes qui ont réussi à déjouer leur propagande mensongère en reconnaissant les photos pour suivre l'actualité de près.

On ne s'étonne plus de rien, surtout lorsque l'on sait que les américains ont produit de fausses vidéos djihadistes et de nombreux photos-montages pour accréditer leurs mensonges et tromper l'opinion et surtout les internautes que les sionistes aimeraient réduire au silence pour pouvoir régner en toute quiétude en menant leurs actions malsaines sans que les peuples n'en sachent rien.


Les Casques blancs se présentent comme une organisation neutre et impartiale, qui ne reçoit aucun financement de ''gouvernements ayant un intérêt direct dans le conflit syrien''. Mais indirect, OUI ! Donc pour l'impartialité et la neutralité, on y croira dans une prochaine vie.
Une information que leur vice-président, Abdulraman Al-Mawwas, a confirmé devant l'Assemblée nationale, indiquant que le groupe reçoit ses financements des États-Unis, de l'Angleterre, de la Hollande, de l'Allemagne et du Danemark. Une liste de généreux donateurs, qui ont, comme le rappelle Vanessa Beeley publiquement pris position et investi en faveur d'un changement de régime en Syrie, relativisant ainsi le critère d'impartialité.


Si les USA interdise qu'ils viennent aux Etats-Unis, rappelons que Mark Toner, porte-parole adjoint du Département d'État américain, le 27 avril dernier, annonçait un soutien aux Casques blancs de 23 millions de dollars via USAID, tandis que le bouffon de la reine d'angleterre Boris Johnson évoquait fin septembre, non sans ''fierté'' de leur prodiguer un soutien de 32 millions de Livres . Mais si l'indépendance financière des Casques blancs, face aux acteurs direct du conflit, n'est rien d'autre que de l'enfumage médiatique. Vanessa Beeley va plus bien plus loin, quand elle affirme :

''Les Français doivent se demander pourquoi ces terroristes sont reçus à l'Assemblée et considérés comme des VIP, alors que leurs organisations sont liées à celles qui ont mené les attaques terroristes à Nice et à Paris.''


Ces Casques blancs se servent de leur site pour accuser Moscou de tous les méfaits réaliser par les mercenaires. Dés qu'ils ouvrent la bouche, c'est pour déverser des mensonges sans aucune preuve à l'appui autre que des preuves falsifiées à la demande des protagonistes occidentaux afin de diaboliser Poutine. Cette organisation est une fumisterie qu'Hollande se plaît à aduler pour leurs exploits propagandistes et pour leur dévouement auprès des mercenaires hollandistes.

Vanessa Beeley a souligné que les White Helmets, précédemment appelés Syria Civil Defense (Défense civile de Syrie) qui, comme leur allié Al Nosra a changé de nom, n'ont pas été créés par des Syriens et qu'ils ne défendent certainement pas les intérêts des Syriens, mais bel et bien ceux de Londres et de Washington et du fameux Conseil national syrien, une organisation liée à Al-Nosra. Leur rôle diaboliser Bachar Al-Assad et propager de fausses informations que les médias occidentaux se refilent sans en vérifier la véracité pour plaire certainement au dirigeant du moment comme Hollande qui leur consacre 1/3 de son temps pour faire causette.


Les Casques-blancs ou White Helmets, sur leur site, en diabolisant Moscou et Damas, recherchent de la viande à canon et appellent ainsi les internautes déjantés à rejoindre leurs rangs en leur mentant effrontément. L'idée, non moins machiavélique, de créer une fausse ONG humanitaire reconnue par des ripoux gouvernementaux ne peut qu'accréditer leur ''utilité'', et leur sérieux. Un piège parfait qui, heureusement, peu à peu se fissure grâce à des internautes perspicaces et aux analystes.

Dans le sillage du court-métrage documentaire diffusé par Netflix plusieurs stars se sont mobilisées pour que le Nobel de la paix soit décerné aux Casques blancs dont George Clooney, Ben Affleck, Daniel Craig, Susan Sarandon, Ridley Scott ou Alicia Keys ont signé une pétition. Le dévouement désintéressé à aussi aujourd'hui besoin de ses moments de gloire et de reconnaissance. On est bien loin des véritables Casques Blancs.

Qualifiés par Courrier International (journal appartenant à Niel un pote à Hollande) de ''héros ordinaires de la guerre civile", ceci pour ne pas les mélanger certainement avec les héros extraordinaires. Ils étaient une vingtaine en 2014 et, aujourd'hui, ils sont 2618 qui aurait réussi à sauver des milliers de victimes, comme quoi la propagande marche bien. Des victimes - contrairement aux bénévoles si dévoués - que l'on a oublié de les comptabiliser.
Ces bénévoles en mal de reconnaissance et de gloire qui n'ont rien de héros Extra-ordinaires, seraient des coiffeurs, ouvriers, vendeurs de tapis, commerçants, techniciens, artisans visiblement au chômage ou des étudiants désœuvrés qui n'avaient aucune qualification en matière de sauvetage ni d'ailleurs militaire.

Leur chef Raed Al-Saleh, qui se complaît à colporter des mensonges pour le plus grand bonheur de Hollande, confiait à qui voulait l'entendre que "les choses auraient nettement empiré" depuis l'intervention de la Russie, qu'il a accusé, sans preuve autre que falsifiée, de viser délibérément des cibles civiles.
Ces pauvres Casques blancs qui nichent parmi les islamistes payeraient, selon des chroniqueurs, un prix terrible à Alep à cause de l'aviation russe, bien sûr ! et, qui aurait "systématiquement visé" leurs centres de soin niché où ça ? Au beau milieu du secteur des djihadistes de Al-Nosra, les tartufes modérés qui tiennent la population en otage et interdit l'accès des secours de l'ONU sous l'égide de la Russie. Début septembre, ils faisaient partie des 73 ONG à avoir suspendu leur coopération avec l'ONU pour protester soit disant contre Bachar al-Assad qui les aurait empêché de sauver les victimes.
Les parlementaires européens soutiendraient ces sauveteurs occasionnels non expérimentés, dont la députée britannique Jo Cox, qui fut assassinée en Juin dernier qui s'était engagée en faveur de ces sauveteurs en mal de reconnaissance. Peut-être un peu trop !.

POUR EN SAVOIR ENCORE PLUS
LES CASQUES BLANCS UN NOM GALVAUDE 
Propagande et manipulation : Fiche signalétique des Casques blancs
Par Simon Wood – Le 5 -10- 2016 – Source Off Guardian
À propos des Casques blancs, voici quelques faits que vous devez connaître. Partagez-les avec votre famille et vos amis qui croient encore en les médias commerciaux occidentaux.

Les Casques blancs, aussi appelés Défense civile syrienne, ne sont pas ce qu’ils prétendent être. Le groupe n’est pas syrien ; il a été créé avec des fonds étasuniens et britanniques, sous la supervision d’un entrepreneur d’armes britannique en 2013, en Turquie. Pour surgir sur le terrain dés 2014.

Le nom «Défense civile syrienne» a été volé à l’organisation syrienne légitime du même nom. L’authentique Défense civile syrienne avait été fondée en 1953 et est un membre fondateur de l’Organisation internationale de défense civile (1958) d'origine militaire.

Le nom de «Casques blancs» a été improprement repris par l’organisation de secours argentine légitime Cascos Blancos / White Helmets. En 2014, Cascos Blancos / White Helmets a été honoré par l'ONU pour 20 ans d’aide humanitaire internationale.

Les Casques blancs de l’OTAN sont d’abord une campagne médiatique pour soutenir les objectifs de changement de régime des États-Unis et de leurs alliés. Après avoir été fondé par James Le Mesurier, la célèbre marque Casques blancs, lui a été attribuée en 2014 par une société de marketing nommée La campagne syrienne, gérée depuis New York par des non-Syriens comme Anna Nolan. La Campagne syrienne avait elle-même été incubée par une autre société de marketing nommée Purpose .

L’affirmation des Casques blancs, comme quoi, ils seraient «neutres, impartiaux et humanitaires et au service de tous les habitants de Syrie» est fausse. En réalité, ils ne travaillent que dans des zones contrôlées par l’opposition dite modérée, des terroristes associés avec le Front al-Nosra/al-Qaïda (récemment renommé Jabhat Fath al Sham).

Les Casques blancs affirment être sans armes, mais c’est faux. Il y a des photos montrant leurs membres portant des armes et célébrant des victoires militaires de Al-Nosra/al-Qaïda.

Les Casques blancs affirment être apolitiques et non alignés, mais c’est faux. En réalité, ils promeuvent activement et font pression en faveur de l’intervention des États-Unis et de l’OTAN, violant ainsi les règles du travail humanitaire authentique.

La description de Right Livelihood - prix Nobel alternatif, en français - selon laquelle la «Défense civile syrienne» a sauvé 60.000 personnes et ''soutiendraient la fourniture de services médicaux à près de 7 millions de personnes» est fausse. Les seuls soutient humanitaire et médicaments sont russes et syriens et depuis peu arménien. Il n'y a aucun convoi humanitaire ni Français ni européen.
En réalité, il reste peu de civils dans les zones contrôlées par les terroristes en Syrie. C’est pourquoi nous voyons ces vidéos choquantes représentant les Casques blancs.
Les Casques blancs de l’OTAN sapent et détournent d’elles le travail d’authentiques organisations comme la VRAIE Défense civile syrienne et le Croissant-Rouge arabe syrien.

Le récent film Neflix sur les Casques blancs n’est pas un documentaire ; c’est une auto-publicité promotionnelle. Les réalisateurs n’ont jamais mis un pied en Syrie. La vidéo syrienne, réelle ou mise en scène, a été fournie par les Casques blancs eux-mêmes. Depuis le début, avec les scènes montrant un acteur Casque blanc disant à son petit garçon de ne pas faire la vie dure à sa maman et jusqu’à la fin, la vidéo est artificielle et manipulatrice.

La vidéo a été produite par une société de marketing commerciale, Violet Films/Ultra Violet Consulting, qui fait de la publicité pour ses services dans la «gestion de médias sociaux», la «gestion de foules» et la «mise en œuvre de campagnes médiatiques».

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker francophone

http://lesakerfrancophone.fr/fiche-signaletique-des-casques-blancs