CATEGORIES

jeudi 22 septembre 2016

CHAOS EN CAROLINE DU NORD, LE PEUPLE NOIR SE RÉVOLTE SUITE A UNE NOUVELLE BAVURE POLICIÈRE




De nouveau, un homme noir a été abattu par la police, ce qui a déclenché de violentes émeutes à Charlotte, une vague de haine sans précédent. Un insurgé est entre la vie et la mort pour avoir été grièvement blessé par des tirs.

Pour la deuxième nuit consécutive, les violences font rage à Charlotte. Les citoyens excédés par le racisme de la police sont devenus agressifs, et sont décidés à ne pas se laisser abattre sans de véritables raisons.
Face aux émeutes, le gouverneur de l'État américain de Caroline du Nord Pat McCrory a décrété l'état d'urgence et a annoncé que la Garde nationale ainsi que les policiers des patrouilles routières seraient dépêchées en renfort à Charlotte.
'' Nous essayons de disperser la foule. Nous avons été très patients, mais ils sont devenus très agressifs, ils lancent des bouteilles sur les policiers. Il est temps pour nous de restaurer l'ordre", a déclaré Kerr Putney, le chef de la police de la ville qui n'acceptent pas de recevoir des bouteilles sans prendre conscience que c'est eux qui sont à l'origine du problème et du chaos.

Cette année, les bavures policières se sont multipliées et à chaque fois, ce sont des innocents qui ont fait l'objet d'une bavure d'un policier trop réactif qui voit une arme là où il n'y en a pas. À l'origine de la colère, la mort de Keith Lamont Scott, un homme noir de 43 ans qui a été victime  d'une bavure flagrante, selon les témoins. Ce cas, qui n'est pas nouveau, suscite toujours de nombreuses questions. À en croire la police, l'homme a été mortellement blessé par balle alors qu'il refusait de lâcher son arme de poing. Or, ses amis affirment qu'il n'avait qu'un livre en main. '' L'arme est un mensonge'', a assuré Taheshia Williams, une résidente du quartier dont la fille étudie dans la même école que l'un des enfants de Scott : '' Ils ont enlevé le livre et l'ont remplacé par une arme. Cet homme était assis ici tous les jours, à attendre que son fils descende de l'autobus ! ''.

Je crois qu'ils disent la vérité, tout simplement, parce qu'il est curieux que les manifestants en colère n'aient aucune arme face à la police armée, hormis des bouteilles et des pierres. Depuis deux jours, il y a eu 12 policiers blessés et de nombreux civils pour qui "Pas de justice, pas de paix" . Quant à la police, celle-ci a eu recours notamment à des armes anti-émeutes et à du gaz lacrymogène pour essayer de contenir la colère des manifestants. Plusieurs véhicules de police ont été attaqués et endommagé. L'auteur du chaos, est un policier Noir Brentley Vinson qui a été suspendu de ses fonctions. Il faisait partie d'un groupe de policiers mandatés pour arrêter un suspect recherché.
La victime fut abattu devant son véhicule stationné devant son domicile, la police croyant s'adresser au suspect, la discussion s'est envenimée – ce qui n'a rien de surprenant quant on accuse un innocent d'être recherché par la justice - et les policiers qui se sont trompés de personnes ont affirmé s'être sentis menacés par Keith Lamont Scott et ont ouvert le feu sans sommation. Keith n'avait certainement pas apprécié la plaisanterie d'avoir été confondu avec une autre personne, et a dû leur dire leurs quatre vérités ; de plus être interrogé par un policier Noir n'a pas dû facilité la discussion du fait du nombre de bavures qui se sont multipliées dans le pays. 

Cette émeute ne fera qu'augmenter les tensions des deux côtés de la barricade. Les tensions raciales ont été ravivées aux Etats-Unis par une succession de bavures et de violences policières, la plupart du temps envers des hommes noirs reconnus non armés. Depuis janvier 2016, c'est la 601 ème personnes noires abattues froidement
En 2015, sur le territoire américain, il y a eu 967 victimes. Parmi les victimes, 564 noirs avaient un pistolet, 281 une arme blanche, et 92 personnes étaient non armées. Un noir non armé a six fois plus de risques d'être abattu par la police qu'un blanc, selon le rapport du Washington Post. Ce qui commence à faire beaucoup.
La police américaine pense qu'ils sont tous armés et de ce fait ne font aucune différence. Pour eux, un homme non armé n'est pas normal et donc, il doit en cacher une, par exemple... derrière un livre ou un doigt pointé dans leur direction, comme ce fut dernièrement le cas. Un geste qui coûta la vie d'un jeune noir, abattu froidement.

En 2014,un jeune étudiant Michael Brown a été assassiné sans raison par un policier, ce qui a provoqué des manifestations massives. Le jury des assises a refusé d'inculper le policier Darren Wilson, ce qui a entraîné des affrontements entre les manifestants et la police. Quelques mois après, Darren Wilson a été innocenté et l'affaire a été classée sans suite. Dégagez, il n'y a pas de quoi fouetter un tueur légal blanc ! .Quant aux blancos américains, la majorité nie le fait que les Noirs sont maltraités par leurs employeurs, par les banquiers et les administrations... Pour eux si la police ne tue pas des blancs armés quant on les arrête, pourquoi tuerait-elle des noirs désarmés ou non ?.

De plus, les citoyens noirs voient se qui se passe en Syrie et en Afrique mais aussi, entre les Etats-Unis qui financent à coups de milliards de dollars Israel qui ne cesse de se lamenter sur un sort, de quoi donner des idées au peuple noir déraciné et exploité jusqu'au sang. De plus, ils sont majoritaires, sans oublier les natifs ''indiens'' génocidés et toujours parqués comme des animaux et opprimés - encore dernièrement pour s'être opposés au viol de leur traité. Effectivement, pourquoi, les blancos qui s'imaginent supérieurs chercheraient-ils à éliminer les peuples de couleurs qui les empêchent d'asseoir leur suprématie sur les peuples du monde ?

La prochaine bavure risque de mettre le feu aux poudres sur le plan nationale et les cow-boys de la police et autres tartufes auront cette fois-ci de bonnes raisons de jouer du pistolet. Car, les américains qui s'entêtent à fuir la réalité risquent fort de se réveiller un matin avec un fusil sur la tempe ou une flèche entre les deux yeux.
Comme l'a si bien dit un jour un natif ''indien'', un jour, ils ont débarqué, ils nous ont tout volé et ils nous ont massacré, mais bientôt, ils s’entre-tueront comme des chiens, et nous pourrons enfin, respirer.



Mais il n'y a pas que les noirs qui font l'objet de crime racial. A ces victimes, s'ajoutent les musulmans. Depuis l’attentat de San Bernardino, en 2015, mené au nom de Daech - entraîné et soutenu par les américains - les musulmans deviennent de plus en plus des cibles de choix. Les crimes de haine religieuse contre les musulmans ont augmenté de 81%. Soit en 2014, 110 crimes contre 196 en 2015. A cela s'ajoute les crimes envers ou engendrés chez les Latinos. 


Depuis le 01 Janvier au 01 Juillet 2016, il y a eu 5965 victimes d'armes à feu. Soit 257 enfants âgés entre 0 et 11 ans et 1276 adolescents entre 12 et 17 ans qui ont été soit blessés soit abattus. Concernant les fusillades de masse, comme celle d'Orlando, ce sont 136 personnes qui sont impliquées au total. En moyenne, ce sont plus de 10.000 personnes qui sont tuées chaque année aux Etats-Unis dans des incidents impliquant des armes à feu. A cela, s'ajoute plus de 20000 suicides par arme à feu par an.

Depuis 2001 ce sont plus de 432000 personnes qui sont mortes par armes à feu aux Etats-Unis. Deux secteurs fonctionnent à plein régime, les industries d'armements et les pompes funèbres. La démocratie américaine s'exprime par les tueries au quotidien des décennies. C'est d'ailleurs cette même démocratie destructrice et meurtrière made in américa qu'ils exportent en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe.

En Europe, leur idéologie à un peu de mal à prendre, mais avec un peu de bonne volonté et quelques autres attentats commandités et une bonne dose de gaz sarin précédé d'une propagande sur mesure, cela devrait pouvoir le faire !