CATEGORIES

mercredi 10 août 2016

POUR HOLLANDE FAN DE CLINTON, TRUMP SERAIT DANGEREUX POUR L'AVENIR DE L'UE


Je n'ai jamais été aussi écœurée que par cette sordide histoire américaine imaginée par Clinton.
Lorsque Hollande parle de Trump, il juge que "Les excès finissent par créer un sentiment de haut-le-cœur". Quoi que sur ce point, on en a autant à son encontre. Pour notre chamallow républicain, les "excès" de Trump lui donneraient déjà des sueurs ; quoi que le contraire eut été étonnant !.

Il trouve les propos de Trump "blessants et humiliants". Il devrait pourtant être aguerri et vacciné , et ne pas faire semblant d'être choqué ni humilié ni blessé.
Les mensonges, les trahisons, les manigances, font aussi partis du jeu de chaque côté de l'Atlantique. N'a-t-il pas manipulé aussi l'opinion en 2012, en nous faisant prendre des vessies pour des lanternes ? Que savait il de plus, en 2012, qu'un industriel milliardaire ignorerait en 2016 ?

Hollande, qui ne voit toujours rien venir, soutient Clinton ; grand bien lui fasse, et cela quoi qu'il arrive, ne lui coûtera rien. Et quel que soit le nombre des victimes, cela ne l'empêchera pas de dormir ni de s'envoyer en l'air entre la soupe et le fromage.
Est-ce que les mots, si humiliants soient-ils, deviennent acceptables uniquement lorsqu'ils sont tus ou prononcés à voix basse ? Jeter l'opprobe sur les autres, alors que l'on ne vaut guère mieux, c'est prendre les gens pour des crétins indécrottables. Il aurait mieux fait de s'abstenir de faire des commentaires.

Tous les analystes politiques européens et étrangers ont compris le rôle de Washington dans le spectacle électoral américain et le scénario imaginait par Clinton et ses potes de la CIA, qui est de dénoncer par n'importe quel moyen, le monstre Trump qui veut l'empêcher d'être le maître d'un jeu dévastateur.

Certains analystes s'interrogent sur la raison de Trump de persister à avoir des discours incohérents ou confus, donnant ainsi, libre court à des polémiques spéculatrices, faute de clarté. Pourquoi un homme d'affaires - qui dirige ses entreprises, depuis plus de 40 ans d'une main de fer - se comporte-t-il- aussi confusément en public ?.
Certes, il s'y prend mal pour un public trop habitué aux langues de bois et aux jolies promesses enrubannées de faux espoirs, sauf bien sûr, s'il considère que trop en dire, pourrait lui être fatale. Car quoi que l'on en dise, les vérités qu'il balance, même à demi mot sont difficilement supportables par les opportunistes et les oligarques qui se surestiment.

Voter Clinton ? En sachant qu'elle est le vice incarné, c'est oublier que les Etats-Unis sont loin d'être invulnérables. En lui donnant leur aval c'est l'autoriser à déclarer la guerre à n'importe qui, c'est lui donner carte blanche pour intensifier les conflits au Moyen-Orient et assassiner davantage d'innocents... C'est jouer avec le feu de l'enfer. Par leurs provocations incessantes et lassantes, et leur manière d'avoir en douce encerclé militairement la Russie, c'est pousser un jour, Poutine à leur coller une bonne raclée, qui ne sera pas volée.

DES PARENTS TROIS EN UN : TOUT UN PROGRAMME
D'autant plus qu'Hollande n'est pas sans savoir que l' histoire khan-Trump est un bateau concocté par Clinton pour éliminer son adversaire. Trump avait une bonne raison d'être suspicieux, se doutant qu'elle était encore l'auteur de ce nouveau scénario. Les Khan, si blessés par le ton si provocateur de Trump auraient dû réagir, il y a plus de 8 mois. Gentille Hillary, si attentionnée, elle a dû se donner du mal pour trouver des témoins prêts à pleurer à la tribune pour nuire à son adversaire. Qui manipule-t-elle, si ce n'est le peuple ? . Les Khan si scandalisés, savent-ils au moins pour qui leur fils est mort ? Savent-ils que W.Bush est accusé de crimes contre l'humanité ? Peut-on qualifier quelqu'un de héros quand celui-ci à œuvrer pour un criminel de guerre qui restera impuni pour le bien certainement des vivants ?

Un homme est un héros, lorsqu'il défend son pays contre un véritable envahisseur, ou quant il sauve une ou des vies au péril de la sienne dans un contexte qui n'a rien à voir avec la guerre. On ne devient pas un héros dans une guerre inventée, qui n'aurait jamais dû exister. Ce héro s'est fait descendre pour avoir sauver ses camarades, mais qui en a fait la preuve, rapport en main daté et signé ? Pourquoi les militaires miraculés ne se sont pas manifestés pour glorifier ce héro oublié et inopiné ?

C'est le refrain habituel des autorités militaires pour consoler les familles et, leur donner une raison de croire qu'il n'est pas mort pour rien. Vu le nombre de saloperies que les soldats américains ont commis, il est malvenu de parler d'héroïsme. En tant que femme de militaire, je dirai que ce servir des morts pour abattre Trump est un acte sordide qui malheureusement va bien au teint malsain de Clinton.

Hollande nous ressert son plat réchauffé comme quoi " La démocratie, c'est aussi la grande question par rapport à la tentation autoritaire que l'on voit surgir, notamment aux Etats-Unis '', Qui est tenté par l'autoritarisme ? Est ce dû aux peuples se rebiffent contre la violation de la dite démocratie ? Ou est-ce un gouvernement qui serait tenté d'imposer sa loi qui serait un contre-sens à la démocratie ? .
Sur ce point, hollande n'a rien a envier à Trump, il est toujours aussi nébuleux.

Hollande nous bave que ''Donald Trump,n'est pas encore élu. Mais si les Américains choisissent Trump, cela aura des conséquences parce que l'élection américaine est une élection mondiale". En somme, un peu comme l'Angleterre qui devait s’effondrer corps et âme !

Au faite la Grande-Bretagne est toujours debout et, le peuple est encore vivant ; c'est dû à quoi ???

D'une part, Trump ne peut pas être pire que François Hollande, car si Trump est un mauvais politicien, les politiciens sont de mauvais businessman et quant ils en font ce n'est jamais transparent. Donc, si nous avons survécu au régime bricolé du père François, je pense que les américains survivront au père Donald.

L'UE redoute que Trump modifie leurs plans, ou que le peuple suive l'exemple américain en votant hors des clous, ou encore la sortie de l'UE, de quoi leur infliger une bonne raclée, à droite comme à gauche, en élisant un indépendant dont le projet serait de corriger à juste titre, quelques déviances engendrée par l'UE.