CATEGORIES

jeudi 4 août 2016

LES DERNIERS MAMMOUTHS ONT DISPARU IL Y A 5600 ANS




C'est sur l'île Saint-Paul en Alaska, où se trouvait l'un des derniers groupes de mammouths laineux, qui s'est éteint il y a 5.600 ans, suite à d'importants changements climatiques.
Changements que l'on retrouve en Afrique et au Moyen-Orient. Cette île, pendant des milliers d'années fut une partie d'un "pont" qui reliait l'Asie à l'Amérique. Suite au réchauffement climatique lors de la dernière glacière, seule la partie la plus haute est restée immergée, il y a 14.000 ans, isolant ainsi les deux continents.

L'île, privée de prédateurs, a présenté pendant des milliers d'années un environnement assez confortable pour ce groupe de mammouths, probablement l'un des derniers au monde. L'homme n'est apparu sur cette île, il y a 250 ans.
Selon les paléontologues de Pennsylvanie, l'élévation graduelle du niveau de l'océan a réduit peu à peu la surface de l'île, la nourriture s'est raréfiée et l'eau des sources s'est épuisée.
Ayant analysé les échantillons de l'ADN de la mousse poussant près d'un lac, les chercheurs ont conclu que la végétation avait graduellement disparu, ce qui a provoqué une érosion du sol et une salinisation des eaux du lac. Ce qui fut fatal aux mammouths dont les derniers vivaient encore, il y a environ 5.600 ans.
Parallèlement, il est clair que l'homme qui vivait déjà en Sibérie, il y a 45000 ans, circulait par voie de terre, entre l'Europe et l’Amérique sans aucune difficulté.

Autre remarque : Les Natifs Indiens d'Amérique ont toujours soutenu qu'ils vivaient sur le continent Américains depuis 30000 ans, alors que les archéologues se refusaient à le croire. Idem pour les Solutréens dont l'ADN fut retrouvé en Amérique du Nord, parmi l'une des tribus indiennes et qui ont donc pas été les premiers à débarquer en Amérique du Nord, mais certainement les derniers, il y a environ 25000 ans.


MAYAS ET OLMÈQUES : Ils ont quitté pour les uns l'Afrique et pour les autres la Sibérie, il y a plus de 30000 ans. Ils se sont retrouvés probablement coincés suite à une montée des eaux soudaine submergeant chaque extrémité du pont constituent ainsi l'Île de St Paul.