CATEGORIES

mardi 23 août 2016

LA GUERRE DES MOTS ET DES IMAGES POUR MANIPULER L'OPINION

La guerre n'est pas uniquement sur le terrain, elle est aussi médiatique, chaque action géopolitique est presque toujours précédée d'images choquantes suivies  de mots violents, élevées au rang de symbole pour justifier des décisions politiques souvent controversées et inadaptées. Et ces derniers mois, nous avons été plutôt bien servi.

En Août 2013, surgissaient dans les médias des rumeurs sur des attaques au gaz sarin sur la région de Ghouta en Syrie.
Puis, plusieurs vidéos ont permis de voir cette attaque monstrueuse, tout en précisant qu'elles risquaient de heurter la sensibilité des crétins trop curieux, avides de sensationnel.
A aucun moment, les détails de ce gazage n'ont été clarifiés, quant au nombre précis des victimes, celui-ci fut tout aussi nébuleux. Pour les uns 300, pour d'autres plus enclins au sensationnalisme, on ne compte pas , 1800 c'est mieux, où encore 600 morts, pour Médecins sans frontières désireux de paraître plus crédibles. Des chiffres rocambolesques trop ronds pour être précis. 

Mais qu'importe les occidentaux ont imputé la responsabilité de cette attaque chimique à Bachar Al-Assad qui démentait formellement cet acte, accusant non sans raison ''l'opposition modérée'', soutenue par les Etats-Unis qui tenaient à les faire passer pour de simples opposants mécontents du régime, à qui tous les gouvernements donnaient sans vérification, le bon dieu sans confession.
Néanmoins, pour l'Europe, cette attaque était du pain béni pour une intervention militaire contre Damas. Mais le parlement britannique certainement mieux informé, a rejeté la véracité de ces vidéos arguant que cela ''ne constituait '' pas une raison suffisante pour déclencher une guerre sans avoir des preuves plus crédibles et irréfutables.

David Cameron a alors tenté, de convaincre les députés sceptiques et méfiants, de la nécessité d'intervenir en Syrie. Mais en vain. Nul ne s'est laissé prendre au piège. Mieux, une enquête fut diligentée qui donna raison à Bachar-Al-Assad. Ouf ! L'Angleterre l'a échappé belle !
La prudence, par les temps qui courent, est souvent bonne conseillère. L'Angleterre contrairement aux autres tartufes sans mémoire dont la taupe Hollande, avait retenue la leçon ''Irakienne''. Quant au Brexit, qui a provoqué la démission de Cameron, celui-ci semble avoir brisé les espoirs de ceux qui rêvaient encore d'une intervention en Syrie afin de profiter du gâteau.

En août 2015, une photo choquante a fait le tour du monde. Celle du jeune syrien Aylan mort noyé, échoué sur une plage turc. Immédiatement, en Occident, la photo provoque là encore, des réactions démesurées, chacun voulant sauver l'humanité en perdition. Bingo, l'UE décide subitement d'ouvrir ses portes pour accueillir en masse les réfugiés, de crainte de les voir tous se rependre sur les plages au grand désespoir de leurs citoyens au coeur tendre.
L' Allemagne déclara aussi sec, être prête à accueillir un million de réfugiés avant fin 2015, faisons d'une pierre de coups, après tout le pays à besoin de main d'oeuvre bon marché et, les électeurs seront ravis de tant d'humanité. La boite de Pandore était ouverte, à cause d'une seule photo sur exploitée par les médias pour influencer l'opinion.

Un an après, le pays est submergé par une vague migratoire devenue incontrôlable. Plus de 1, 6 millions de réfugiés ont déferlé en Allemagne, entraînant des problèmes et des drames au quotidien faute d'hébergement, de travail et d'argent. Les incidents entre les Allemands et les migrants se sont multipliés ; viols, agressions physiques et verbales, vols, dégradations et meurtres. Tout cela, juste à cause de la photo d'un enfant noyé à cause de l'inconscience de ses parents qui ont préféré fuir la guerre en Syrie, plutôt que de l'affronter comme des milliers de syriens restés au pays, qui faute d'argent n'ont pu répondre aux sirènes européennes. Comme le disait si bien un vieux syrien, mieux vaut mourir sur ses terres et dans son pays, qu'au milieu de la mer, et parmi des étrangers, en terre inconnue.

Alors que jusqu'à ce jour des millions d'enfants sont morts dans les pires conditions sans que cela n'est ému personne.
Combien de personne qui en 2014 s'émouvaient sur cet enfant perdu pour l'humanité, qui depuis ont été violés, assassinées, insultées,.. au point aujourd'hui, d'être dégoûtées d'avoir été si naïves.
Si Merkel chute dans les sondages, à cause de son incompétence, de sa sensibilité excessive et, de sa naïveté, aujourd'hui, les partis anti-immigration allemands ont désormais, le vent en poupe.

De nouveau au mois d'Août - curieux, que le mois d'Août soit devenu le support des photos propagandes ; les vacanciers seraient-t-ils plus réceptifs, plus sensibles et plus faciles à berner ? Les médias nous en remettent une couche en diffusant la photo du jeune Omran qui fut également à l'origine d'une nouvelle poussée de fièvre incontrôlée. 

Immédiatement, Amnesty Internationale en profite pour dénoncer directement Bachar-Al-Assad, comme l'unique responsable de cette guerre meurtrière, se gardant bien de faire le point sur l'ensemble des faits.
Cette ONG se sert soudain d'anciennes plaintes, en évitant de nous préciser que ces plaignants sont en vérité des islamistes sympathisants et des terroristes incarcérés.
Car d'après des rapports de prisonniers ordinaires que j'ai lu, seuls les islamistes avaient le droit à un régime sans pitié entre 2011 et 2013. Depuis, ils ont décidé de les éradiquer, c'est plus simple, et plus rapide !

Est-ce qu'Amnesty International a réclamé la tête de Bush et d'Obama pour les atrocités commises à Abu Ghraïb à Guantánamo et ailleurs ? Cette ONG dénonce-t-elle les prisons Turcs et les horreurs qui s'y déroulent, sans oublier Israél où sont torturés des enfants ou encore les prisons Russes, Thaïlandaises, Mexicaines, Chinoises, ou les prisons Nord-coréennes, où encore celles des Etats-Unis où la mort est programmée ? Stop à la manipulation de l'opinion !

Amnesty clame qu'à Saidnaya se déroulerait les tortures les plus viles ; cette ONG ignore tout d' Abou Ghraib où les prisonniers Irakiens ont fait l'objet d'expérimentations médicales et, où ils ont subit des tortures, surpassant de loin, celles des Nazis qui n'ont pas eu autant d'imagination. Comme nourrir par exemple, les prisonniers avec les déchets des chiens, ou de les exhiber recouverts d'excréments pour les humilier et amuser les soldats dépravés... Les nazis ne lâchaient pas non plus leurs pitbulls sur les prisonniers encapuchonnés pour les terroriser...etc. La liste est trop longue pour énumérer toutes les horreurs dont sont capables les hommes comme les femmes.

Tous ces organismes humanitaires qui dénoncent la torture ne justifient pas que l'on puisse avoir pitié des islamistes pour qui la charia est un plaisir, et que nous nous apitoyons sur leur sort comme si c'était des innocents placés par erreur dans une prison de haute sécurité. En ce qui me concerne les bourreaux ne méritent que la peine de mort où qu'on les expédie à Cayenne repeupler la jungle et islamiser les singes.

Je veux bien que Amnesty s’apitoie sur le sort des assassins qui veulent se faire passer pour des victimes, mais que fait on des victimes innocentes et des enfants atrocement mutilés, égorgées ou froidement abattus par ces mêmes salopards ? 

Je veux bien que l'on juge les coupables, mais tous sans aucune exception : chefs d'Etats, Ministres des affaires étrangères et les autres ; tous ceux qui ont semé le chaos au Moyen-Orient et en Afrique et, qui cherchent à le semer en Europe et en Afrique du Nord. La propagande a 1000 visages et l'avaler d'une seule pièce sans chercher à en savoir davantage, fini par nous égarer et par nous pousser à commettre les mêmes erreurs de jugement.