CATEGORIES

mercredi 31 août 2016

LA FÉDÉRATION ANTI-DOPAGE AMA, VEUT REFILER A UN LUTTEUR INDIEN LA MÉDAILLE D'UN MORT RUSSE QUI SE SERAIT DOPE, IL Y A QUATRE ANS

Je comprends le geste de ce sportif indien face à l'attitude grossière de cette fédération qui ne manque pas de culot. Le sportif en lutte libre indien Yogeshwar Dutt a déclaré refuser la médaille d'argent qui fut attribuée à l'athlète russe Besik Kudukhov aux JO 2012 de Londres, décédé en 2013 dans un accident de voiture. Un sportif de haut niveau qui aujourd'hui, quatre ans après, est accusé de dopage. Yogeshwar Dutt, alors médaille de bronze aux mêmes JO de Londres a renoncé à la médaille d'argent que la Fédération lui attribue du fait qu'il aurait été ainsi spolié par le sportif russe quadruple champion du monde de lutte libre, accusé soudainement de dopage. 

​Le lutteur indien annonce sur son compte Twitter "J'estimais beaucoup Besik Kudukhov en tant que grand lutteur. Le fait que son test anti-dopage a été jugé positif longtemps après sa mort est une tragédie. Il faut qu'il conserve sa médaille, si possible. L'esprit d'humanité est d'une importance capitale pour moi ", tout en exprimant le désir que cette médaille d'argent reste au sein de la famille de Besik Kudukhov.

L'Agence mondiale antidopage (AMA) - qui n'a cessé de nous faire chier avec ses actions politiques anti-russe, affirme qu'ils auraient découvert dans des analyses sauvegardées - depuis quatre ans - du lutteur russe des traces d'une prétendue substance interdite, sans donner bien sûr, aucune de précision sur cette curieuse substance, de quoi douter fortement de leurs affirmations qui ressemble davantage à de la propagande anti-russe. Cette annonce est d'autant plus abjecte, voir innommable pour s'en prendre à un sportif décédé, il y a plus de 3 ans qui fut en son temps accepté à participer aux jeux de 2012, sans que nul n'y trouve à redire. Ils viennent encore de perdre une occasion de se taire, au lieu de vouloir faire passer les Russes pour des drogués incurables. De plus, quatre ans après, il y a prescription, surtout si entre temps ils ont grossi la liste des produits dopants. Le dopage se détecte avant une compétition et non quatre ans après. Passé la compétition, il y a prescription, à moins de condamner tous les contrôleurs anti-dopage qui n'ont pas fait leur travail correctement.



Le CIO, et le président de la Fédération russe de lutte Mikhaïl Mamiachvili qu'il n'existe aucune confirmation officielle comme quoi le lutteur russe aurait été dopé lors des JO de Londres de 2012. Quoi qu'il en soit, il est immorale de refiler une médaille à un sportif jadis décernée à un sportif d'autant plus, décédé. C'est un manque de respect envers un mort et envers ce sportif indien qui lui est bien vivant et ne peut que douter de ces affirmations tardives et certainement fallacieuses. 

L'AMA n'a d'ailleurs toujours pas confirmée le dopage des 170 athlètes Russes soit disant dopés en 2016 et, pourtant l'UE sous l'égide des USA ont mis le paquet pour empêcher la Russie d'être présente à Rio tout en affirmant que le gouvernement russe n'était pas lié au ''scandale'' de dopage des athlètes russes dont l'AMA s'est fait l'écho tout l'été. Prudence est mère de sûreté.

Un jour Poutine créera leurs propres jeux Olympiques où seront exclus tous les pays qui ont participé à la cabale,où les sportifs européens pourront se présenter uniquement qu'à titre personnel. Un sport ''propre'' se fait avec des Etats ''propres'' ! Les Etats-Unis et l'UE ont - côté ''propreté''- encore bien du travail sur la planche.