CATEGORIES

mardi 2 août 2016

DES MILLIERS D'INDIENS MEURENT DE FAIM EN ARABIE SAOUDITE ET AU KOWEÏT DANS L’INDIFFÉRENCE GÉNÉRALE


Alors, personne ne s'émeut plus sur les milliers de pauvres gens qui meurent sous les tortures, de faim, en mer et sous les bombes à cause de cette dite humanité qui se veut si humaine et si démocratique ? Serions nous tous anesthésiés au point de nous contenter de regarder le monde se déchirer et se liquéfier en attendant notre tour ?

Plus de 10.000 travailleurs indiens sont "affamés" dans la région du golfe Persique où ils sont bloqués après avoir perdu leur emploi depuis plusieurs semaines. Les wahhabites ne sont pas foutus de leur payer un billet de retour ou d'affréter un avion pour les rapatrier après les avoir exploités ?
Les autorités indiennes se préparent à subvenir aux besoins de leurs compatriotes qui risquent de mourir de faim sous un soleil de plomb avec pour seul horizon le désert.
Ces employés Indiens ont été licenciés et sont sans nourriture depuis plusieurs jours dans les camps où ils vivent dans des conditions extrêmement difficiles sans aucune aide alimentaire des pays d'accueil.
Ils ont perdu leur emploi en Arabie saoudite et au Koweït, où de nombreuses sociétés ont fermé leurs entreprises sans tambour ni trompette, sans avoir pris la peine de régler les salaires de leurs employés sur-exploités.
Des millions d'Asiatiques sont employés dans les États du golfe Persique où, selon des ONG, nombre d'entre eux sont exploités à la limite de l'esclavage, et vivent dans un dénuement totale, et souvent peu ou pas rémunérés, sans pouvoir obtenir que justice leur soit faite au Koweït comme en Arabie Saoudite où ce genre de pratique est courante.
Par ailleurs, les pays de golfe Persique subissent de plein fouet la chute des cours du pétrole, qui entraîne une baisse d'activité sur le marché de la construction et des licenciements en masse. Les travailleurs indiens sont "affamés" dans des camps, et dans l'impossibilité de rentrer en Inde. Près de 3 millions d'Indiens vivent et travaillent pour des salaires de misère en Arabie saoudite, selon le ministère des Affaires étrangères de l'Inde, dans l’indifférence générale.