CATEGORIES

samedi 13 août 2016

DES ENFANTS MIGRANTS EN CENTRES DE DÉTENTION VIOLENTÉS ET VIOLÉS. DES PREUVES QUI EMBARRASSENT L'AUSTRALIE




Un grand nombre de documents sur le régime australien infligé aux demandeurs d'asile parquets sur l'Île de Nauru a été mis sur le Web afin de dénoncer les atrocités pratiquées par les militaires ou gardes australiens. Les documents contiennent des cas d’agressions, mutilations, strangulation, d'abus sexuels, viols, et d'automutilations. On soupçonne également des vols de bébés orphelins et autres trafics. Le chantage et les menaces sont monnaies courantes.

Des documents qui vont obliger une belle ordure propulsée ministre de l'immigration Australien - Peter Dutton - à fermer sa grande gueule "Des réfugiés relégués par l'Australie dans des camps de détention offshore font croire qu'ils ont été victimes d'agressions sexuelles pour obtenir l'asile alors que ce n'est pas vrai !". Le pire dans tout ça, c'est qu'il continue à nier les faits en tenant des discours ignobles du genre "Certaines personnes s'auto-mutilent ou s'immolent, ils sont prêts à tout pour attirer l'attention !".



Plus de deux milles rapports révélant des incidents dans le centre de migrants illégaux sur l'île de Nauru ces trois dernières années ont été balancés sur Internet, afin que ces abus soient dénoncés et que le monde sache ce que des pays civilisés composés d'hommes blancs à l'âme noire, font subir à de nombreux enfants sans aucune défense. La plupart des cas sont des enfants victimes d'adultes ignobles. Ces documents dénoncent aussi des morts enfants suite à des coups et blessures et de nombreux viols de jeunes filles. Une jeune fille s’est cousue les lèvres, une autre adolescente a demandé à un immigré de lui couper ses parties génitales pour ne plus être violée par ses psychopathes. Un jeune s'est également cousu les lèvres pour qu'enfin on entende leurs souffrances. En quoi le comportement de Daech diffère de celui de ces blancos perturbés ?Une jeune fille a dit à Amnistie Internationale '' on aimerait mieux qu'on nous tue plutôt que de subir leurs humiliations et leurs fantasmes ? ''

L'île de Manus est la cinquième plus grande île de la Papouasie Nouvelle Guinée. Elle s'étend sur une surface de 21 000 km² et compte environ 43000 habitants. Les réfugiés qui viennent peupler le camp de l'île sont syriens, irakiens, afghans. Les conditions de vie sont réduites au minimum et y sont particulièrement difficiles.

Selon un rapport de Fairfax Media, des cas d’automutilation, de tentatives de pendaison, d’empoisonnement ou d’étouffement des détenus désespérés par leur absence de perspective ont été recensés. Les incidents sont fréquents, en moyenne tous les deux jours.




Les journalistes et ONG sont interdits de séjour à Manus et il est donc impossible de pouvoir filmer les conditions de vie au sein du camp. Selon David Comroux, ''la question des réfugiés sur Nauru et Manus embarrasse profondément les Australiens. La commission australienne des droits de l'homme s'inquiète du traitement des réfugiés et s'oppose à l'utilisation de ces camps''

Il y a deux mois des réfugiés de Nauru, se sont révoltés pour sévices et, 183 personnes ont été arrêtées.
L’Australie a ouvert des camps spéciaux pour lutter contre l'immigration illégale massive. Le plus souvent ce sont des gens originaires d'Indonésie et du Sri Lanka qui essaient de pénétrer dans le pays. En plus de Nauru, il existe encore des camps pour migrants illégaux en Papouasie-Nouvelle-Guinée.





L' ÎLE DE MANUS
Les 856 jeunes demandeurs d'asile sont détenus illégalement sur ​​l' île de Manus. Leur crime ? Ne pas être morts en mer lors de la traversée.
Ces hommes n'ayant commis aucun crime ni délit , il a été jugé inconstitutionnel de les garder en détention et encore moins indéfiniment. Le tribunal a ordonné aux gouvernement australien de prendre toutes les mesures nécessaires pour que cesse le maintien illégale en détention des demandeurs d'asile. Pour l'instant, le gouvernement s'interroge sur sa stupidité et son incompétence ; mais surtout sur son manque total d'humanisme. Lorsque des gouvernements en arrivent au point d’emprisonner des enfants souvent en bas âge, dans les pires conditions, on a guère d'espoir sur la suite des événements à venir.