CATEGORIES

dimanche 31 juillet 2016

OBAMA RÉINVENTE CONSTAMMENT L'HISTOIRE OU POUTINE EST LA BÊTE NOIRE QUI VEUT SA MORT




Et VLAN ! Passe moi l'éponge ! Après avoir accusé la Chine, le gouvernement américain, qui n'est plus à une accusation prêt, juge probable l’introduction de sévères sanctions à l’encontre des hackers qui auraient mené la dernière cyber-attaque contre le Parti démocrate américain et, donc contre leur championne en titre, l'hilarante Hillary Clinton.

Selon les dires de la porte-parole d'Obama, Lisa Monaco, responsable du secteur ''sécurité et contre-espionnage'', la Maison ''Blanche'' ou le ''Noir Obama'', n'est pas pour le moment, en mesure de révéler les noms des Hackers présumés qui auraient piraté le serveur du comité national démocrate. Cependant, certaines personnes qui opèrent dans ce domaine seraient selon cette dame ''plus qualifiées que d'autres" , tout en prenant soin d'éviter de viser directement la Russie. Pas folle la guêpe qui essaie d'injecter dans les consciences son venin suspicieux.

Selon le New York Time, compte tenu de l'ampleur de l'attaque, le gouvernement américain, envisagerait de sévères sanctions contre ces soit disant hackers qui pourraient aller jusqu'à des sanctions économiques et, des contre-attaques informatiques, au cas où les services secrets de ce pays se cacheraient derrière ces vilains pirates.

Il y a quelques jours, le NYT avait dévoilé le nom du groupe de hackers qui aurait perpétrée cette cyber-attaque ; son nom ''Fancy Bear''. Nom de code, qui bien évidemment est tout aussi fantasque que sa définition : '' Ours fantasque'', ou ''Ours capricieux'' au choix !. Ours, symbolisant la Russie, c'est obligatoirement Russe !. Washington nous ferait croire que ça coule de source ! C'est encore un coup d' ''Anonymas'', plutôt que du KGB !!!

En prenant soin, là encore, de ne présenter aucune preuve tangible qui accréditerait leurs accusations fallacieuses. Curieux pour un service d'espionnage hautement qualifié, d'être incapable de fournir la moindre preuve concrète. Vous me direz que depuis 2001, nous sommes quelques uns à reconnaître leur mythomanie chronique devenue contagieuse. L' Europe fut d'ailleurs, à leur contact, sévèrement contaminée.

Il est à noter, une fois encore, que ces vilains hackers seraient de mèche avec les services secrets... russes. Et pourquoi pas Trump pendant que l'on y est !
De son côté, le Kremlin n'appréciant ni la plaisanterie ni les coups fourrés d'Obama, a catégoriquement démenti ces propos malhonnêtes, en insistant sur le fait que la Russie, n'a pas l'habitude de s'ingérer dans les élections des autres pays ; sous entendu ''contrairement aux Etats-Unis'' !

Obama est prêt une fois de plus, à jeter l' opprobre sur Poutine, refusant d'admettre que Wikileaks ait pu pirater leur système pour dénoncer le niveau de corruption qui règne à Washington et les petites magouilles d'Hillary Clinton, leur leader chérie sensée continuer leur œuvre de sabotage en Syrie et ailleurs au nom d’Israël. La pilule passe mal chez l'homme de paix décoré avant d'avoir fait ses preuves, tant il était convaincu de gagner sur tous les plans quoi qu'il arrive et, dont les plans machiavéliques semblent sérieusement tourner au vinaigre dans le pays comme en Syrie.

Pauvre Obama qui croyait qu' être assis sur l'Olympe lui permettrait de gouverner le monde à sa guise, au point d'en oublier que deux hommes puissent un jour, s'opposer à lui et déjouer tous ses plans, lui coupant ainsi ses ailes en plein vol, au prix de leurs vies et envers et contre tous, pour avoir compris, avant le reste du monde, le piège dans lequel, il voulait les enfermer.
Pauvre vieux ! La leçon est cuisante et, le grand manitou ne fait plus illusion. Il est grand temps, qu'il prenne sa retraite, il va finir par perdre tous ses cheveux, après avoir perdu la face. Il lui restera en souvenir à méditer et a contempler la perle qui trône sur sa cheminée, pour ses bons et loyaux services envers Israël.... le prix Nobel de la paix !