CATEGORIES

mardi 5 juillet 2016

LE GOUVERNEMENT FRANCAIS N'A TOUJOURS RIEN COMPRIS AU BREXIT

Le code du travail est de nouveau bafoué. Manuel Valls a de nouveau engagé la responsabilité du gouvernement, avec la bénédiction de Hollande qui ne préside plus rien, sur le projet de loi travail en annonçant son recours à l’article 49.3 de la Constitution, dès le retour du texte en deuxième lecture à l’Assemblée, faute de majorité. Si aucune motion de censure n’est déposée dans les vingt-quatre heures, le projet de loi sera définitivement adopté ; que cela plaise ou non aux salariés, ainsi a parler le petit Manuel ''Franco''. Le gouvernement entêté n'a rien compris à la colère du peuple. Une manière de dire, c'est nous qui commandons le navire et nous savons parfaitement ce qui vous convient. Nous vous offrons que du bonheur. Une loi concoctée par la CE pour le plaisir des entrepreneurs et, qui de plus va faciliter les licenciements sans  jamais créer d’emploi, ce n'est pas du bonheur ?!. Franchement, il n'y a pas de quoi s'arracher les cheveux, puisque le chômage est désormais une règle admise par tous. Alors 1000 salariés de moins ou 1000 chômeurs de plus, quelle différence !.

Un comportement qui s'accorde avec le discours du jour de Cazeneuve qui croit que nous voulons un gouvernement répressif, un État policier, alors que ses potes socialos bafouent par ailleurs nos libertés et cette chère démocratie qu'ils veulent tant nous faire gober quant cela les arrange. L'utilisation du 49.3 nous révèle au moins une chose que le gouvernement est toujours dans une impasse, faute de majorité. Un gouvernement sans majorité est un gouvernement qui n'a plus aucune légitimité, c'est un bateau ivre qui dérive mais rarement vers le meilleur. C'est le maillon faible qui se veut le défenseur de l'Europe et de l'UE en particulier, mais qui n'en a plus ni les moyens ni d'ailleurs les facultés.
La première utilisation du 49.3 était synonyme de mutisme, la seconde est synonyme de surdité. Un tel handicap résume la démission des élus qui attendent désormais sagement leur prochain licenciement. Mais bon, laissons les encore jouer dans la cour des grands, tous les partis politiques parlent d'une seule voix ; rendez-vous dans 9 mois pour virer cette loi et bien d'autres afin remettre de l'ordre. En tous cas, ils sont tous prévenus, l'an prochain tous leurs ''petits papiers'' et leurs auteurs iront à la poubelle !. Après tout, faire et défaire, c'est travailler. Mais une chose est certaine, il va falloir renforcer notre constitution afin que des petits malins cessent de s'en servir pour passer en force et nous imposer leurs dictas.