CATEGORIES

samedi 30 juillet 2016

LA RUSSIE EXIGE QUE L'UKRAINE REGLE ENFIN SES DETTES


La Russie a déposé une requête pour que la Haute cour de justice de Londres, examine en accéléré sa plainte contre l’Ukraine, qui refuse de lui rembourser trois milliards de dollars,concernant des obligations d’Etats rachetées par Moscou en 2013. Le Ministère des finances Russe, demande à Londres, d'obliger l’Ukraine à rembourser désormais, le montant total des obligations qui s’élève à 75 millions de dollars ainsi que tous les intérêts sur la dite somme des arriérés de paiements. Moscou attend une décision pour Janvier 2017. 

A la fin de l’année dernière, Kiev a tenté de restructurer le remboursement de sa dette envers la Russie, histoire de faire traîner les remboursements, selon des modalités que Moscou a refusées. Le gouvernement ukrainien a ensuite fait défaut sur cette dette, poussant les autorités russes à s’adresser à la Haute cour de justice de Londres, pour obtenir le remboursement intégrale et non plus partiel, des montants qui lui sont dus par l’Ukraine.

Si Poutine est si exigeant et intransigeant, c'est que le roi du cacao Porochenko n'a rien trouvé de mieux à faire, que de faire construire un parc d'attraction dernier cri, au lieu de payer ses factures. Par ailleurs, Daech étant sur son territoire, mieux vaut récupérer son fric avant qu'il soit trop tard et d'être chocolat.

Porochenko est au plus bas des sondages, et 80% de la population aimerait le voir au diable et pour cause. L’Ukraine est dans une situation déplorable, ses dirigeants sont incompétents et corrompus, son économie est au plus mal, en dépit des millions d'euros injectés par l'Europe et Etats-Unis, son armée est totalement inefficace face aux indépendantistes du Donbass ou carrément découragée et écœurée, malgré le soutien de papa Hollande qui a l'art de choisir ses amis parmi les plus pourris du coin, et l’engagement de milices d’extrême-droite ayant commis des atrocités innommables, soigneusement dissimulées aux peuples pour être trop semblables à celles de Daech -  dont la presse ne parle jamais pour ne pas déplaire aux salopards qui les subventionnent ni alerter l'opinion. L'Europe ne se vante jamais de ses propres horreurs. Cela donnerait une mauvaise image de la démocratie.