CATEGORIES

samedi 23 juillet 2016

ERDOGAN AUX PORTES DE LA FOLIE ET LA TURQUIE AUX PORTES DE L'ENFER

Après la dernière tentative de coup d'Etat le 15 juillet dernier, le vice-Premier ministre turc a déclaré son intention d'affranchir son pays de ses obligations en matière de droits de l'Homme. Erdogan est désormais aux portes de la folie. La Turquie fait l'objet d'une purge politique sans précédent.
La suspension de la convention des droits de l'Homme en Turquie est présentée comme temporaire, par le vice-Premier ministre turc, qui n'a pas hésité à faire savoir, par ailleurs, à la France moralisatrice que celle-ci s'était aussi permise de violer les droits de l'homme à plusieurs reprises. Et de ce fait, Erdogan n'a effectivement aucune leçon à recevoir. Il n'empêche pas moins que la Turquie est aux portes de l'enfer, faute de garde fou. Les soldats rebellent ont déjà fait l'objet de multiples violences physiques et verbales menées par le peuple aveugle et barbare.

Après le coup d'Etat, la purge continue en Turquie qui se livre à une épuration de masse dans l'armée et la fonction publique. Plus de 45000 militaires, policiers, magistrats, et fonctionnaires ont été licenciés, suspendus ou arrêtés. Les médias d'opposition ont été également rangés dans la case ''silence et bouche cousue''. Par ailleurs, Ankara a déclaré levée de l'état d'urgence vers la fin du mois d'Octobre, enfin peut-être. Le gouvernement Français qui au lieu de la fermer ne peut s'empêcher de critiquer chez les autres ce qu'il met lui même en place.
Sur ce, Erdogan a demandé à notre piètre ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault de ''se mêler de ses affaires'' en réponse à ses critiques sur les purges et sur l’instauration de l’état d’urgence, après l'avoir l'avoir félicité hypocritement d'avoir sauvé la démocratie, lui annonce qu' ''il ne lui a pas pour autant donné un ''chèque en blanc''. Ce qui est incroyable a entendre. On croirait que ce gouvernement ne sait plus où est sa place. Il se comporte comme si les pays étaient aux ordres de la France.
Autant dire qu'Erdogan fulminait sur Al-Jazeera contre la France et surtout contre Ayrault qui lui tape visiblement sur les nerfs : ''Est-ce qu’il a l’autorité celui-là, pour faire ces déclarations à mon sujet ? Non, il ne l’a pas. S’il veut une leçon de démocratie, nous pouvons la lui donner ! ''. Si Erdogan a l'art de s'attirer des ennuis, nous pouvons dire que nos politiques sont logés à la même enseigne.

Ce gouvernement socialiste ne peut s'empêcher d'imposer ses exigences et de s'ingérer dans les affaires des autres pays. Leur comportement risque d’aggraver la situation et d'énerver les bonnes volontés.
Quant à Erdogan, il s'enfonce dans sa paranoïa, il soupçonne tout le monde, convaincu d'être persécuté par des pays, en particulier américain, et d'être devenu le nouvel ennemi à abattre pour vouloir faire alliance avec la Russie et Bachar Al Assad. Ce qui évidement, ne peut que déplaire à Obama qui comptait sur lui pour mettre le régime syrien hors circuit.
Erdogan a affirmé qu'il ne fera jamais aucun compromis sur le mot ''démocratie'' ni sur sa façon d'imposer un état d'urgence qui pour lui, vise à protéger et à renforcer ces valeurs". Le mot démocratie est décidément un mot caméléon difficilement cernable.