CATEGORIES

dimanche 31 juillet 2016

DAECH PERD DU TERRAIN ET COMMENCE A SE REPLIER DEVANT L’ARMÉE SYRIENNE



Après avoir désespéré de leurs mercenaires, et de leur capacité à changer la donne à Mossoul en Irak et à Alep, en Syrie, les Etats-Unis et Israël projettent de se rattraper dans le sud, dans la province de Deraa.
Les cités occupées par Daech ont été entièrement encerclées à Alep par l'armée syrienne, ce qui constitue un acquis de taille pour Bachar, et une défaite cuisante pour les terroristes et les américano-sionistes.
Certaines sources font état d’un nouveau plan que les Etats Unis, Israël et la Jordanie trameraient un plan dangereux, et qui viserait à semer ensuite le chaos dans le sud de la Syrie.
Faut-il se réjouir, je ne crois pas, les sionistes ne lâcheront pas l'affaire tant Israël crève de peur de se retrouver encerclés.

Israël, les Etats-Unis, et leurs alliés sont quasi certains de la défaite de leurs bons et loyaux petits soldats djihadistes. De nombreux djihadistes ont préféré se rendre aux russes plutôt que de finir entre quatre planches ou par lassitude et prise de conscience. Tout comme à Mossoul où ils déménagent après avoir semé la terreur pendant plus de deux ans.
En ce sens, le Secrétaire à la Défense, Ashton Carter a annoncé une série de raids contre Daech à Deraa, au sud. Dans le même temps les mercenaires d’Al Nosra, sont déjà présents, dans le sud de la Syrie. Ils viennent de changer de nom, pour celui de Front Fatah al Chaam. Poutine à l'annonce de la nouvelle, a dit qu'il s'en moquait, ils périraient comme les autres.

Les médias israéliens ont levé un coin de voile en annonçant des exercices militaires conjoints israélo-américains dans le sud d’Israël à la hauteur de Deraa.
Israël envisagerait aussi l’ouverture d'une frontière avec la Syrie au niveau de la localité du Golan et ce, sous prétexte d’apporter ''une assistance humanitaire aux Syriens'', profitant de l'aide humanitaire russe . Une manière de tromper l'ennemi, tant soit peu que l'on puisse duper Poutine. Qui ne tente rien n'a rien !

Israël semble réactivé son projet de former une zone-tampon dans le sud de la Syrie. Il s’agit de créer une bande sécuritaire dans le Golan syrien qu’Israël occupe là encore illégalement. Le ministre israélien de l’Energie, Yval Steinitz a clairement exprimé ses vives inquiétudes de voir l’armée syrienne gagner du terrain, car cela équivaut à ce que le Hezbollah s’installe définitivement aux portes d’Israël, et qui plus est son armée surentraînée est dotée désormais d’armes très sophistiquées.

Ce même ministre israélien pense que Deraa est sur le point de devenir une base militaire et de renseignement Iranienne et pour protéger Israël, il faut éviter à tout prix une telle perspective, qui voit son territoire de plus en plus cerné par leurs ennemis, et ses beaux projets d'extension se rétrécir à vue d'oeil.
D’où le changement de nom d’Al Nosra qui serait, une astuce qui permettrait à Israël de faire d’une seule pierre trois coups : préparer une zone d'exclusion via un couloir humanitaire, pour permettre un rassemblements des terroristes et mettre Al Nosra et ses mercenaires à l'abri contre les raids aériens russo-syriens.

Justifier l’aide massive des arabes du Golfe Persique aux terroristes traqués partout dans le monde et créer enfin un environnement sûr pour Israël . Mais voilà, Israël est prise en étau ; les salafistes du Hamas derrière, au dessus les chiites du Hezbollah, en face la Syrie soutenue par l'Iran tous deux chiites, et la Russie, mais aussi la Chine et, pour finir, dans le Sinaï, les salafistes... De quoi se faire du mauvais sang ! Elle va devoir faire appel aux européens, aux Jordaniens et aux mercenaires stockés au Kosovo, pour se sortir de ce mauvais pas.




LE HEZBOLLAH SECOUE VIOLEMMENT L'ARABIE SAOUDITE
Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'est livré à un violent réquisitoire contre l'Arabie saoudite, l'accusant de vouloir normaliser ses relations avec Israël suite à une rencontre entre l' ex-général saoudien, Anwar Eshki et, le ministre des affaires étrangères israélien.
"L'Arabie Saoudite (à l'égard d'Israël) passe d'une relation en coulisses à une relation ouverte, et ceci constitue le pire des développements (le pire des scénarios qui soient) sur la scène arabe..", a affirmé le chef du parti chiite, lors d'un discours télévisé . Et vu l'armée disciplinée et surentraînée dont il dispose, je ne crois pas qu'Israël et l'Arabie Saoudite aient envie de ricaner.

"Le jour où l'Arabie reconnaîtra Israël en tant qu’État, il s'agira d'un grand pas en faveur de ce dernier, sans aucune contrepartie pour les Palestiniens. Une normalisation saoudienne est gratuitement offerte à Israël, et cela sera la fin, car d'autres pays voudront faire de même.
L'Arabie saoudite, qui se présente au monde en tant que le détenteur irréprochable de l'islam originel, le maître de la charia, celui qui s'approprie les lieux saints..., prend contact et entretient des relations avec Israël et probablement le reconnaîtra dans un futur proche en tant qu’État. Certains dignitaires religieux saoudiens vont bientôt émettre des fatwas afin de justifier cette probable normalisation".

Sur un ton alarmiste, Hassan Nasrallah a martelé : "Nous serons bientôt témoins d'une catastrophe, si la voie vers une normalisation avec Israël est pavée. Car après l'Arabie saoudite, d'autres États vont l'imiter ". Il a estimé que "tout le monde, toute personne, doit condamner cette situation qui ne sert qu'Israël, lequel s'en prend aux Palestiniens et aux peuples de la région ".

Sur le plan régional, Hassan Nasrallah a poursuivi son réquisitoire contre Riyad, l'accusant de mener des guerres sur tous les fronts, en référence au Yémen et en Syrie : "Au Yémen, la guerre et les bombardements se poursuivent. C'est cela la culture saoudienne, wahhabite, celle de Daech et d'el-Qaëda, du Front Fateh el-Cham, (ex- Front al-Nosra).
Quand allez vous cesser de faire la guerre et de maltraiter les peuples ?

Concernant le conflit en Syrie : le secrétaire général du Hezbollah a stigmatisé implicitement le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Jubeir, l'accusant de vouloir "décider du sort du président Bachar el-Assad à la place du peuple syrien", en lui demandant de quel droit il se permettait de décider du sort de Bachar al Assad en disant qu'il devait partir de gré ou par la force des armes.
Hassan Nasrallah a évoqué ensuite les avancées réalisée par l'armée du régime Assad appuyée par les forces russes, à Alep. "Ce qui s'est passé à Alep reflète le soutien du peuple pour Bachar, et ce qui vient d'échouer à Alep, ce sont les rêves d'empire de certains d'entre vous..", a-t-il lancé, en référence à l'Arabie saoudite, à Israël.
Il fini par leur dire : "Votre projet n'a aucun avenir. Les saoudiens ont l'opportunité de négocier. Ne soyez pas arrogants, vous avez l'opportunité d'être des partenaires dans la région et d'avoir votre part. Mais dans le cas contraire, vous serez défaits et votre programme sera voué à l'échec".

Sur le plan local, Hassan Nasrallah a appelé le gouvernement libanais à "prendre en considération la situation du village de Ghajar au Liban-Sud (dont la partie nord est occupée par Israël), car il s'agit d'un village Libanais. Même Israël a reconnu cela, malgré qu'elle occupe encore la localité ", a martelé le leader chiite.
Revenant sur le sommet de la Ligue arabe qui s'est tenu lundi à Nouakchott, le numéro un du Hezbollah a fait l'éloge de la Mauritanie qu'il a remerciée pour "son soutien au Liban". 

Il a incendié sans les nommer "les dirigeants libanais qui ont dit du mal de la Mauritanie, alors qu'elle vous vient en aide, je vous demande de lui présenter vos excuses". Enfin, le leader chiite a abordé la pollution du fleuve Litani . Il a passé en revue les pénuries d'eau, la corruption, et fermement exprimé l'opposition du Hezbollah à toute augmentation d'impôts.

En un mot, le Hezbollah a mis en garde Israël en ce qui concerne toutes les terres qu'il occupe impunément : le Golan en Syrie, la Palestine et un territoire Libanais. Israël fait la sourde oreille !