CATEGORIES

lundi 25 juillet 2016

UN COUP D’ÉTAT EN TURQUIE QUI A MANQUE SON BUT. ERDOGAN DEVIENT FOU


Un groupe de militaires a essayer de prendre le pouvoir excédé par les abus d' Erdogan et surtout manipulé par les Etats-Unis, qui n'acceptent pas qu'il s'allie à la Russie et se réconcilie avec Bachar Al Assad peut-être pour sentir le vent tourner. Les militaires ont affirmé avoir pris les commandes du pays pour "rétablir la démocratie", un terme très américain pour ne pas croire qu'ils sont encore au cœur du désordre. Ils avaient affirmer maintenir toutes les relations internationales du pays, de garantir l'exercice des droits de l'homme et de faire une priorité absolue de l'Etat de droit en Turquie. Tout un programme qui a échoué.
La Turquie a vécu une nouvelle tentative de coup d'Etat, menée par une partie de l'armée révoltée et hostile à Erdogan. Des blindés ont été immédiatement déployés dans les rues d'Ankara et d'Istanbul, des tirs et des explosions ont retenti dans les deux villes. Selon le dernier bilan, on dénombre 161 tués et 1.440 blessés, sans compter les putschistes.
Un ministre turc Süleyman Soylu a aussitôt déclaré que les Etats-Unis étaient impliqués dans l'organisation du coup d'Etat, du fait qu'ils essaient de lier amitié avec la Russie.
L'ancien commandant de l'Armée de l'air turque Akin Ozturk avait déjà été arrêté à Ankara pour implication dans l'organisation du coup d'Etat avorté. Auparavant, Erdogan avait exigé que Barack Obama l' extrade via la Turquie, le plus vite possible. Tout en accusant son ennemi juré, l'imam Fethullah Gülen et son mouvement d'être à l'origine du coup d'état. Le PKK quant à lui, refuse de soutenir les putchistes et bien moins encore les autorités turques qui ne cessent de persécuter les Kurdes, estimant que la tentative même de coup d'Etat, prouve que la Turquie n'est pas un pays démocratique comme veut le faire croire Ankara. 
Quoi qu'il en soit, Erdogan vient de déclarer, fièrement, que la tentative de coup d'Etat avait échoué. Selon le dernier bilan, on dénombre 161 tués et 1.440 blessés, sans compter les putschistes. Par ailleurs, 1563 militaires nationaux ont été arrêtés. Pour eux, le pire est à craindre.
Ils ont été agressée par la foule en délire, frappés à coup de pieds, de ceinture et de couteaux. La foule haineuse criant de tous les tuer au nom de dieu bien sûr.
Une foule dangereuse à l'image de leur leader qui nous offre un spectacle bestiale et, écoeurant. Des hommes prêts à tuer sans se poser aucune question


ERDOGAN AUX PORTES DE LA FOLIE
La chaîne CNN Türk a filmé Erdogan, aux portes de la folie, en train de parler à ses supporters en vociférant ''les traîtres vont payer le prix fort. Ce coup d'état est une bénédiction d'Allah, il nous permettra de nettoyer l'armée.''
Il a félicité les Turcs – ravi de se sentir encore un peu aimé et admiré-, pour être soit disant descendus "par millions" dans les rues, conspuer les putschistes. Les affrontements, qui ont donné lieu à des scènes de violences inédites à Ankara et Istanbul depuis des décennies. La Turquie est divisée, entre les extrémistes et les Turques qui rêvent de liberté et de justice.
Les Turcs de France se sont d’ailleurs mobilisés pour soutenir leur chef, en hurlant '' Allah Akbar'' dans les rues de Strasbourg. Ce qui est inadmissible et inquiétant.
Ce coup d'Etat aura malheureusement pour conséquence, le rétablissement de la peine de mort. Erdogan ne s'en privera pas. Cela manquait à sa panoplie de dictateur. On lui a donné l'occasion de la rétablir et, il ne laissera pas passer ce prétexte qui, pour ce grand malade, est une chance inespérée de pouvoir asseoir son pouvoir pleinement et de multiplier les exécutions. Ce qui est inquiétant, c'est que 1563 militaires entraînés et armés – sans compter ceux qui ont été tués – n' aient pas réussi à renverser ce pouvoir démoniaque. Aient-ils pressé d'en finir, si mal informés et préparés, pour se retrouver dans une telle impasse ? Ou Erdogan très bien informé, leur a tendu un piège, et les a laissé tomber dans une souricière ?
Athènes aurait permis d'extrader à Ankara 8 militaires putschistes qui se sont réfugiés en Grèce.
Cette information a été diffusée par le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu sur Twitter. Alors que la Grèce n'a encore rien affirmé ni confirmé au sujet des militaires. La porte-parole du gouvernement grec Olga Gerovasili a simplement déclaré qu’Athènes envisageait d'extrader l'hélicoptère en Turquie en respectant "la procédure prévue par le droit international". Elle n'a pas dit que la Grèce extradait les 8 pilotes !. Je doute fort qu'elle leur livre des pilotes qui voulaient sauver leur pays, avant d'avoir toutes les informations et garanties, en sachant qu'ils risquent d'y laisser leur vie, si elle les renvoie en Turquie.

Mais ce n'est pas tout. Erdogan - devenu paranoïaque -, a carrément démis de leurs fonctions 2.745 procureurs et juges du Conseil supérieur à la suite de la tentative de coup d'Etat. Les juges et des procureurs sont tous accusés purement et simplement, de lien avec les putschistes. Mais la folie ne s'arrête pas là 6000 autres personnes arrêtées soupçonnées aussi d'être complices. Désormais, il va soupçonner tout le monde. Mais en agissant ainsi, il aggrave sa situation.

LES PAYS S’INQUIÈTENT SAUF PARIS ET LONDRES
Si tous les pays, Russie comprise, ont émis une inquiétude quant au devenir des putschistes et de l'escalade politique malsaine vers un durcissement du régime, il n'en est rien du côté de Paris.
Notre cher ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, toujours aussi mal informé sur ce qu'est une démocratie, pour lui ''La Turquie a fait l’objet d’une tentative de coup de force contre son ordre constitutionnel et démocratique qui appelle la plus ferme condamnation de la France.La population turque a montré sa grande maturité et son courage, en s’engageant pour le respect de ses institutions. Elle en a payé le prix avec de très nombreuses victimes, auxquelles vont mes pensées. La France forme le vœu que le calme puisse revenir très vite. Elle espère que la démocratie turque sortira renforcée de cette épreuve et que les libertés fondamentales seront pleinement respectées.'' Quel faux cul !. Bonjour la compassion pour le peuple opprimé et, tous les journalistes emprisonnés. Paris, qui n'est pas la France, soutient la dictature d'Erdogan pour sauver ses petits intérêts.

François Hollande nage entre deux rives : il craint de voir des répressions après le coup d’Etat tout en étant soulagé que cette rébellion n'est pas, heureusement, prospéré. On se demande bien pourquoi ?. Il est vrai qu'après le massacre de Nice et celui d'Ankara, il a pas mal de commémorations sur le feu. Alors une guerre en plus avec des immigrants en arrière plan , il aurait fini par enfin lâcher le pouvoir et nous donner sa démission !.
S'il craint des répressions, c'est qu'il sait pertinemment qu'elles existent. Mais, il ne veut plus rien voir ni savoir.
Ce qui inquiète également l’UE et la France en particulier, c’est que la Turquie essaie d’obtenir de Bruxelles des financements supplémentaires pour les 2,5 millions de réfugiés qui affluent dans le pays, en grande partie à cause de l'ingérence flagrante de la Turquie dans les affaires intérieures de la Syrie. 

Le nouveau ministre anglais des Affaires étrangères Boris Johnson, quant a lui, il n'a guère fait mieux. Il a assuré à Erdogan son soutien qu'il croit '' démocratiquement élu''.
C'est Ayrault version anglaise. Pourtant Bachar Al Assad a été aussi élu démocratiquement et ce même petit monde n'hésite pas à le taxer de ''dictateur sanguinaire '' et à le diaboliser à la moindre occasion. Quant aux vrais dictateurs qu'ils soient Turc ou Saoudien, ils préfèrent fermer les yeux par crainte de le payer cher, contrairement à Assad avec lequel, il ne risque rien. C'est assez pitoyable, quant on voit le résultat.

ERDOGAN EST UN DICTATEUR
En Turquie, les opposants ne sont pas les bienvenus, les médias leur donnant la parole non plus.La chaîne Bugün TV, réputée pour offrir une tribune à l’opposition, a fait les frais d’une perquisition musclée, motif : irrégularités financières. Le rédacteur en chef d’un magazine politique d’opposition, Nokta, Cevheri Güven et le directeur de publication Murat Capan, ont été arrêtés après la perquisition dans leur bureau et accusé de tentative de renverser le gouvernement par la force, ou encore le journal d’opposition Cumhuriyet, Can Dündar, rédacteur en chef et Erdem Gül, son chef de bureau à Ankara, tous deux ont été inculpés sous prétexte d' espionnage et divulgation de secrets d'Etat', ...etc . Erdogan ne supporte pas que l'on critique sa politique. Le peuple doit subir ses dictas que cela lui plaise ou non. Donc, quant on muselle la liberté d'expression et que l'on emprisonne des journalistes et les intellectuels, il n'existe pas de démocratie, juste une dictature qui bientôt sera légitimée.

Début juin, Erdogan a signé un projet de loi, permettant de priver les députés de leur immunité parlementaire, ouvrant ainsi la voie à des poursuites judiciaires contre tous les opposants quel qu'ils soient.

LE GOUVERNEMENT DOIT DISSOUDRE TOUTES LES ORGANISATIONS ISLAMISTES
Erdogan ne protégera jamais l’Europe, car c'est un adversaire historique. La Turquie n’est pas un pays européen. Les Turcs installés à Strasbourg et en Flandre soutiennent Erdogan dans sa folie, ce qui est intolérable. Ils doivent être sanctionnés ou expulsés du pays. Leur place est auprès de leur héros et non en France et en Belgique.
Mais ça n’est pas tout. L’Union des organisations islamiques de France (UOIF) qui sévit également à NICE, a publié un tweet explicite : ''Ya Allah protège la stabilité et la démocratie de l’État turc ! Ya Allah protège la Turquie ! '' Les opposants turcs oppressés apprécieront…Que font en France ces Turcs si amoureux de leur dirigeant ?
De quel droit cette organisation établie en France, se permet-elle de prendre position en faveur de la Turquie qui, théoriquement, ne la concerne pas ? Que fait-elle en France ? - Qui finance l’UOIF, Ankara, Paris ?
Quoi qu’il en soit, il faudra que le gouvernement se décide enfin à dissoudre toutes ces associations ambiguës, et bi-nationales dont les liens avec les fondamentalistes et les Etats étrangers sont prouvés. Car sans cela, nous serons amener à croire que le gouvernement ou la bande des quatre est lié à ces organisations malfaisantes, mais aussi aux massacres des innocents.