CATEGORIES

mardi 28 juin 2016

LES ANGLAIS NE CESSENT DE NOUS AFFICHER LEUR DÉSESPOIR A TOUTES LES SAUCES

Il paraît que depuis la sortie de l'UE , le Royaume-Uni, connaîtrait une recrudescence soudaine des crimes motivés par la haine raciale. Sur les réseaux sociaux, les Britanniques se lâchent et partagent en cœur, des histoires d'"étrangers" agressés sur les réseaux sociaux. La communauté "Worring signs" a fait une compilation des publications pour expliquer à quel point la haine et la précarité règnent dans le pays. Il y a 4 jours, tout aller pour le mieux et puis vlan patatraque, tout va mal chez les Englishs qui nous affichent leur désespoir à toutes les sauces ! Où sont donc passé les grands conquérants des temps anciens, les pilleurs des mers ???
Même la baronne Saida Warsi, qui en plus d'être baronne, et qui occupait auparavant le poste de vice-ministre britannique des Affaires étrangères, a déclaré que la situation était "alarmante" et que le nombre de crimes motivés par la haine raciale était en hausse suite à la victoire des pro-Brexit. Avant ? NON ! Cela pue la manipulation. Selon elle, ce serait le résultat de la "campagne xénophobe" menée par les eurosceptiques. Il faut toujours trouver un coupable pour cacher sa connerie et se déculpabiliser.
Elle s'est amusé à publier plus d'une centaine de captures d'écran de messages qui prouveraient qu'une vague de haine raciale s'est subitement déchaînée sur la Grande Bretagne. Entre nous, au train où ça va, ils vont tous se pendre ou faire appel à Poutine pour les aider à surmonter leur douleur. Le Pape peut aussi être d'un grand secours, il ne crains personne, ni les Africains ni les Anglicans.
Et puis, si vraiment, ils n' arrivent pas à maîtriser ce tsunami de HAINE, il reste leurs alliés : Al Nostra, par exemple !. Si non, il leur faudra chercher de l'aide du côté de la Turquie ou d’Israël. En ce moment, on a les deux pour le prix d'un, pour être redevenus copains comme cochon. Et, puis si leur désespoir persiste, qu'ils se confient à Cameron, il est de bon conseil, il saura bien les sortir de l'impasse.
En dernier ressort, ils peuvent se réfugier en Irlande ou en Ecosse. Pour l'instant, il y a encore de la place. Impulsifs et irraisonnés, ils sont nombreux à demander la nationalité Irlandaise. Mais cela ne va pas durer, quant les Irlandais prendront conscience que le nombre de descendants pure souche est plus important qu'ils n'avaient osé l'imaginer.
Vu le passé douloureux de l'Irlande, les Anglais viennent de poser une bombe sur le processus de paix, qui devait beaucoup aux subventions de l'UE en faveur de projets entre catholiques et protestants. Le Brexit risque de diviser à nouveau les protestants et les catholiques, et de relancer les tensions. Mais ce à nous, de les entretenir financièrement, pour qu'ils se tiennent tranquille et apprennent à se supporter ?
Quant à nous, rien ne changera, Hollande est bien trop frileux pour réagir et remettre le projet pour une nouvelle Europe, en cause. Il court, il court, le furet !. Il va courir ainsi, encore 10 mois. Dame Merkel freine des quatre fers face au Brexit qu'elle aimerait violer avec un malin plaisir, Hollande surf sur la vague, pour nous dire en finale qu'il a respecté son programme et que grâce à lui, la City est hors jeu !

Allez, courage mes seigneurs !. Après la chute, l'ascension. Les Russes se sont bien remis de la chute de l'URSS, les Allemands de la chute du mur et les Romains de celle de Rome. Et, je ne parle pas des peuples qui ont regretté de les avoir connu. Alors, pour une fois, que les anglais vont en baver un peu, cela ne peut que nous faire plaisir.
Ceci étant dit ; leur comportement frise le ridicule et, la fierté ne les étouffe plus, au point que j'en ai mal pour eux.Car nous n'avons pas fini de les entendre pleurnicher sur leur sort. N'est pas russe qui veut !
Et puis, leur retrait de l'UE, si c'est un coup du sort pour les Britishs, c'est un bienfait pour nous. Les Turcs refusent d'entrer dans l'UE – ça tombe bien, on n'en veut pas - et, oblige Erdogan, à renoncer au Graal tant convoité par la Turquie : l'Union européenne. Le malheur des uns ferait sur ce coup, le bonheur de nous autres. Ils pourront toujours tenter de présenter leur candidature en l'an 3000, là effectivement, la Turquie aura toutes ses chances !