CATEGORIES

samedi 25 juin 2016

BREXIT, BREXIT QUAND TU ME TIENT PAR LA BARBICHETTE, L'UNION S'ARRACHE LES CHEVEUX ET ENRAGE


Depuis, quelques semaines, je commençais à désespérer de ne rien voir bouger et, j'attendais le Brexit, car je savais que les dissidents passeraient de justesse, mais qu'ils réussiraient à ne pas se laisser berner par les esprits malfaisants qui craignaient de voir leur petit monde mafieux s'écrouler subitement par enchantement. Brexit, Brexit qui a excité les consciences qui broyaient du noir et qui a réveillé celles qui s'étaient endormies sur leurs lauriers.
Brexit, Brexit, voilà, un mot qui a délié les langues et fait couler de l'encre et du venin. Un mot qui m'a fait un bien fou pour avoir gagné mon pari, mais qui a énervé les Européïstes aveugles qui adorent cette union corrompue, anti-démocratique et dictatoriale, parce qu'elle permettrait à certains citoyens de circuler sans sortir leur passeport et sans visa. C'est tout ? Oui, mais pour eux, c'est déjà beaucoup ! Quant d'autres s'imaginent que sans l'UE, ils n'auraient aucune subvention. Je rappelle que la France verse pour sa part plus de 24 milliards d'euros, disons de ''cotisation'' annuelle pour que cette Union providence puisse reverser aux demandeurs européens désespérés des subventions, en se sucrant au passage de 9 milliards d'euros pour ses frais personnels. Si, nous décidions de gérer nous-mêmes ce budget, nous gagnerions dans un premier temps, 24 milliards d'euros, de quoi éponger notre dette. Les Anglais qui savent compter, City oblige, vont gagner ainsi, 20 milliards par an. De quoi, voir venir !. La City saura parfaitement redresser la barre. La magouille, c'est son truc ; les paradis fiscaux aussi !. Il paraît que l'Angleterre est aussi corrompue que la Grèce, alors tout baigne !


BREXIT.... UNE GIFLE MAGISTRALE
Brexit, Brexit, mais quelle horreur ! Quelle inconscience !
Le Brexit fait obligatoirement le bonheur de nombreux oligarques, qui ne sont peut-être pas tout-blancs dans cette histoire, pas forcément britanniques, comme par exemple des Américains ou des Australiens qui vont encore davantage augmenter leurs capitaux grâce au choix heureux des dissidents anglais, malgré certains analystes qui prévoyaient leur chute.
Il est certain que de nombreux citoyens anglais vont souffrir pour n'avoir pas vu venir la gifle magistrale et, pour n'avoir pas été préparés à affronter des périodes difficiles. Mais ils s'en remettront car rien ne perdure. Après la pluie, le beau temps.
J'ignore si les Irlandais et les Écossais veulent quitter le navire Royal pour craindre le pire, mais je les soupçonne fortement de profiter de l'aubaine inespérée pour... enfin... se libérer du joug Royale. Une fois, l'indépendance obtenue, rien nous assure qu'ils s'accrocheront aux jupons de Dame UE, surtout si celle-ci s'obstine à conserver son cap actuel.
Mais le sort des Anglais appartient aux Anglais et, je suis convaincue qu'ils s'en remettront aussi bien que les Suédois et plus vite qu'on veut nous le faire croire. L’Histoire, après tout se répète et, celle-ci tôt ou tard, nous parlera du gagnant et de ceux qui se cachaient derrière.


L'UE FACE A ELLE MÊME
Le problème dans un divorce, c’est que nous sommes toujours deux. Il y a celui qui claque la porte pour en avoir eu assez d'être pris pour un con et, pour avoir eu plus à perdre qu'à gagner et, celui qui reste hébété parce qu'il ne croyait pas possible que cela puisse arriver un jour, convaincu qu'il était indispensable au bonheur de l'autre. Dame Europe doit apprendre désormais, à gérer cette douloureuse séparation en se remettant en question sérieusement. Mais, en saura-t-elle capable ? Quoi qu'il en soit, elle est responsable de ce départ soudain. Elle va devoir se mettre au boulot, régler le problème de l'immigration par exemple, et cessé de jouer au chat et à la souris avec la Turquie ou encore cesser de laisser Angela Merkel prendre des initiatives en solo pour être entourée d’hommes sans envergures, dépourvus de charisme et de vision à long terme. L'UE devra apprendre à faire des économies et à se serrer la ceinture au lieu de jeter l'argent par les fenêtres pour calmer le jeu. Et puis, il y a la belle famille qui est tout aussi abattue pour avoir appris la mauvaise nouvelle. Pas facile d'apprendre que le grand frère met la clef sous la porte. Elle enrage surtout parce qu'il a décidé de ne plus se préoccuper de son futur ni de lui verser son obole confortable pour le bien de son propre peuple avant ceux de l'Union. L’Europe compte désormais 27 membres, dont beaucoup ont été adoptés par l'UE à la demande exprès des Anglais, et de la City. Dame Europe, tout aussi intéressait par le miroir aux alouettes, voulant plaire aux financiers Anglais, n'a cessé de baisser sa culotte tricolore. Et voilà, que les vilains anglais laissent tomber Dame France et son rêve d'Union, sans tambour ni trompette. Elle ne semble pas comprendre, que l'on puisse en avoir ras le bol des oligarques corrompus qui pillent les États, de sa mauvaise gestion, de ses frasques anti-démocratiques, de son autorité dictatoriale comme de son paternalisme abusif et de ses recommandations souvent inadaptées.


LES SIX PAYS FONDATEURS
Parmi ces 27 nations encore adhérentes, il y a les pays fondateurs, qui s'étaient inspirés du plan Schuman ; six pays qui, jadis ont signé un traité visant à placer leurs industries lourdes du charbon et acier sous une tutelle commune. Nul ne peut plus fabriquer désormais ses propres armes de guerre pour les diriger contre les autres, comme par le passé. Cela revient de droit aux USA ! Ces six pays sont l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Ces 6 nations se sont embarquées dans cette aventure extraordinaire de l’après guerre. C’est ce noyau dur qui a d'ailleurs, créée la monnaie unique baptisée Euro pour harmoniser ces 6 pays amis et qui prendra en l'an 2000 son envol. Mais, voilà, le temps passe et les années ne se ressemblent pas ou plus. Forts de la réussite du traité sur le charbon et l’acier, les Six élargissent en 1957 leur coopération à d’autres secteurs économiques. Ils signent le traité de Rome, qui crée la Communauté économique européenne (CEE), ou ''marché commun'', dont l’objectif est la libre circulation des personnes, des marchandises et des services entre les États membres.
Mais voilà, ce beau projet a dégénéré au fil des ans, suite à l'élection d'un lot d'incapables qui voulaient faire ami-ami avec n'importe qui et ouvrir les pays à tous les vents. Arrivés au pouvoir, ils furent tous atteint, à tour de rôle, par la fièvre de l'or et du pouvoir, par la vie facile où l'argent n'a plus d'odeur, les éloignant ainsi de la réalité et des peuples démissionnaires qui n'ont pas été capables de réagir face aux abus qui se sont multipliés, voyant aussi certainement leurs propres intérêts comme travailler moins, pour gagner beaucoup….moins !


UNE EUROPE OUVERTE A TOUS VENTS SANS PROTECTION
Les héritiers n'ont pas su géré l’UE intelligemment, leurs intérêts étaient ailleurs. De ce concept protectionniste et commerciale, ils en ont fait une œuvre anarchique majoritairement commerciale dépourvue de contrôle de douanes mais pas de paradis fiscaux. Une Europe ouverte à tous les vents, sans gardien, pour permettre d'une part, aux riches de grossir leurs capitaux, à des organisations multiples et religieuses de percevoir de confortables subventions dont certaines comme le Crif et la Lycra ont fini par s'immiscer dans la gestion des États pour imposer leurs dictas et faire taire les dissidents qui leur déplaisent et tuer du même coup la liberté d'expression, convaincu de prendre un jour le pouvoir.

D'autre part, la libre circulation des personnes - qui devaient concerner les européens de l'Union – a permis aux étrangers venus d'Orient et de l'Est de s'installer dans nos pays pour profiter de nos systèmes médico-sociaux gratuits, et permis aux mafieux multi-services de se répandre comme la peste dans l'UE. Sans oublier les tordus fanatiques qui rêvent de nous imposer leurs croyances et leurs dictats sans nous fournir aucune preuve concrète quant à la véracité de leur idéologie.
L'UE a mis la charrue avant les bœufs, acceptant des nations dans son giron sans vérifier si elles étaient compatibles avec nos valeurs et nos modes de fonctionnement : comme par exemple avec nos salaires. Sans oublier les délocalisations de nos entreprises hors de l'Europe. Bradant à l'occasion nos patrimoines au Qatar ou à la Chine. Comment l'Europe, peut-elle être une force si nous bradons nos terres et nos biens à des étrangers ? Comment peut-on se faire respecter si nous acceptons de laisser entrer des vers dans nos fruits au nom de la charité et de la fraternité ?. Si nous devons ouvrir nos bras à la planète entière et travailler jusqu'à 65 ans, pour entretenir les laissés pour compte, à quoi sert l'Europe ? Doit-on accepter d'être les esclaves des fainéants, après ceux de l'Union, pour qui les études ou un travail manuel étaient ou sont une corvée ? Et je ne parle pas des Français et des étrangers qui perçoivent des Assedics qui travaillent au black. Après tout, pas vu, pas pris et puis les élus n'en font-ils pas autant ? . Le RSA, par contre, est payé par les citoyens qui travaillent et tirent la ficelle par les deux bouts et sur ce point, je trouve cela inacceptable !


SI L'ANGLETERRE A UN JOUR, INTEGREE L'EUROPE
Depuis 30 ans, l'UE s'est égarée progressivement en chemin et en particulier la France, en se séparant des peuples, au point aujourd'hui, qu'ils n'en peuvent plus de leurs abus et de leur incompétence devenue notoire.
Si l’Angleterre a intégré l'Europe, c'est pour avoir eu le nez fin, en sentant que l'UE changeait son fusil d'épaule, plus encline à faire de l'argent, à avoir une main d'oeuvre bon marché, qu'à protéger ses peuples. Elle a frappé à la porte en proposant un contrat de mariage très particulier, refusant l'Euro. Pas folle la guêpe !. Le message était claire ; business OK ! Pour la merde au futur, JAMAIS ! Mais l’UE trop sûre d'elle et aveuglée, s'est vendue en acceptant le marché sans broncher, certainement pour s'être laissée éblouir pas les 20 milliards qui allaient tomber dans son escarcelle chaque année !. 

Puis, après maintes discussions de marchands de tapis, ils se sont partagés le travail, selon les talents de chacun afin de booster l'économie. L'UE a donc confié les finances à la City, sur ses vifs conseils, unique raison d'ailleurs, pour cette talentueuse gestionnaire d'intégrer l'Europe...mais de loin. Pour la City, c’était très avantageux, d'autant plus qu'elle n'était pas dans l’euro. L'Allemagne, plus fourmis que cigale, avait choisi la production industrielle, et la France quant à elle, mauvaise gestionnaire et plus cigale que fourmis, avait choisit de faire fructifier ses talents dans de nombreux domaines comme ceux de l'innovation, de la recherche, de l’imagination, de la création artistique, de la littérature, des loisirs, et du luxe.... Curieusement, elle n'a pas su remplir sur le long terme son contrat, faute probablement, d'imagination et de créativité ; le travail fatigue !. Comment peut-on promouvoir la qualité quant on se débarrasse de ses usines de textiles par exemple. Et visiblement, l'imagination, la créativité artistique, la liberté d'expression ne sont plus d'actualité ou s'expatrient vers des horizons plus cléments, plus rémunérateurs et reconnaissants.

Vers l'an 2000, les dérapages se sont, peu à peu, multipliés et la crise économique et financière... a fini de fissurer l’UE qui s'efforce de survivre en espérant un miracle qui ne viendra plus et, le Brexit a donné le ton. Et tout cela, au bénéfice des Américains qui en ont largement profité d'une Europe qui avait désormais des jambes de bois, mais aussi au bénéfice des Russes qui n'ont toujours pas fini de rigoler, car en voulant se protéger d'une URSS qui n'existait plus puis de la Russie et de Poutine, l'UE s'est fourvoyée pour ne pas avoir su choisir ses amis. Quant aux Asiatiques, ils se sont contentés de faire un copié-collé du concept, d’autant plus facilement que la France, comme l'UE, n’a jamais su se défendre ni des migrants ni des plagiats (un exemple parmi tant d'autres : le télégraphe concept volé par les américains qui curieusement, ont toujours manqué d'imagination et de créativité). A vouloir trop plaire et trop en faire, on finit toujours par se planter et par se faire supplanter !


HOLLANDE VOULAIT REALISER UN REVE
En 2012, si les Français avaient su choisir un homme de tête difficilement manipulable comme Nicolas Dupont Aignan, l'UE aurait pu se redresser comme un seul homme.
Mais voilà, le peuple n'a pas su faire preuve de clairvoyance et le père François a fini de nous achever. Lui, notre bon sauveur, le bon samaritain, qui se voyait plus grand qu'il ne l'est en vérité, l’avait pourtant inscrit dans son programme chéri, après l'avoir hurlé sur toutes les ondes, au point que des Français y ont cru. Un gros ballon dirigeable qui voulait voler plus haut que ses prédécesseurs et qui rêvait de braver la City pour marquer l'Histoire, et qui s'est dégonflé dès que le vent a tourné pour se vautrer dans un océan trop salé pour lui. Papy Hollande voulait simplement réaliser un rêve où, il se voyait sur la première marche du podium. Mais, son rêve lui parlait simplement de notoriété, de confort matériel et financier, de voyages autour du monde et de commémorations d'hommes devenus grands. Tout un programme !.

Au lendemain de son élection, son rêve s'est réalisé, mais il avait oublié d'insérer dans son histoire, le peuple et le manuel ''l'art de bien gouverner un pays'', et celui concernant '' l'art de se faire respecter par ses semblables ''. Alors, il n'a eu d'autre solution que de voler vers l'Allemagne, malgré l'avertissement divin foudroyant, et de se mettre à genoux, pieds et poings liés, devant Mère Angela, s'en remettant entièrement à son expérience, pour qu’elle lui montre la voie et lui garantisse les emprunts compulsifs des élus, dus à quelques tours concoctés jadis, par des financiers vicieux qui nous ont privé de notre planche à billets. Grâce à ce tour de génie, nous avons continué d’emprunter sans compter, pour payer les factures qui ne cessent de grossir et de se multiplier, mais surtout pour éviter que le peuple ouvre les yeux et se fâche sérieusement face aux dérives.
Il a mis 25 ans, pour ouvrir un œil, faudra-t-il encore attendre 25 ans pour que le peuple ouvre le deuxième ?


L'ALLEMAGNE A TOUJOURS RESPECTE SON CONTRAT
L’Allemagne, contrairement à la France et à ses sœurs plus cigales que fourmis, a toujours respecté son contrat. Elle a continué à faire ce qu'elle savait faire le mieux, produire, produire et produire encore. Et comme ses partenaires n’ont pas été capables d'accomplir leur part du boulot ou du marché conclu par le passé, ce sont les Allemands qui se sont coltinés le travail et pour l'essentiel ils ont satisfait la gourmandise de la France en particulier, - et de quelques Etats indélicats - plus apte à gaspiller, à s'amuser qu'à bosser 40 heures. Une France, laxiste au train de vie Elyséen, un gouvernement plus royaliste que socialiste qui cumule les mandats, les privilèges et les retraites. Mais peut-on gérer une région, un pays en étant au four et au moulin ? Des élus, parfois condamnés par la justice, qui s'octroient mille privilèges et s'entourent de bras cassés inutiles qui ruinent nos finances et notre confiance. Un gouvernement qui se roule dans le luxe au point de perdre le sens des réalités et oublier d'où, il vient et dont les dépenses sont devenues réalisables grâce aux emprunts perpétuels de la BCE qui se fait une joie d'avoir un tel client dépensier à souhait qui lui règle rubis sur l'ongle ses intérêts sans cesse croissants. Un gouvernement, qui pour cacher son incompétence et son impuissance, ment effrontément, détourne la vérité, en inventant à l'occasion des contrats pansements pour apaiser les tensions, tout en détruisant le travail de ses prédécesseurs, en créant d'autres problèmes souvent plus graves.
Le moins que l'on puisse dire, si le peuple n'est pas très futé faute d'instruction et d'informations, comme se plaisent à le répéter les autocrates, nous avons grâce à lui, hérité des pires gouvernants qui soient depuis plus de 15 ans.


UN GOUVERNEMENT INFERNAL
Un trio infernal, un gouvernement unique en son genre : Un président '' Hollande'' aux abonnés absents, un premier ministre Valls aux accents de dictateur qui rêve d'être aussi un jour président et qui nous coifferait d'une kipa si l'on disait ''Amen !'' et Cazeneuve qui lui préfère diriger une police qui fasse de préférence tapisserie, car à ses yeux, une police digne de ce nom ne doit pas bouger. En un mot, un bon flic est un policier...mort !. Et je ne parle pas des ministres en strings qui veulent démolir nos institutions et apprendre à nos enfants à penser et à agir autrement... Il est vrai, que depuis peu, nous savons grâce aux connaissances très poussées de Hollande que l'homosexualité est un choix ! Donc, mieux vaut informer que guérir !

Ce 24 Juin mémorable, Hollande en véritable tribun sans tribune, nous a encore servi un nouveau discours qui n'était rien d'autre qu'un texte tout aussi insipide que les autres, qui même lu, car il est incapable de s'adresser au peuple sans faire appel à des scribes, manquait de piment, d'esprit de combat et de décision. Il était là, c'est déjà ça ! Et, comme d'habitude, derrière son pupitre, mou, flasque, ahuri, se demandant une fois de plus, comment se sortir de cette embuscade inattendue - dont il est lui même l'un des auteurs mais s'en souvient-il ?. Comment est-ce possible, la bourse et les sondages, nous aurait menti !
Ce brave homme, jadis soucieux du bien être de son peuple, se faisait une joie en 2012, de nous faire part en 2017, d'un bilan qu'il voulait honorable, et bien sur ce point, chers concitoyens dissidents, nous allons être largement servis !

Le but de ce gouvernement est claire ; s'accrocher au pouvoir encore 10 mois avant de prendre la porte. On ne sait jamais un miracle peut pointer son nez !. Que vont-ils faire face à ce soufflet magistrale dispensé par les anglais qui ont tiré les premiers ?. Mais Rien ! Les vacances sont déjà là !. Mais ils vont nous gratiner de discours tout aussi indigestes et incohérents, pour nous donner le change et l'impression qu'ils ont bien reçu cinq sur cinq, cette fois, le message.
Une chose est évidente, ils sont bel et bien au pied du mur du Berlin, se demandant, comment ils vont éviter la chute finale d'une Union plus désunie que jamais. Comment faire, pour empêcher les peuples de prendre la barre de leur propre navire et d'être jetés à la mer ?. Comment vont-ils contourner les obstacles et détourner notre attention ? Comment vont-ils tenir bon jusqu'au dernier jour pour engranger un maximum de fric, avant d'aller pointer au chômage pour la forme ?


L'UE SE DOIT D'AGIR TRES VITE. LE COMPTE A REBOURS A COMMENCE
Qu'ils soient convaincus au moins d'une chose, les peuples les ont désormais dans le collimateur et, s’ils ne changent pas de direction vite fait et bien fait, s'ils refusent de se remettre en question et de regarder la vérité en face, et de faire le ménage en profondeur comme l'exigent les peuples dissidents, ils peuvent commencer à apprendre à compter. Le compte à rebours est lancé. Les 27 peuples exigeront, les uns après les autres, de se retirer d'un jeu aussi bancale qu' ingérable. Les Hommes trop conscients du manège n'accepteront plus de fermer les yeux et d'avaler leurs couleuvres.
Après tout rien est éternel, de grandes civilisations se sont dissoutes, faute de lucidité et de prévoyance et, pour avoir pris les peuples pour des esclaves dépourvus d'intelligence et manipulables à souhait.
Si l'UE se décide enfin à travailler en prenant le taureau par les cornes, il va leur falloir agir très, très vite. Nous voulons un projet sérieux et une égalité parfaite pour tous les membres. Si, par exemple, nous devons payer une taxe, il est impératif que celle-ci s'applique à tous les membres sans aucune exception, ce qui est loin d'être le cas.Le travail doit être réglementé pour tous les pays de l'UE. Ce n'est pas aux Français ni aux Allemands qui bossent dur ni aux retraités, de supporter l'austérité, quand nous versons des milliards d'euros à l'UE, quand d'autres versent des ''cotisations participatives '' dérisoire sous prétexte d'être pauvres ou trop petit. Nous payons pour des pays de l'UE et pour les peuples étrangers dont on détruit les nations. Donc, là encore, il faudra bien que le gaspillage financier cesse.


UN ETE CHAUD POUR L'UNION EUROPEENNE
Il va leur falloir nous expliquer clairement, le but réel du nouveau concept, et qu’ils nous prouvent enfin qu'une Europe unie qui parlerait enfin le même langage est la seule chance d’offrir un avenir stable à chacun des pays membres, car pour l'instant, c'est plutôt la tour de Babel de l'Europe où chacun ne voit pas à l'horizon, la lune à la même heure. La CE, qui s'est emparée du pouvoir à notre insu, doit cesser de nous imposer ses visions d'un nouvel ordre mondial pour croire que les peuples sont composés que de sujets incultes, incapables de voir par delà l'horizon. Ces sujets élus ne sortent pas de la cuisse de Jupiter, mais bel et bien du même arbre que celui du peuple. Leurs résultats nous informent sur leur impuissance et qu'ils n'ont pas davantage la science infuse et qu'ils sont loin d'être les élites dont les médias nous gavent au quotidien, mais de simples marchands de pacotilles,de vulgaires pilleurs d’États impunis comme Junker pour ne citer que lui et, qui sont loin d'être des exemples à suivre.

Un été chaud pour l'Union qui sera révélateur.Tout au long de l'été, à Bruxelles, ils vont devoir mettre les bouchées doubles, transpirer à grosses gouttes sur leurs pupitres au lieu de dormir et de s'empiffrer de petits fours, s'ils ne veulent pas en 2017, être les responsables de la chute finale qui donnera raison aux Gaullistes qui clament l'Europe des Nations. Un été révélateur, car si les gouvernements préfèrent se prélasser au soleil, il y a fort à parier qu'une fois de plus, ils n'ont rien compris au message et, se moquent des peuples et de ses avertissements.


A FORCE DE CRIER AU LOUP, ON Y CROIT PLUS
Les oligarques qu'ils soient ou non élus, comme les peuples doivent apprendre avant tout, à raisonner, à marcher sans tuteur, et à vivre ensemble quelque soit leur origine et leur religion qui doit rester au placard – on ne mélange pas les serviettes et les torchons -, avant de vouloir mettre son ego en avant, et de violer les lois. Ils doivent cesser de cultiver la haine entre les peuples et de trembler pour leur carrière dés qu'une feuille tombe de l'arbre. Ils doivent cesser de faire peur aux peuples en inventant des histoires aussi tordues les unes que les autres afin de lui faire peur, comme ce fut le cas dernièrement avec le Brexit, entre autres. Les médias, relayeurs d'informations malsaines, ont également leur part de responsabilité pour n'avoir cessé de relayer de fausses informations et des sondages tronqués qui nous faisaient croire que voter pour le Brexit c'était voter pour la fin du monde et donc de l'humanité.
Pauvres journaleux, ils doivent aussi en tirer une leçon. A force, de crier au loup, on finit par ne plus y croire !. Dommage, que le ridicule ne tue pas les oiseaux de mauvaise augure ! Nous aurions eu l'assurance d'un monde nouveau. Ils doivent tous cesser de penser à leur petite carrière, à leur chiffre d'affaire du mois, aux buzz, afin de finir leur chienne de vie bien au chaud, convaincus d'avoir écrit une page d'histoire. Personnellement, je tremblerai quant un djihadiste me tiendra au bout de son fusil, je tremblerai quand un super volcan explosera, je tremblerai quand j'aurai de l'eau jusqu'au cou. Et puis, on ne meurt qu'une fois !


LE BREXIT N'EST PAS UNE CATASTROPHE
Le Brexit n'est pas une catastrophe, loin s'en faut, même si tout ne sera pas rose. On ne fait une omelette avec des œufs durs. Et contrairement à la secte des européïstes qui croient être les seuls à détenir la clef du paradis, le Brexit est une superbe leçon de démocratie. Un acte de courage qui ne tardera pas à nous démontrer où Dame Union, et ses idées de génie, en est en vérité, mais surtout, quelle est la valeur réelle de nos dirigeants Bruxellois qui s'imaginent intouchables pour s'être planqués à Bruxelles, à l'écart des peuples, où ils peuvent appliquer l'adage ''loin des yeux et des oreilles, pas entendu, pas vu, pas prit ! '' ou encore ''faites ce que l'on vous dit et jamais ce que l'on fait, sous peine de mort ! ''. Mais les peuples aussi, ont fait de ces adages, les leurs. Et, ils sont prêts à démontrer qu'usurper leurs droits souverains peut coûter cher au nouveau désordre mondial, et lorsque les dissidents n'ont plus rien à perdre, ils peuvent devenir très méchants et tel un ouragan dévaster tout sur leur passage, car pour eux l'ordre et les ordres ne sont pas leurs trucs préférés. Je crois que les dernières manifestations concernant le code du travail, si elles sont légitimes afin d'éclaircir des points – volontairement - obscures, elles sont aussi des démonstrations de force. Une preuve que sans arme, on peut paralyser un pays. Et si des élus devenus indésirables veulent jouer les gros bras et si des citoyens tournent leur veste quand cela les arrange, ils peuvent être à l'origine d'une guerre civile : qu'on se le dise !.
Les jours prochains, nous saurons si le gouvernement a réussi à décoder le dernier message. Car, suite au Brexit, Hollande devrait avoir une vision du futur beaucoup plus claire. Alors mieux vaudrait qu'il cesse de nous imposer les directives de la CE, comme le projet dévastateur transatlantique, jusqu'à nouvel ordre, et ceci, tant que Trump n'est pas élu aux USA ; car là encore, il va y avoir des bouleversements détonants qui vont heurter bien des égos mal en point . Trump ne s'embarrassera pas des détails ni des personnes qui traîneront les pieds. La CE et l'UE se doivent également de lever les sanctions contre la Russie qui sont dévastatrices de part et d'autre de la frontière.
L'UE actuelle se doit de présenter aux futurs candidats au pouvoir, - afin qu'ils nous en informent et que nous élisions celui qui sera capable de le mener à bien -, l'ébauche d'un projet sensé, revu et corrigé selon nos exigences, pour une nouvelle Union Européenne où tous les pays seraient enfin égaux et libres de se gérer à leur guise, de rester ou non dans l'UE et, les peuples désireux de poursuivre l'aventure, ratifieront en 2017 par un référendum... inviolable, après que les peuples aient vérifié le contenu.

Les questions que chacun doit se poser : Est-ce que les peuples sont capables de cohabiter plus de 100 ans sans s'entre-tuer pour s'emparer par la force et la violence de ce qui ne lui appartient pas ? Et sont-ils capables de construire une grande civilisation assez intelligente qui saura construire un monde meilleur et développer ses capacités intellectuelles et spirituelles pour le bien de la terre et, pour être digne de rivaliser, un jour, avec une civilisation très avancée et extérieure à notre environnement ?
Ma réponse est un grand NON !. Dans 5000 ans, peut-être, si, il ne reste qu'une poignée de sages !


Une date mémorable pour les anglais quelque soit leur choix : le 23 Juin 2016,  '' Indépendance day ''.