CATEGORIES

vendredi 27 mai 2016

QUAND LES NEANDERTALIENS OCCUPAIENT LA GROTTE DE BRUNIQUEL DANS LE TARN ET GARONNE

 
S’aventurer dans les profondeurs d’une grotte, affronter l’obscurité, une torche à la main. Découvrir une vaste salle hérissée de stalagmites et les retrouver briser par centaines, après les avoir ériger en cercles, voilà un défi à résoudre.  
Jacques Jaubert, professeur de préhistoire à l’université de Bordeaux, dit qu'il n'aurait jamais  penser qu'un Néandertalien, en soit capable,dans un article publié dans la revue Nature de Mai. Il y a 176 500 ans, l’homme de Neandertal a élevé un ensemble de structures à plus de 300 mètres de l’entrée de la grotte de Bruniquel dans le Tarn et Garonne.

Cette découverte témoigne  effectivement de  la rareté des vestiges laissés par les Néandertaliens en Europe, mais surtout ceux que la nature a bien voulu nous laisser. Il ne faudrait pas oublier les bouleversements climatiques et l'engloutissement d'un bon nombre de vestiges.
La découverte de la Grotte de Bruniquel ne date pas d'hier. Elle nous informe par son contenu que notre histoire est sans fin. J'ai toujours eu un faible pour mes ancêtres Néandertaliens contrairement à bien des spécialistes qui ont toujours eu des préjugés, conscients ou non, à l'encontre de ces hommes d'un lointain passé. Ils n'ont eu de cesse de tailler sur mesure une réputation de brute épaisse, avec pourtant un cerveau pourtant développé ? mais qu'ils voulaient absolument croire vide de toute pensée, de toute interrogation.
Cette découverte est importante, car elle démontre l'ignorance et les préjugés absurdes et infondés des archéologues et des paléontologues. Par ailleurs, nous connaissons l'existence de cette grotte depuis 1990 et, le dégagement du tunnel obstrué fut assez laborieux. Mais ce n'est qu'en 2013 qu'une équipe du scientifiques s'est intéresser au contenu de la grotte. Depuis trois ans de nombreuses études et analyses ont été menées avant de digérer leur découverte et d'en informer le public.




DES HOMMES QUI N'AVAIENT PEUR DE RIEN
Jacques Jaubert ''Je ne pensais pas qu'il pouvait vivre dans une grotte''. On se demande bien pourquoi cela aurait dû être impossible !
Pourquoi est-il si surprenant que cet homme
robuste n’ait jamais eu peur des ténèbres ni des profondeurs ? Cet homme était un grand gaillard tout en muscles 100% bio, qui mesurait entre 1,70m et 1,90m, selon les rares trouvailles archéologiques, quant aux poids, ceux-ci furent estimé grosso modo entre 85 et 105 kg. De part leur constitution physique, ils étaient capables de soulever des poids importants. Ils maitrisaient également le feu depuis plus de 300.000 ans. Ils cuisaient leurs aliments et inhumait leurs morts. Ils peignaient leur corps de motifs ocre et taillaient et sculptaient la pierre. Ils étaient capables d'affronter les animaux sauvages comme les climats les plus extrêmes pendant plus de 500.000 ans. Ces hommes n'avaient pas froid aux yeux ; alors pourquoi auraient-ils eu peur des profondeurs ?. Ils n'ont été endoctrinés par de quelconques farfelus obsédés par de quelconques démons cornus, contrairement à aujourd'hui, où les humains ont été endoctrinés depuis 2000 ans et qui considèrent le monde souterrain comme un lieu pour les uns tabou et pour les autres effayant dans lequel demeurent des esprits maléfiques ou un méchant croque mitaine.




PRUDENCE ET MERE DE SURETE
A la question est-ce lié à la célébration d'un culte ? Les chercheurs restent très prudents, car trop d'erreurs ont été commises. Ils sont convaincus que cette grotte n'était pas utilisée au quotidien.
Les spéléologues se demandent si les beaux reflets des calcites qui tapissent cette grotte ne furent pas un objet de fascination pour les Néandertaliens. Une interprétation naïve et trop facile, ce à quoi Jacques Jaubert se refuse, tant que son étude n’aura pas été approfondie. Rien ne prouve que cette grotte fut la première explorée par les Néandertaliens ni qu'elle fut la seule à avoir des stalactites ou voir stalagmites.

Les 400 spéléofacts (stalactites cassées volontairement) qui constituent les structures circulaires représentent plus de 2,4 tonnes de matériau. Mais en ce qui me concerne, je ne vois pas en quoi cela est étonnant. On dénombre 18 foyers de chauffe, avec des éléments minéraux modifiés par le feu, pour éclairer la grotte et pour manger dans un deuxième temps, vu le nombre d'ossements trouvés. De part le nombre de foyers, je dirai qu'il y avait environ une trentaine de personnes. Ce qui est le nombre moyen d'un clan.




DES DEBATS ET DES THEORIES
Quel temps faisait-il à Bruniquel, il y a 176 500 ans ? C’était une période glaciaire,qui devait être relativement humide, puisque de l’eau suintait dans la grotte formant stalactites et stalagmites. Les ours ont hiberné dans cette caverne, leur haleine a certainement contribué au réchauffement à l'intérieur.Pour les chercheurs, il est évident que comprendre la fonction de ces structures circulaires sera un sacré défi. Ceci démontre une nouvelle fois l'absence de connaissances des comportements des humains du Pléistocène. Leur seule documentation disponible, quelques ossements, des outils de pierre et des restes de gibiers. Il faut dire que depuis des milliers d'années, la nature a fait son oeuvre, mais les hommes depuis ont fini par effacer bon nombre de trace du passé. Trouver des artefacs datant de plus de 10000 ans est déjà un exploit, pour le passé antérieur à cette date, c'est un miracle !
Les querelles ne manqueront pas sur l’interprétation du comportement de ces Néandertaliens. Chacun voulant avoir raison et, voir sa théorie devenir une vérité incontestable, jusqu'à ce que celle-ci soit remise en cause dans 20 ou 50 ans.
Ces débats sur la modernité des Néandertaliens divisent la communauté scientifique. Certains le voient comme un humain archaïque naturellement supplanté par l'homo sapiens qui serait venu d’Afrique, d’autres veulent en faire son égal malchanceux ; comme une figure anachronique du bon sauvage exterminé par un colonisateur sans scrupule. 




LES NEANDERTALIENS ET LES MENHIRS
La génétique a récemment bouleversé ces conceptions figées en montrant que ces deux peuples se sont bel et bien croisées, mêlées et peut-être aimées, au point que nous portons dans notre ADN, encore aujourd’hui, quelques pourcents d’ADN néandertalien, enfin par tous. Une découverte qui m'a fait grand plaisir pour m'avoir donné raison.
D'ailleurs, je maintiens toujours que les Néandertaliens connaissaient l'astronomie et, de part leur taille et leur force du à leur large cage thoracique et à leurs bassin et hanches, ils sont certainement les auteurs des menhirs et des dolmens. Donc soit, ils ont disparu il y a environ 9000 ans soit les menhirs sont bien plus anciens qu'on le raconte. Seuls ces hommes en étaient capables. Où alors, il nous manque une branche de maousses costauds à notre arbre généalogique.

En tout cas, ils étaient loin d'être bêtes.Ils en connaissaient bien plus que l'on veut nous le faire croire. Ils ignoraient l'écriture, mais leur mémoire était plus développée que la nôtre ce qui était un avantage que la majorité d'entre nous a perdu, suite aux croisements génétiques avec les Sapiens.Vous savez ces homo Sapiens qui signifie ''Homme qui pense''. Apparemment le Néandertalien pensait aussi !

Par ailleurs, lorsque j'ai contemplé ces photos et vu la  disposition des calcites en sachant que celle-ci étaient en vérité debout, j'ai immédiatement pensé aux cercles de pierres avec au centre un menhir que l'on voit un peu partout sur la planète.
Ces cercles symboliques ne sont ils pas les précurseurs des créations que l'on trouve un peu partout ? Ou, avaient ils créé cet ''autel'' symbolique pour l'hiver dans leur grotte et disposaient-ils du modèle créé à l'extérieur en été ? Cet aménagement avait-il un lien avec un calendrier sommaire ? Ou un cercle chamanique ?




DES ETUDES RESTENT ENCORE A FAIRE
L’étude de cette cavité est très loin d’être achevée. La poursuite des travaux peut nous réserver la découverte de nouveaux indices liés à une présence humaine plus ancienne et une vision particulière du paysage faunistique qui environnait l’homme préhistorique de la grotte de Bruniquel. Suite à de nombreuses analyses sur de nombreux ossements d'animaux retrouvés dans cette caverne, les Néandertaliens ne manquaient pas de gibier : auroch, blaireau,castor, cerf, chat sauvage, chevreuil, lapin et lièvre, loir, loup et oiseaux mais aussi renard, rennes, serpent et sanglier. Les restes d'un ours brun date approximativement de 47600 ans.
La question que l'on peut se poser est-ce que c'était des Néandertaliens ? Comme les Sapiens, i
ls taillaient les mêmes outils, avec les mêmes techniques. Ils utilisaient les mêmes matières colorantes. Ils enterraient leurs morts. Ils utilisaient des coquillages, qu'ils modifiaient, pour en faire des parures. Ils cuisaient leurs aliments et transformaient des matériaux en les chauffant, pour fabriquer de la colle à emmancher les outils par exemple. Ils avaient des stratégies de chasse semblables et ils sculptaient des objets.De plus, si le Sapiens dessinait, le Néandertalien jouait de la flûte. Beaucoup d'entre nous sont une combinaison de ces deux hommes qui pensaient tout autant que l'autre. 

 




VOUS VOULEZ VOUS OFFRIR UN SUPER WEEK-END ?  
Cette région est magnifique ! L'ennui, c'est que vous n'aurez pas assez de temps pour découvrir les 6 plus beaux villages de France !