CATEGORIES

vendredi 27 mai 2016

L'ATTENTAT DU BATACLAN UNE AFFAIRE MYSTÉRIEUSE MÊLEE DE BARBARISME ET SACRIFICE


Le mystère du Bataclan : des corps sauvagement mutilés .
Un policier et le père d'une victime contredisent la version officielle selon laquelle aucun acte de barbarie n'a été commis dans la salle du Bataclan. 
Il s'agit là du coeur noir de l'affaire du 13 novembre : que s'est-il exactement passé dans la salle du Bataclan dans la nuit de vendredi à samedi? 
Le 15 Décembre, Panamza avait révélé que la seule photographie -évoquant un film d'horreur ou un sacrifice rituel- du carnage du Bataclan avait été diffusée par une organisation israélienne liée au Mossad et au courant néo-conservateur américain.
Cette divulgation, factuellement étayée, mais totalement passée sous silence par les médias traditionnels, avait conduit à la mise en garde en vue de l'auteur de ces lignes pour une prétendue "violation de l'instruction".

Aujourd'hui, une nouvelle information d'intérêt public doit être exposée.
Le12 Juillet, le site de l'Assemblée nationale a mis en ligne les 1417 pages du rapport officiel de la commission d'enquête relative aux "moyens" engagés par l'État pour "lutter contre le terrorisme" depuis le 7 Janvier 2015.
De nombreux éléments inédits, à propos de l'affaire Charlie Hebdo, comme des attentats du 13 Novembre, seront prochainement dévoilés par Panamza.
À propos du massacre du Bataclan -dont un député Belge a récemment souligné la passivité des militaires postés autour, des propos tenus à huis-clos ont été sélectionnés.

Le sujet : la controverse relative à la rumeur - apparue en ligne le 15 novembre- faisant état de traces de "tortures" et de "têtes coupées" aperçues par des policiers envoyés dans la salle.
Rappelons ici, que Le Monde, journal dit "de référence" de la presse française, avait rapidement tenté de discréditer cette rumeur en évoquant une "intox" qui serait basée sur un unique témoignage issu d'un "tabloïd" britannique.

En réalité, ce "tabloïd" (en l'occurrence, The Mirror) reprenait exactement les propos rapportés le 16 novembre par The Scottish Daily Mail, selon lequel une touriste écossaise qui était au concert affirma qu'un autre rescapé lui avait dit, que les "terroristes poignardaient les gens dans l'estomac".
Elle rapporta également avoir elle-même entendu des "cris singuliers" comme le fit un autre témoin interrogé par Le Parisien.

Un policier de la BRI : "Ils ne veulent pas libérer les otages. Ils disent : barrez-vous sinon on tire et on décapite les personnes coincées avec nous" avait -t il déclaré le 16 Novembre. Les autorités ont pourtant systématiquement réfuté la commission de tout acte de barbarie au sein du Bataclan. Pourquoi un tel déni ? 
Volonté de ne pas éprouver davantage les familles des victimes?  
Le prétexte est fallacieux : ce sont précisément ces familles qui continuent, encore aujourd'hui, de réclamer toute la vérité sur les attentats afin de faire leur deuil et de pointer nommément les éventuelles responsabilités fautives au sein de la hiérarchie sécuritaire.
Peur de faire monter le FN et la nébuleuse de l'ultra-droite? 
Ridicule : ces mouvements n'ont pas besoin de tels détails pour galvaniser leur diabolisation de l'islam, et conquérir de nouveaux sympathisants.

Cette attitude des autorités- assistée par des journaux emblématiques comme Le Monde- est d'autant plus déroutante que l'opinion publique connaît déjà la propension à la torture de Daesh : depuis 2014 et l'essor de ce mouvement djihadiste aux ramifications opaques, plusieurs reportages ont été consacrés à leurs exactions. Une sordide vidéo imputée à Daesh montre d'ailleurs Samy Amimour, Omar Ismaïl Mostefaï et Foued Mohamed-Aggad (présentés comme les seuls éxécutants de la tuerie du Bataclan) en train de décapiter des prisonniers de guerre en région irako-syrienne.
Alors, pourquoi faire silence sur cet aspect du carnage du Bataclan?
Le 21 Mars, auditionné à huis-clos, un policier de la BAC du 94 (le brigadier-chef T.P.) était formel : des "décapitations" avaient eu lieu à l'étage, des "yeux ont été arrachés" et autres actes de barbarie.

Toutes ces horreurs ont été filmées non par Daech mais pour Daech
Michel Cadot, préfet de police de Paris, Christian Sainte, patron de la police judiciaire parisienne et -tout particulièrement- François Molins, procureur de la République de Paris, ont ainsi réfuté la commission de tout acte de barbarie tel celui, dénoncé par le père d'une victime auprès d'un juge d'instruction, du sectionnement de testicules mises dans la bouche de son fils éventré.
Pourquoi ? : selon Cadot et Molins, aucune "arme blanche" n'aurait été retrouvée.

Détail à souligner : le policier de la BAC affirma, lors de son audition du 21 mars, qu'il n'était pas exclu, qu'un "quatrième" terroriste non identifié, ait pu être présent et s'enfuir parmi les spectateurs.
Rappel : la compagne du chanteur Jesse Hugues avait filmé ce soir-là, une mystérieuse figure encapuchonnée de noir en train de dévaler les escaliers du Bataclan, AVANT l'arrivée des tueurs. (Vidéo sur Youtube : attentat du Bataclan - l'homme habillé en noir)

Quant aux témoignages faisant état de tueurs de type européen, ils ont étrangement disparu, comme le couteau du Bataclan qui a servi à égorger des jeunes, de la scène politico-médiatique. Les kamikazes islamistes n'ont pas l'habitude de perdre leur temps à égorger, décapiter..., puis ensuite tuer les gens à coup de rafale de mitrailleuse, pour ensuite se faire exploser la cervelle. Leur objectif, tuer un maximum d'innocents en un minimum de temps et disparaître en fumée.

UN DEPUTE BELGE POINTE UNE ETRANGE DEFAILLANCE COTE FRANCAIS
Le rapport et les recommandations de la commission d’enquête française, arrivent alors que les travaux de la commission d’enquête parlementaire belge sont toujours en cours d'investigation. En France, serait-on pressé de bâcler cette sombre affaire ?
''Ils ont commencé quatre mois avant nous'', souligne Georges Dallemagne. Le rapport français pointe du doigt les manquements belges, ce qui ne plaît pas à la Belgique : ''chacun doit balayer devant sa porte'', et ''en France, il y a eu aussi de grosses difficultés''. Sous entendu de grosses bavures et, un laxisme surprenant.... !
«On sait que la gendarmerie n’est pas intervenue, alors qu’elle était sur place. On sait que la force sentinelle, qui avait six militaires en armes devant le Bataclan n’est pas intervenue, au moment où le carnage se produisait au Bataclan. Ils ont estimé qu’ils ne devaient pas intervenir car leurs règles d’engagement ne prévoyaient pas qu’ils devaient intervenir. Leurs règles prévoyaient qu’ils ne pouvaient que se protéger eux-mêmes. C’est tout-à-fait incroyable, hallucinant ! »

Autre fait curieux l'attentat du Bataclan : Le Président de la commission d'enquête fait partie du clan Netanyahou.
Son nom : Georges Fenech, député Les Républicains du Rhône. Un viel ami de  Gilles-William Goldnadel, 
Citoyen franco-israélien et agent médiatique de la mouvance sioniste, membre du comité directeur du CRIF, avocat de Grégory Chelli alias Ulcan, ami du député UDI Meyer Habib, de Jeannette Bougrab et de Netanyahou. Un polémiste régulièrement invité par Audrey Pulvar sur I-Télé.
Le 31 Mai, le député communautariste Meyer Habib, vice-président de la commission, a publié sur son compte Facebook trois photos de son ami Netanyahou : dans l’une d’elles, se trouve Fenech, à la droite de Netanyahou l'ultra-nationaliste, et Pietransanta (à droite de l’image), tout sourire.

VENTE DU BATACLAN
Le 11 septembre 2015, le Bataclan était vendu par son détenteur parti en Israël .
La première revendication des attentats par Daech provient d’un groupe israélo-américain.
Selon un média israélien (qui a censuré ensuite sa propre information), des officiels juifs de France avaient été prévenus de l’imminence des attentats au matin du 13 Novembre. Ce qui est vrai, puisque des répétitions ont eu lieu le matin qui furent dévoilées par des urgentistes.
La photo-choc du carnage du Bataclan a été diffusée depuis Jérusalem par une association liée à la droite israélo-américaine.

L'affaire Charlie est tout aussi nauséabonde et cumule un nombre d'erreurs tout aussi condamnables, comme par exemple, le fameux magasin cachère vendu la veille de l'attentat. C'est une méthode déjà éprouvée pour le 11 Septembre américain. A chaque fois, les structures sont vendues avant le désastre et curieusement, les sionistes sont toujours à la ''sinagogue''. Idem pour le Bataclan vendu à Lagardére. Quant aux anciens propriétaires, ils se sont installés en...... Israél, bien sûr !. Quant à la Jeannette Bougrab, celle-ci fut récompensée par une organisation sioniste américaine qui a l'Islam en horreur. Le commissaire qui voulait dénoncer le double jeu de cette femme au passé trouble fut curieusement ''suicidé'' ; assassiné est le mot exacte. Parfois, on ne sait pas avec qui l'on couche !

En ce qui me concerne, il est clair que ce massacre n'est pas une œuvre de Daech, mais bel et bien un massacre organisé par des sionistes, qui à force de vouloir trop en faire, finissent par se fourvoyer. Idem pour le communiqué de presse soit disant fourni par Daech qui est un vrai roman ''coranique''. Ses revendications comme ses menaces sont bréves.
Reste à savoir qui est complice, passif ou actif, dans cette affaire révoltante. Je plains de tout cœur, les familles qui ne sauront jamais la vérité sur la fin tragique de leurs enfants. Des crimes maquillés sous fausse bannière , dont beaucoup cherche à en comprendre le sens, qui avaient un but. Quel est ce but ? Stigmatiser les Arabes, l'Islam ? Mais est-ce que cela ne vise pas tout simplement le peuple Français quelles que soient ses origines ? N'essaie -t-on de faire en sorte d'une part, que les citoyens deviennent des anti-sionistes pour prendre conscience de leurs actes criminels sournois, afin d'autre part de s'offrir un prétexte pour nous imposer un état policier qui réprimera la moindre de nos révoltes ?

Pour le prochain attentat, - jamais deux sans trois et qui pourrait bien être plus gratiné - il est clair, que nous chercherons avant tout du côté des sionistes et des transactions qui auront eu lieu dans les 6 mois qui précéderont les crimes. Sauf, s'ils changent de méthode, pour écarter les soupçons. Avoir créé Daech dans le but de semer le chaos en Syrie et ailleurs, pour ensuite s'en servir pour excuser ses propres crimes, je trouve cela bien plus abjecte que les méthodes criminelles des islamistes.