CATEGORIES

mardi 5 avril 2016

LE SCANDALE DE PANAMA PAPERS. A QUI PROFITERA LE CRIME


L'affaire de Panama Papers, qui ouvrent une brèche 1500 fois plus imposante que celle créée par WikiLeaks, exposent plus que jamais l’usage des paradis fiscaux par les plus riches de ce monde
Depuis trois jours, ce scandale inonde les médias et François Hollande, trop content des nouvelles liées aux "Panama Papers" pour n'être pas fiché, s’est soudain décider de protéger les lanceurs d’alerte.
Edward Snowden a rappelé à notre cher tête brûlée Hollande que lors de la dernière fuite d’informations, il avait réagi de manière contraire. Notre girouette nationale fait donc volt face dés que tourne le vent. Pitoyable !
À la suite d'un article dénonçant une vaste évasion fiscale, baptisée Panama Papers, Hollande est intervenu dans une usine à Boulogne-Billancourt, ce lundi.
Pour n'avoir pas vu son nom cité parmi ceux des coupables justiciables. Notre chef l’Etat n’a pas caché sa joie soudaine, et s’est réjoui des "rentrées fiscales supplémentaires" que le pays pourrait opérer grâce à ces révélations inattendues. Joie qui risque fort de tourner court, quant il découvrira le pot aux roses.
Mais le plus scandaleux, c'est osé dire qu'il "Il faut protéger les lanceurs d’alerte, ils font un travail utile et prennent des risques", après les avoir dédaigné en refusant d'accueillir Snowden, et Dessange.
Toute la clique socialiste comme Cambadélis, le premier secrétaire du parti socialiste, n’y était pas favorable. Quant à Valls,ce trouillard patenté, celui-ci avait peur des conséquences made in USA, et avait déclaré pour se justifier que c’était un dossier extrêmement compliqué. En France, quant on est incapable de régler un dossier, celui-ci devient trop compliqué. C'est plus digeste que d'avouer son incompétence totale !
En France, les droits de l'homme a deux visages : on accueille les bons à rien, mais ceux qui nous préviennent des dangers, on les jette aux lions pour plaire à une bande de babouins made in américa qui formante constamment contre l'UE afin de protéger ses propres intérêts.

LES PAYS CONCERNES PAR LES FRAUDES FISCALES
Le Consortium international des journalistes d'investigation a publié ce Dimanche sur Internet des révélations sur les avoirs cachés dans des paradis fiscaux par des milliers de personnes ou organisations, parmi lesquelles figurent des dirigeants politiques en exercice, des personnalités du sport et des organisations criminelles Françaises, Américaines, Anglaises, etc...
Pendant près d’un an, plus de 370 journalistes oeuvrant au sein d’une centaine de médias différents ont épluché quelque 11,5 millions de documents, soit 2600 gigaoctets de données confidentielles. C’est une source anonyme qui a transmis ces données au quotidien établi à Munich par communication chiffrée, sans exiger de contrepartie financière et moyennant le respect de certaines mesures de sécurité qui n’ont pas été dévoilées.
Le nombre de voleurs est ahurissant ! plus de 214 000 sociétés étrangères ont été créées ou administrées par Mossack Fonseca entre 1977, année de fondation du cabinet, et 2015. Le tout dans 21 paradis fiscaux différents, au profit de clients provenant de quelque 200 pays et territoires.

L’ICIJ a précisé que les documents comprenaient des courriels, des feuilles de calculs financiers, des passeports et des dossiers d’entreprises montrant comment de richissimes clients ont eu recours à des banques, à des cabinets d’avocats et à des sociétés fictives pour dissimuler leurs avoirs. L’organisme a par ailleurs annoncé qu’il publierait la liste complète des entreprises et des particuliers visés au début du mois Mai. De quoi faire trembler dans les chaumières.
Une bombe d’une telle envergure a provoqué une vive réaction du côté des gouvernements et des hauts responsables de différents pays, qui ont, logiquement, demandé des preuves, histoire de savoir s'ils sont découverts. Car celui qui a produit ce scoop détonnant veut garder le silence ; expérience et sécurité oblige. Surtout lorsque l'on voit ce que l'on fait des lanceurs d'alerte qui alertent l'opinion en jetant de gros pavés dans la mare de nos gangs politiques et industriels.
La France a été l’une des premières à réagir. En particulier Hollande qui a déjà promis que des enquêtes fiscales seraient menées. Eléction oblige !!! Mais, soyons sur nos gardes. Ces enquêtes pourraient simplement nous révéler que le travail contre la corruption, et les contrôles fiscaux sont mal faits. Pour le reste, mieux vaut faire une jolie croix !
Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron a salué le "très beau travail'' des enquêteurs, mais, contrairement à Hollande, celui-ci n'a pas sauté de joie ; se disant même "choqué" en tant que citoyen souverain par les révélations sur le scandale des Panama Papers. Pauvre Macron, lui qui vient d'un milieu bancaire où les magouilles sont légions, comment peut-il ne pas être au courant des fuites permanentes des capitaux. Ce qui me choque, c'est que l'on nous prendra toujours pour de gentils crétins !
Ces informations si détonantes soient elles ne permettront pas de redresser la barre ni d'appliquer des pénalités aux fraudeurs,notamment pour la détention de comptes non déclarés à l'étranger ou de sociétés écran permettant d'échapper à l'impôt dû à la France.
Island : le ménage commence comme en Island où le premier ministre vient de donner sa démission.
La direction de l'Autorité de supervision financière suédoise a demandé au Luxembourg des informations sur la banque Nordea, qui, d'après les Panama Papers, a aidé certains de ses clients à ouvrir des comptes dans des juridictions offshores. D'autres banques ont aidé au blanchiment du fric volé aux peuples.
La Belgique compte aussi mener sa propre enquête en s'appuyant sur les informations des Panama Papers: 732 Belges seraient impliqués dans ce scandale offshore.
La Norvége demande des explications au conseil d'administration des banques norvégiennes qui apparaissent dans cet enquête.
La Hollande passera au crible tous les documents pour y déceler la présence de données importantes. Les Pays-Bas la lutte contre la fraude fiscale sérieusement.
L'Australie a annoncé le début des vérifications auprès de 800 Australiens mentionnés dans les documents, dont 120 d'entre eux sont liés à une société située à Hong Kong qui offre des services pour travailler avec les offshores.
Canada : aucune personnalité canadienne de premier plan n’apparaît dans les documents. On y décèle toutefois la présence d’institutions financières connues, comme la Banque Royale du Canada, qui aurait créé plus de 370 sociétés-écrans, surtout au Panama et aux îles Vierges britanniques.La RBC a réagi en signalant qu'elle avait mis en place un processus pour détecter l’évasion fiscale et qu’elle procédait aux vérifications qui s’imposent auprès de chacun de ses clients. Amusant !

Ukraine : le Bureau national anti-corruption d'Ukraine indique n'avoir aucune intention d'enquêter sur les soupçons d'actifs offshore du président ukrainien Piotr Porochenko qui a ainsi encore de beaux jours devant lui.
Du fait que cet escroc est hors des pouvoirs de l'institution, et de ce fait il ne peut lancer une enquête contre ce dernier.
mentionnent 12 chefs d'Etat dont 5 d'entre eux sont encore en activité, dont le président ukrainien Piotr Porochenko. Ils citent également le chef de l’Etat des Emirats arabes unis, et émir d'Abu Dhabi Khalifa bin Zayed bin Sultan Al Nahyan.
D'autres sont mentionnés à travers leurs proches, dont le père du premier ministre britannique David Cameron, la famille présidentielle d'Azerbaïdjan, la famille du président chinois Xi Jinping.
AUX ETATS-UNIS LE FRIC N'A AUCUNE ODEUR
Pour ce qui est des USA, c'est catastrophique, mais il n'y a rien de surprenant. Mieux, que vous arriviez avec une valise de billets ou que vous fassiez une opération boursière, bancaire ou immobilière, vous n'avez pas besoin de justifier l'origine de vos fonds. Aux Etats-Unis, le fric n'a aucune odeur !
Aux USA, chacun peut créer une banque sans respecter aucune règle. Ce sont ces mêmes gangs financiers qui nous jouent la partition de l'autorité morale et nous montrer la voie de la démocratie ! Les USA et la Chine sont les pays les plus corrompus de la planète. Étonnant, de savoir qu'en vérité nous sommes gouvernés et spoliés par les plus grands voleurs de la planète et, qu'ils vivent en liberté en toute impunité.

Les documents mentionnent donc 12 chefs d'Etat dont 6 d'entre eux sont encore en activité, dont le président ukrainien Piotr Porochenko. Ils citent également le chef de l’Etat des Emirats arabes unis, et émir d'Abu Dhabi Khalifa bin Zayed bin Sultan Al Nahyan. Michel Platini et Lionel Messi apparaissent notamment dans les documents ainsi 128 dirigeants politiques ou hauts fonctionnaires européens.
D'autres sont mentionnés à travers leurs proches, dont le père du premier ministre britannique David Cameron, la famille présidentielle d'Azerbaïdjan, la famille du président chinois Xi Jinping. Une vieille technique, qui consiste à placer ses billes en famille, une manière de laver son linge sale ensemble !!.
Quant à Poutine, il n'est pas mentionné personnellement. Seuls des amis liés à son enfance figurent sur la liste. Ce qui n'a pas manqué de faire sourire son entourage qui y voit un rajout pour faire bonne mesure et le disqualifier. Un président qui ne trempe pas dans la même gamelle, cela fait désordre et c'est mal vu par les oligarques !!!


AUCUN PAYS NE RÉCUPÉRERA SES BILLES
L'authenticité des documents ne serait pas prouvée. De surcroît, la société Mossack Fonseca a déclaré qu'elle refusait de certifier l'authenticité des données, qualifiant les actes des journalistes de "crime". Il serait étonnant que des journalistes d'investigations s'amusent à semer la panique au risque d'être discrédités et rayés de la profession sauf si bien sûr, ils ont décidé de prêcher le faux pour obliger les voleurs à se dévoiler. Par ailleurs, le premier ministre Islandais a démissionné. C'est donc une preuve que tout n'est pas faux !!! Par ailleurs, il est possible que cela soit une stratégie parfaitement calculée pour obliger les truands en col blanc de transférer leur fric, car les avoirs offshores ne disparaîtront pas, ils seront tout simplement redirigés.
Où ? Mais vers les poches américaines bien sûr !!! Oui mais dans quels états ? Il faut savoir qu' une guerre bancaire ravage sans discontinuer les Etats-Unis qui a un besoin urgent d'argent. Les Etats du Nevada, du Dakota du Sud, du Delaware et du Wyoming sont des paradis fiscaux. Résultat des courses : tous les contrevenants qu'ils soient de simples particuliers, des mafieux ou des entreprises, ils sont tous des mafieux qui vont se précipiter pour retirer leurs 40 milliards de dollars planqués et blanchis sur ces comptes offshores et les transférer dans les dits paradis fiscaux américains.
On connaîtra peut-être les noms des fraudeurs, ils seront marqué au rouge, mais si l'argent est déjà transféré, à quoi cela nous servira t-il ?? Bon OK ! C'est toujours bon de connaître tous les Cahuzac et de prendre conscience de tous les ripoux qui sévissent en ce bas monde et qui nous parlent de démocratie...réservée de toute évidence à une élite d'enfoirés  !
Ni vu ni connu, le tour est joué et dame Europe se sera faite baiser, une fois de plus, pour n'avoir pas su protéger ses arrières, et ainsi punie, elle ne récupérera jamais ses jolies billes perdues. Quant aux joueurs américains, ceux-là se seront renfloués à moindre frais et pourront ainsi se vanter d'avoir gagné le gros lot !!!!
Pour le reste cela sera une belle pagaille, une petite guerre où chacun va essayer de tirer son épingle du jeu.

LA FRANCE ATTAQUE ET PANAMA RIPOSTE
La France contre attaque et a décidé de réinscrire le Panama sur la liste des pays non-coopératifs, avec toutes les conséquences que ceci aura pour ceux qui auront des transactions avec le Panama qui aurait menti quant à sa en capacité de respecter les grands principes internationaux.
Le Panama riposte en disant qu'il existe une loi qui prévoit des mesures de rétorsion contre les vilains dirigeants qui oseraient inclurent le Panama sur la liste rouge. Des menaces et encore des menaces = chantage !!!
Voyons si notre doux pays a enfin du répondant et, si nos politiques ont assez de couilles, pour tenir la barre face aux tempêtes qui ne manqueront pas de se déchaîner. Par ailleurs, cela nous change du djihadisme et des migrants et, pimente enfin l'info devenue rébarbative.

NE CHERCHONS PLUS LA CLEF
Quant à nous pauvres citoyens spoliés et essorés, imaginez un instant les milliards de dollars planqués dans les 200 autres paradis fiscaux.
Ne cherchons plus d'où viennent nos problèmes financiers et le pourquoi de l’austérité abusive que nous subissons depuis des années. Ce scandale révélateur nous donne la clef de nos malheurs. Et si face à cela, personne ne réagit violemment en remettant de l'ordre dans nos finances, et en déclarant la guerre aux paradis fiscaux, je crains fort qu'il n'y est plus rien à faire pour sauver notre futur, et notre démocratie, sérieusement ébranlée, sera définitivement reléguée aux oubliettes.