CATEGORIES

mardi 19 avril 2016

LE CALIFE ERDOGAN N'AIME PAS LA CRITIQUE NI QUE L'ON S'OPPOSE A SES DICTATS



Avis aux européens qui rêvent de se rendre en Turquie. Votre séjour peut devenir un cauchemar !
En Turquie, il est interdit d'émettre la moindre opinion, la moindre critique sur son altesse sérénissime Erdogan.
En Turquie, plusieurs centaines de personnes, hommes et femmes ont été emprisonnés pour l'avoir violemment critiqué. Il impose sa loi même en Europe.
Ces cas font partie d'une campagne de poursuites judiciaires menée à l'encontre des opposants au régime dictatorial de ce tyran qui ne supporte aucune critique, aucune accusation, aucun mouvement de colère.
Les procès pour injure envers Erdogan se sont multipliés depuis bientôt deux ans.
Erdogan ne supporte pas non plus que des citoyens osent lui dicter sa politique, pour ce faire, il n'a pas hésité d'initier des procédures judiciaires contre des chercheurs et académiciens pour avoir osé signer une pétition demandant d'arrêter l'opération militaire contre les Kurdes qu'il rêve d'éradiquer, ainsi que des journalistes qui se sont risqués de le cataloguer d'assassin et de voleur ; ce qui entre nous, il est vraiment. La majorité d'entre eux sont en prison pour un long séjour. Deux autres journalistes sont emprisonnés de longues années pour avoir dénoncé des livraisons d'armes faites par les services secrets turcs aux djihadistes de l'EI à la frontière syrienne. Erdogan, visiblement, n'aime pas que l'on dévoile ses petits trafics, comme l'achat de pétrole à Daech, ni que l'on sache qu'il joue sur les deux faces du tableau, en soutenant les djihadistes qui rapportent du fric et en arnaquant l'Europe grâce à la générosité de sœur Merkel qui nage en plein brouillard et pour qui, 3 milliards semblent être qu'un détail, pourvu qu'Erdogan corrige le tir en retenant les migrants, qui curieusement continuent d'affluer. Erdogan, devenu homme d'affaire, gagne sur les deux tableaux. Jackpot !!!

Un petite parenthèse, pour mieux cerner le personnage. Le ministère russe de la Défense transmis aux journalistes des données de reconnaissance et, des photos, attestant que les proches de Erdogan étaient impliqués dans le commerce illicite de pétrole avec le djihadistes basés en Syrie.
Erdogan fanfaronnant avait déclaré qu'il démissionnerait si l'on prouvait que la Turquie achetait du pétrole aux terroristes.Les USA, tout aussi fourbes, se vantant par ailleurs d'être bien informés, disaient n'avoir rien vu ni soupçonné, s'avouant ainsi complice d'Erdogan.
La Russie leur avait donc fait savoir que le ministère de la Défense disposait d'autres documents et qu'il était prêt à les publier si les informations présentées leur paraissaient insuffisantes. Vladimir Poutine, rétorquant à l'encontre des américains prétendument sceptiques ''des véhicules qui se dirigent vers la Turquie, jour et nuit, cela s'appelle un oléoduc vivant ! '' : J'avais adoré sa riposte.
Depuis, Erdogan, qui se croyait plus malin que les autres et certainement soutenu par Washington, n'a pas lâché le pouvoir pour autant, préférant se taire sur le sujet. Qui est pris qui croyait prendre !
Mais pour en avoir le cœur net, et prouver au monde qu'elle disait vrai, la Russie frappe les convois de pétrole de contrebande transporté via la Syrie vers la Turquie, qui de rage, abat le bombardier russe Su-24 quelques jours après le début des frappes. Si Erdogan et ses sbires n'ont pas aimé voir leur business s'effondrer, on peut effectivement affirmer que de tels volumes de pétrole ne pouvaient pas passer inaperçus aux yeux des dirigeants turcs. Leur réaction prouve qu'ils participaient bien au trafic.
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. "Le fait que nos voisins turcs se sont de suite comportés très nerveusement, pour ne pas en dire plus, n'est pas une simple coïncidence !".
L'EI gagnait 800 millions de dollars par an grâce aux exportations de pétrole vers la Turquie, et les dépensait pour acheter des armes aux turcs, mais aussi à d'autres pays européens et arabes. Le trafic du pétrole volé aux syriens, a financé le terrorisme et contribuer à l'enrichissement de quelques ripoux et aux massacres de milliers innocents.
A travers cette histoire, nous pouvons avoir un petit aperçu de la personnalité de ce dictateur ; menteur, roublard, mauvaise foi, vicieux, malhonnête, cupide, dominateur, voleur et assassin ….Mais on peut aussi ajouter maître chanteur, menaçant, autoritaire,commande, ordonne,...si l'UE ne s'acquitte de ses engagements financiers, illico presto, la menaçant de rompre l'accord sur les migrants. Il est vrai que l'UE qui ne cesse de faire des conneries, a fait des promesses dangereuses, en échange d'une coopération avec la Turquie dans le dossier migratoire, les responsables européens ont accepté d'accélérer la libéralisation des visas pour les ressortissants turcs, de relancer les négociations d'adhésion à l'UE ( un truand de plus ! Bonjour l'Union des Mafieux et vive l'UDM !) et, d'accorder un financement de 3 milliards d'euros pour services rendus. Mais aujourd'hui, le calife veut l'argent tout de suite, sinon attention aux dégâts !

Le calife Erdogan, son fils, son gendre et son parti ou plutôt son clan d'islamo-conservateurs, qui lutteraient soit disant pour la justice et le développement (AKP), accentuent le musellement de la presse d'opposition et, impose le silence.
Réfléchissons ! un parti qui prône la ''justice'', combat l'injustice. Mais lorsque l'on muséle la presse et que l'on emprisonne tous ceux qui s'élèvent contre la vision malsaine d'Erdogan qui cultive paradoxalement l'injustice, la duperie et l'hypocrisie, entre autres !. Nous sommes bien en face d'un dictateur, pour qui de plus, l'enrichissement personnel par l'argent sale est le but majeur.
Le chef des Loups gris (parti néo-fasciste turc), Alpaslan Celik, s'est vanté d'être l'auteur dans l'assassinat du pilote du Su-24 russe abattu par la Turquie. Ce groupe est également impliqué dans le massacre de 150 militants politiques et dans l'attentat contre le pape Jean-Paul II. Cette milice armée est liée à Erdogan, elle est son "bras armé" et celui de son Parti.
Donc, le seul développement que nous pouvons leur attribuer, c'est bien celui de l'injustice.
Contrairement à Bachar et à Khadafi, les symptômes sont bien là, et ils sont indiscutables !
Donc, amis européens, tenez vous le pour dit : obéissez, baissez la tête, fermez-là et souriez, vous êtes hautement surveillez ! Erdogan le magnifique, le calife des califes, tient à briller en...silence !