CATEGORIES

mardi 8 mars 2016

UN TOUR D'HORIZON QUI EN DIT LONG SUR NOTRE FUTUR DEMOCRATISATION

J'ai vu Calais, je fus horrifiée par le spectacle lamentable qui s'offre au quotidien aux Calaisiens. Je comprends leur dégoût et leur douleur, pour avoir, jadis, connu cette petite ville tranquille. Les migrants l'ont ravagé en quelques mois. Ils sont incapables de respecter les citoyens ni les lieux, ils reproduisent ce qu'ils font chez eux tout simplement.
Il y a encore peu, en France, nous vivions dans un environnement urbain de qualité et agréable. Plaisir des yeux, que l’Histoire nous offre quand nous découvrons notre patrimoine qui nous raconte les siècles passés, le dur labeur des anciens et leurs combats pour avoir du pain et un peu plus de justice.
Il était plaisant de déambuler sur des trottoirs propres, de découvrir des immeubles entretenus où ne pendouillaient pas des hardes et des tapis douteux aux fenêtres.
Je me souviens de flâneries le long des terrasses de cafés peuplées de femmes et d’hommes d'horizons divers qui bavardaient en toute liberté sans arrière pensée et sans s'offusquer au moindre mot prononcé. Je me souviens d'une époque où l'on ne se souciait pas de savoir qui était juif, musulman ou chrétien, car chacun vivait sa foi en silence et n'invectivait pas son prochain, au moindre coup de vent, en lui jetant à la figure à tort et à travers des mots haineux comme ''anti-sémite, anti-sioniste ou raciste''. Des mots qui en vérité, nous informent sur la personnalité de celui ou celle qui les prononce.
Nous flânions, sans nous préoccuper des frusques des uns et des autres car personne ne chercher à afficher sa religion ni son communautarisme. Nous pouvions nous balader au milieu des jardins ordonnés qui nous accueillaient, souvent agrémentés d'aire de jeux que personne n'osait détériorer, et de fontaines près desquelles on pouvait trouver un banc propre où s’asseoir sans craindre d'être agressé verbalement.
Tous ces endroits, où il était possible de rêver, de lire, de se reposer sans être dérangés par des freluquets désœuvrés, mal élevés et drogués, ou encore de regarder jouer les enfants surveillés par une maman, cheveux au vent, sans croiser un épouvantail en burqa ou en djellaba qui affiche sa différence au nom de la religion…
Ce plaisir de vivre, on le trouvait aussi, jadis, dans les années 50 à Casablanca à Tunis ou encore à Alger, privilégiée où fut construit, autour de la Casbah une capitale qui n'avait rien à envier à Nice ou à Marseille.

Mais aujourd'hui, qu'en est il ? Le constat est désolant !Alger collectionne les immeubles délabrées et insalubres et les immondices sont légions. Ce décore en ruine donne le ton du futur des villes françaises, si personne ne réagit comme ce fut le cas à Béziers grâce à Robert Ménard.
Dans 20 ans, les citoyens écœurés seront aussi crados. Après tout, il n'y a pas de raison que ce soit les mêmes qui encrasse le pays .
Seule Tunis, plus discrète, avait réussi, sous Ben Ali , à conserver sa beauté jusqu' à fin 2010. Depuis, Tunis est devenu un dépotoir à ciel ouvert ; une ville où le désœuvrement et l'anarchie poussent les jeunes vers l’Europe en quête du paradis perdu pour ne pas avoir su voir ce qu'ils allaient perdre ni où était la vérité.
Pourquoi, les Maghrébins, les Africains sont ils aussi sales que les gitans, les drogués et les alcoolos, et sans aucun sens de l'esthétisme ?
Le nettoyage et l'entretien des bâtiments et des rues sont ils interdits par la religion ?. Faut il une autorisation spéciale ou un grand coup de pied au cul, pour que les gens prennent leur courage à deux mains et s'emparent d'un balai ?
Les migrants sont incapables de nettoyer leurs propres ordures ou de se rendre à une poubelle, au point que les municipalités sont obligées de faire appel à des sociétés de nettoyage . Ce qui est un comble !. Comment se fait il que les associations bienfaitrices et bien pensantes soient incapables de leur inculquer les règles d'hygiène et ne les obligent pas à nettoyer leur crasse ?. C'est pour ne pas froisser ces braves gens ? Sous quel prétexte ? Serait il désormais de bon ton de permettre aux étrangers de jeter leurs ordures partout où ils séjournent et d'obliger les citoyens à régler la facture ?
C'est certainement l'une des raisons qui empêche le Qatar et l'Arabie Saoudite d'héberger leurs chers frères. Ce comportement de machisme irresponsable les obligeraient à leur couper leurs mains inutiles pour ne pas avoir la même vision de l'islam, de l'hygiène ni de l'esthétisme environnementale. Et au regard des viols perpétués en Europe par ces mêmes énergumènes, ils ne peuvent que leur refuser l’accès à leurs territoires, afin de leur éviter de les décapiter à la chaîne.

LES VILLES S'ARABISENT DE PLUS EN PLUS
Dans les villes européennes, on assiste à cette même dégradation de quartiers entiers. Le premier signe visible est la présence dans les rues, d’hommes aux visages fermés et au regard provoquant et irrespectueux. Inoccupés, ils glandent sur les trottoirs du matin au soir et, le vendredi, ils se répandent sur la chaussée à l’heure de la prière qui semble être pour la majorité la distraction de la semaine…Quel bonheur d'entendre un illuminé prêchait la haine et autres fariboles, qui se gardent bien de leur enseigner les règles de bonne conduite, de respect de l'environnement et des pays d'accueils.

Chaque ville a désormais son souk avec ses boutiques aux néons blafards souvent illégales, aux pancartes kitchs où s'étale le mot ''hallal'', ses cafés et ses kebabs ou autres bouis-bouis qui transpirent leur huiles usagées où l'hygiène est discutable, sans oublier ses bazars où s'entassent pèle mêle des valises prêtes à l'emploi pour un séjour éclair au bled. Aux terrasses des café, des hommes tuent leur ennui en regardant les rares européennes qui osent déambuler dans ces quartiers plus dévalorisés que défavoriser.
Voyez aujourd'hui, les rues du vieux Grasse, la ville célèbre des parfums qu'autrefois j'ai bien connu : l'on reste sur le cul à en devenir muet !.
Décidément nous n'avons plus rien à envier aux villes du Maghreb… Les exemples sont partout, Carpentras, Avignon, Dreux, Bordeaux, Strasbourg, Lille et Marseille. Quant à Calais, elle est en tête d'affiche. Cette ville est devenue la reine des CAS...LAID !
Quant aux banlieues, devenues trop ringardes, trop ghettorisées, les immigrés occupent désormais les villes qu'ils enlaidissent et encrassent à plaisir tout en crachant parterre, où l'absence de joie de vivre brille dans leurs yeux, tuée par une religion castratrice. Sans oublier les mosquées qui ont fleuri partout en France. Celles-ci sont non imposables et des Imams aussi vicieux que cupides ont ainsi trouvé le bon filon, bien décidés de maintenir sous leur joug oppressant les croyants naïfs qui les entretiens financièrement au nom de la charité et de leurs loyaux services, certainement .
Alors qui est responsable de cette pièce de théâtre mercantile et destruratrice de nos valeurs ? Les élus tous confondus, bien sûre !, qui voient en ce protectorat tolérant un vivier de voix salutaire pour 2017 par exemple !.

DES DERIVES SUSPICIEUSES
Après la cantine hallal, nous avons aussi des dérives dans l'enseignement que je suspecte d'hypocrisie sournoise.
Une rédaction dispensée par une institutrice très inspirée - à qui personne n'a demandé si cette andouille était convertie à l'Islam. Toujours est-il que des collégiens ont dû imaginer leur conversion à l’islam, alors que 15 enfants sont chrétiens pour 1 seul musulman, et faire part de leur choix à leurs parents.L'institutrice prenant soin de leur dire que c'était pour leur enseigner la tolérance !.
Il serait intéressant de faire la même chose avec une classe de 15 musulmans face à 1 seul chrétien en leur demandant d'imaginer leur conversion au christianisme. L'enseignante aurait 9 chances sur dix de se faire décapiter !!!

Ma fille m'a demandé comment j'aurai réagi en tant que parent. Je lui ai répondu que je lui aurai passé un savon fait maison dont j'ai le secret, et je l'aurai retiré de l'école illico presto, jusqu'à ce que cette enseignante soit virée pour avoir confondu école laïque et école religieuse !. On ne mélange pas les serviettes et les torchons. Les enfants sont tolérant par nature. Si les profs veulent enseigner la tolérance qu'ils commencent par les parents.
Il y a un âge et un temps pour tout, et une religion se choisit à l'âge adulte et en connaissance de cause. Je n'accepte pas que l'on essaye d'influencer, de manipuler, de programmer sournoisement un enfant, en se gardant bien de présenter de surcroît les inconvénients et de s'adresser aux parents. Je suis d'accord que l'on renseigne - et non pas que l'on enseigne - les jeunes sur les religions, en prenant soin de mentionner les inconvénients et sur ce qu'elles engendrent quant elles sont mal enseignées et comprises et en insistant sur le fait qu'il faut commencer par s'aider soi-même, avant de compter sur l'aide hypothétique d'un prècheur sectarisé ou d'une religion castratrice.C'est ainsi que l'on grandit sainement et que l'on devient indépendant, sans chaîne et mature.
Par ailleurs, si des profs veulent se distinguer, ils devraient se focaliser sur les dangers de l'alcool, du tabac, de la prostitution, de la pédophilie, et des drogues. Là, au moins, ils feraient œuvres utiles.

DES CRECHES QUI DERANGENT LA LIGUE
De nouvelles bavures :Jadis, nous pouvions découvrir également des crèches dans les mairies ou encore dans les églises. En tant que gnostique, j'ai toujours considéré cela comme un joli conte de fée et cela ne m'a jamais dérangé.Comme je le dis souvent, à chacun son folklore ou son père Noël, tant que cela ne devient pas une méthode d'endoctrinement et que l'on essaie pas de me faire prendre des vessies pour des lanternes ni de séduire mes enfants à qui j'ai appris à penser par eux-mêmes et à se passer de tuteur. Il faut apprendre à croire en soi avant de croire les balivernes d'un olibrius qui se contente de rabâcher des inepties en répétant inlassablement des mots sur un ton mécanique convaincu d'avoir tout compris.
Aujourd'hui , nos coutumes déplaisent à une certaine ligue qui s'acharne à vouloir détruire notre culture et notre identité. Julien Sanchez, maire de Beaucaire et membre FN, est poursuivi par la Ligue des droits de l’homme pour avoir osé mettre une crèche dans l’hôtel de ville à Noël 2015/ 2016. Il paraît selon la Ligue qui dépasse souvent les bornes que des provençaux auraient porté plainte, en oubliant bien sûre de les mentionner. Elle a perdu face à Robert Menard en 2014. Serait elle anti-FN ou simplement anti-chrétienne ?
Quant au Pape François adepte de la soupe multiculturelle, baisez vous les uns les autres, et probablement président de la Ligue des pédophiles en soutane, il déconne de plus en plus et de toute évidence, rien ne va plus !

DES BENEVOLES TRES CHARITABLES
En Suède : La gestionnaire d’un centre d'hébergement sur Öland a eu des relations sexuelles avec plusieurs migrants. L’un des hommes est soupçonné d’avoir abusé de son fils. Un autre fut profondément déçu par cette femme si généreuse et si volage au point de la menacer de mort ainsi que ses enfants, après qu’elle ait de nouveau soulagé un nouveau migrant. Madame est une gourmande en manque de mâle et en mal d'exotisme, qui apprécie de soulager son prochain. De plus, elle a l'embarras du choix et semble gérer son affaire. L'histoire ne nous dit pas si madame est rémunérée pour ses services de dépannage !. El Papa François qui doit être content de constater que ses ouailles sont éprises de dévouement et d'humanité pour le bien des égarés. Car la fillotte n'est pas toute seule à pratiquer ce genre de....bénévolat horizontale ! D'autres en mal d'orientalisme se cherchent un mari à entretenir !

Il paraît aussi que les catholiques sont plus tolérants envers l’homosexualité que les musulmans. Ce qui prouve qu'ils sont tous les deux à l'image de leur religion. Quoi qu'ils en soit, des homosexuels toutes origines débarquent en Europe et sans aucun doute un bon nombre de pédophiles. De quoi amuser l'oligarchie friande de ce genre de sexualité exotique et extra-conjugale. Plus besoin d'aller se cacher au Maroc où, ailleurs, le vivier est à nos portes !.
Le lobby gay va pouvoir s'agrandir, s'enrichir et varier ses plaisirs au grand air, en invitant à l'occasion à leurs farandoles, les Franc-maçons et autres macaques à la sexualité déviante. Il nous manque plus que les zoophiles et, les oligarques pourront se vanter de nous avoir achevé !.