CATEGORIES

lundi 7 mars 2016

LE CODE DU TRAVAIL REVU ET CORRIGE PAR MYRIAM LA KONNERIE

Je suis écœurée par une France devenue une grosse loche baveuse sur toile et impassible, alors que des salopards piétinent son futur et la menace si jamais elle rejette sa version du changement.
Ils veulent imposer un esclavagisme nouvelle version pour célébrer la fin des libertés.
L’état d'urgence ne fut pas instauré sans raison ni par hasard. Tout était prévu pour empêcher le peuple souverain de se soulever contre ce gouvernement dictatoriale qui a l'art de se faire haïr ce qui laisse présager rien de bon . Après Najat Vallaud-Belkacem, nous voilà avec une nouvelle binationale, dont les compétences sont à mettre en doute.
La nouvelle loi du Travail d'une ministre Franco-Marocaine Myriam El Khomri empile les propositions les plus réactionnaires revendiquées par le patronat. Aucun gouvernement digne de ce nom n’avait osé aller aussi loin dans l’abaissement des garanties collectives et des droits acquis par nos ancêtres à la force du poignet depuis un siècle. Mais ce code, c'est le pire d'entre tous ; il cumule les aberrations et nous démontre son incompétence totale. A croire qu'ils baisent tous avec le diable cinq fois par jour !
Grâce à leur génie mondialiste et franco-marocain, c’est un recul de plus de 100 ans pour le plus grand bonheur des entreprises. Grâce à cette nouvelle ministre soucieuse de plaire à l'oligarchie et de se hisser au plus haut sommet, nos anciens vont pouvoir se retourner dans leurs tombeaux en criant '' Dieu est grand ! ''
En 2006 Laurence Parisot ''La liberté de penser s’arrête là où commence le droit du travail''. Depuis, le patronat a mené une guerre permanente contre le droit des salariés !
Le premier inventaire des modifications qu’apporterait la loi est terrifiant, mais surtout ne faites rien, restez bien au chaud sous votre couette. Le gouvernement soucieux de votre bien-être, s'occupe de tout !

OBÉIR ET TRAVAILLER SANS PENSER
Cette nouvelle loi aussi tordue que les autres est mise en place pour soit disant favoriser les embauches. Quelle absence d'imagination ! Il est incroyable qu'ils nous resservent constamment le même plat réchauffé chaque fois qu'ils veulent nous imposer leur nouvel ordre mondiale qui n'est rien d'autre qu'un plan esclavagiste revu et corrigé. Pour les scarabées ordinaires, il est impératif de bosser plus s'ils veulent gagner plus. Vous aurez la joie de crever plus vite et si possible avant d'atteindre l'âge de la retraite ; économie oblige ! Pour les scarabées dorés la symphonie reste la même : gagner plus en travaillant moins; avec de surcroît une main d’œuvre étrangère désormais en réserve, et à volonté. En cas de pénurie, il leur suffira de balancer quelques bombes chez un voisin récalcitrant qu'ils présenteront comme un dictateur sanguinaire et le ravitaillement en main d'oeuvre sera assuré jusqu'à épuisement des stocks !

Voici le plan que l'on vous concocte pour les mois à venir.
Personnellement, côté temps de travail, j'ai toujours bossé 40 heures et au diable les 35 heures attrape-couillon, et cela ne m'a jamais empêché de voyager ni de vivre selon mes règles de jeu. Mais je n'aurai jamais accepté que l'on bidouille notre code du travail.
Alors que nous a concocté notre nouvelle ministre en jupon double souche ?
-Durée légale du travail : reste à 35 heures (début des heures supplémentaires maintenu dés la 36 ème heure). Cependant, la durée maximale de la semaine de travail à 60 heures ne serait plus assujettie à des circonstances exceptionnelles ni à l’accord de l’inspection du travail !
-Des accords permettraient d’augmenter le temps de travail des salariés sans contrepartie même en l’absence totale de difficultés économiques (accords dits de développement de l’emploi). Le temps de travail journalier passe à 12h. Afin de neutraliser le déclenchement des heures supplémentaires, le temps de travail pourrait être calculé sur 3 ans ! Une réduction de 10% sur le tarif horaire des heures supplémentaires sera possible dans toutes les entreprises.
-Les congés payés ne sont plus obligatoires. Le salarié peut en échange les monnayer.
-L’astreinte : Aujourd’hui, le salarié est à disposition de l’entreprise, tout en étant indemnisé à ce titre. Le nouveau texte de loi prévoit qu’il soit considéré comme étant en repos à titre gracieux, tant que son entreprise ne fait pas appel à ses services.
-L’apprentissage : les apprentis travailleront 10h par jour (au lieu de 8h) pour 40h par semaine et non plus 35 h. La durée du travail hebdomadaire de 40 heures était réalisable avec l’accord de l’inspection du travail et d’un médecin du travail. Désormais, le patron a tous les pouvoirs, il lui suffira de les informer.

LICENCIEMENT
Le nouveau projet de loi simplifie les licenciements pour favoriser, paraît-il, les embauches. Mais l’expérience a démontré maintes fois, le contraire, mais pour virer les employés à coup de pieds dans le cul après les avoir pressés comme des citrons, c'est excellent !
Par ailleurs, il n'a rien de nouveau, c'est juste un retour aux années 40.Entre bosser et prendre la porte, il faudra choisir et très vite !
-Des accords de licenciements et la baisse des rémunérations seront conclus en cas des difficultés économiques temporaires de l’entreprise excédent pas deux trimestres sur le territoire Français et pour une seule des entreprises d’une multinationale. Du fait, les bénéfices réalisés par le même groupe à l’étranger ne sont pas pris en compte. En cas de contestation et de refus de modification du contrat de travail, les salariés seront licenciés purement et simplement.
-Les motifs de licenciement économiques sont devenus inexistants : une baisse de commandes sur plusieurs trimestres sera suffisante pour lourder un ou plusieurs employés. Le salarié licencié abusivement pouvait bénéficier d’une indemnité dont le montant était librement fixé par les Prud’hommes. Ce montant serait désormais plafonné. Le juge devra s’en tenir à un barème qui tient compte uniquement de l’ancienneté du salarié et avec un plafond à 15 mois de salaire pour les employés de plus de 20 ans d’ancienneté. Les patrons prévoyants pourront licencier à leur guise et le calculer à l’avance.
-L’accord d’entreprise : il serait toujours voté par les syndicats, mais ils devront représenter au moins 50% des suffrages lors des élections professionnelles au lieu de 30%, pour être jugés représentatifs. Si les syndicats majoritaires ne valident pas l’accord, des syndicats minoritaires pourront demander la tenue d’un référendum. Refus de l’expression démocratique acquise par la voie électorale, le référendum délégitime l’intervention syndicale, accroît la pression patronale et le chantage aux licenciements.
C’est la mise en place d’une dictature patronale qui va sévir avec la complicité de syndicats pro-patrons.

MARCHE OU CRÈVE QU'ON SE LE DISE
J'ignore si c'est un pas vers la modernité, mais vers le passé marche ou crève, c'est incontestable. Sauf qu'aujourd'hui, les besoins, la compétition, et les cadences ont augmenté entraînant suicides et burn-out. Ce prétendu changement moderne n'est rien d'autre que de l'esclavagisme déguisé qui augmentera le nombre des victimes d’une guerre économique effrénée. Chaque année, ce sont 500 accidents mortels au travail, 730 suicides, 650.000 accidents avec arrêt longue durée, 4500 handicapés,.. liés au travail, plus de 600 arrêts longue durée pour burn-out. Des chiffres qui continueront à grossir encore et encore. Des vies laminées réduites au chômage, et à la précarité qui augmentera quoi que l'on fasse. Des vies souvent ruinées et une jeunesse de plus en plus bafouée et malmenée. Mais qu'importe, les réserves de mains d’œuvre étrangère sont déjà parqués aux frontières. Et ceux-là seront prêt à tout pour remplacer les réfractaires ou les déficients. Dans 50 ans les Français mendieront leur pain devant les mosquées, car les ASSEDIC auront déposé le bilan !!!

Le code du travail est né en 1910, grâce à la résistance ouvrière, et son rôle était de limiter les abus de licenciements et le nombre d'heures qui dépassait très souvent les 15 h par jour, de protéger et de sécuriser le salarié, alors que les patrons, à l'époque, ne collectionnaient pas encore les lingots d'or.
Aujourd'hui, ce nouveau code du travail est revu et corrigé pour le bien des porte-feuilles des patrons uniquement et ceci quoi que l'on en dise : code qu'ils n'ont par ailleurs, jamais ouvert !. Pour le reste, ils n'ont aucune solution, hormis de tourner en rond. Ils ne savent plus quoi faire d'une main d’œuvre onéreuse et peu efficace, qui pense davantage à contempler sa montre, et à ses prochaines vacances, que d'être à l'heure au boulot et de construire des pyramides. Par ailleurs, ils veulent des gugusses qui dépensent leurs économies et pour cela, il faut qu'ils travaillent plus, pour gagner plus et dépenser bien sûre encore PLUS !!! Sinon pourquoi produire !
Il est tout aussi difficile de proposer un emploi payé correctement à une masse laborieuse, quant toutes les entreprises ont été délocalisées manu militari ou privatisées et les mines fermées, sous prétexte que l'herbe est plus grasse ailleurs. Au moins dans les pays pauvres, les industriels ont l'impression d'être de bons samaritains, des sauveteurs de l'humanité,et donc cela mérite salaire !
C’est écrire l’histoire de nouveau à l’envers avec une pointe de cynisme effrayant, mais ô combien humain !.
Mais, ce qui est grave, c'est que cette dame, propulsée du jour au lendemain au poste de ministre du travail, annonce son intention de passer en force en utilisant l’article 49-3, si cette andouille l'estime nécessaire, certainement pour imiter Valls-Macron pour un projet qui d'ailleurs mené nulle-part.

UNE CONSTITUTION VIOLÉE
Je propose que l'on jette tout de suite notre constitution aux ordures puisque celle-ci est violable à souhait par n'importe quel crétin qui s'imagine avoir une idée de génie à nous imposer par la force. Une manière de dire au peuple souverain '' Fermez vos gueules, nous seuls savons ce qui est bon pour votre bien être !''. Mais qu'est donc devenue cette France qui accepte que l'on viole sa constitution et le concept de la république, sans que le peuple ne réagisse ? Croyez vous que le Roi du Maroc accepterait ce genre de coup tordu ? Croyez vous que le peuple marocain accepterait qu'une Française bafoue leurs valeurs sous prétexte qu'elle est née au Maroc ?. Vous me direz qu'au train où vont les choses, le peuple de France et celui du Maroc seront bientôt sur le même pied d'égalité. Pour cela,  il nous suffit de prendre notre mal en patience, et attendre qu'ils décident de renvoyer au boulot les enfants de 10/12 ans, comme au bon vieux temps, pour une miche de pain. Cosette le retour !.
Le problème est que nous n'avons plus de mine de charbon ni d'usine pour les occuper 10 h par jour. Quant à notre agriculture et à nos élevages, ils sont également en voie de disparition.
Notre nouvelle ministre du travail  vient de glisser dans sa baignoire ! Qu'elle fasse attention de ne pas glisser sur quelques peaux de bananes placées là, par..... hasard !