CATEGORIES

lundi 5 octobre 2015

LE ROYAUME HARAPPEEN, UNE CIVILISATION INDUSIENNE HORS DU TEMPS


Je pense que vous connaissez le Pakistan, mais également l'Inde, même si vous ni avez jamais mis les pieds, mais connaissez vous le royaume Harapéen ?
La civilisation Sumerienne, dont on a largement vanté les qualités et la supériorité dans de multiples domaines, à côté de la civilisation Indusienne ou du royaume Harapéen, fait figure sur de nombreux points d'attardée à côté de ce peuple étonnant, déroutant et mystérieux. Car à mes yeux, il s'agit bien d'un royaume dont la superficie était égale à deux fois la France actuelle pour environ 5 millions d'habitants.

Ce site représente une véritable énigme pour nos archéologues orthodoxes, qui juraient avant la découverte de Mohenjo-Daro, qu’aucune véritable civilisation n’avait pu exister dans la vallée de l’Indus et donc dans l'actuel  Pakistan, il y a plus de 8000 ans. Comme quoi, il ne faut jamais jurer de rien. 
Cette civilisation matriarcale est certainement la plus ancienne voir unique par son concept novateur et avant-gardiste, devant deux civilisations patriarcales comme celles des Sumériens et des Égyptiens qui se sont empêtrés dans des religions surchargées d'idoles en tous genres pour exprimer un sentiment, une qualité ou un défaut lié au genre humain à travers le monde animal. Cela fait 30 ans que je connais cette civilisation et que j'ai suivi les recherches.

MOHENJO-DARO ET L'ARCHÉOLOGIE
J'aime particulièrement cette civilisation pour sa simplicité, sa sagesse, son style novateur et ses performances. Une civilisation proche des uns et des autres où l'égalité avait un sens et où chacun avait un rôle précis et apprécié pour cela, pour être conscients qu'ils avaient besoin des uns et des autres et que donc, ils ne pouvaient réussir qu'ensemble. Une civilisation qui a su tenir bon bien plus longtemps que des civilisations guerrières et destructrices comme celles de l’Égypte ou encore de Rome par exemple. Et je ne parle pas de celles d'aujourd'hui, véritable capharnaüm. Ce qui prouve au moins une chose, quant on veut régner par l'épée, on meurt par l'épée.
Ces dernières décennies, une succession de découvertes dont la cité d’Harappa construite également à la même période, puis celle de Mohenjo-Daro ont prouvé l’existence d’une culture très avancée, jusqu’alors inconnue. Cette civilisation a également inventé l'écriture, qui est encore à ce jour indéchiffrée, mais qui a manifestement imprégnée la culture indienne actuelle, du moins en partie.

Les fouilles débutèrent à Harappa dans les années 20. Les archéologues mirent au jour quelques vestiges sans savoir où cela les mènerait. Quant un archéologue indien qui cherchait les vestiges d’un ancien temple bouddhiste à 640 km d’Harappa découvre les ruines d’une civilisation protohistorique. Au fil du temps, c’est une véritable métropole qui a resurgi de terre ; Mohenjo-Daro, dont le nom Indien signifie la ''colline des morts'', mais qui dans les temps anciens portait le nom de MELUHHA ( prononcé Mélouka ).
Cette vaste cité fait toujours l’objet de fouilles, mais aussi, comme d'habitude, de vives controverses au sein du milieu archéologique dont les théories se contredisent sur certains points de leur culture, dont certains ont du mal à admettre qu'une civilisation n'ait pas consacré son énergie à élaborer  une religion dominatrice et civilisatrice à l'occasion
 
UNE CIVILISATION MATRIARCALE
Ce peuple parlait une langue inconnue et utilisait une écriture que nous n’avons toujours pas réussi à déchiffrer et que l'on ne déchiffrera sans doute jamais.
Un peuple qui fut capable de construire de grandes cités divisées en quartiers aux alignements parfaits avec des caniveaux, ainsi que le tout à l'égout, sans oublier les poubelles et, qui curieusement, n'avaient ni temple ni palais.Comment est-ce possible ? 

 
Un peuple matriarcale, sans roi ni prêtre, comment est-ce possible ? Contrairement à nos archéologues officiels, je suis convaincue que cela est possible, c'est une question de conscience, d'incorruptibilité et d'intelligence, où l'égalité sociale primait sur tout le reste, c'est à dire sur le pouvoir et l'enrichissement abusif. Une civilisation où la religion est une affaire strictement personnelle, entre soi et le dieu de son choix, afin de limiter toute récupération par des esprits malins, ainsi que les abus, la discorde et les privilèges.
Ce qui me fait chaud au cœur, c'est de savoir qu'une civilisation de ce type a vraiment existé dans ce bas monde et qu'elle n'avait rien d'utopique.

Par ailleurs, ils pratiquaient le yoga et la méditation, bien avant que l'Hindouïsme et le bouddhisme existent et s'en emparent ou en héritent. Ce qui révèle une certaine sagesse. Ils avaient des écoles de yoga, et de nombreux assanas (figurines décrivant les différents exercices yoguiques) furent retrouvés.
Des dirigeants qui jugeaient que des palais n'étaient pas utiles. Tout simplement parce qu'ils dirigeaient le pays sous la forme d'une coopérative ou coopération constituée de sages et de conseillers des deux sexes. Ils avaient compris qu'élire une Reine ou Roi ne servait à rien, si ceux-ci ne mettent pas la main à la pâte, comme ils savaient certainement, par expérience que la religion s'empare généralement du pouvoir. 

 
Il faut croire qu'il y a 8000 ans, un peuple n'était pas encore contaminés par le mal et se passait de certaines formes de prestiges et de gouvernance inutile.
Une civilisation spirituelle, avant tout commerciale. Ils n'avaient pas non plus d'organisation militaire si ce n'est réduite à sa plus simple expression. Il est évident qu'ils imposaient le respect pour n'avoir jamais été l'objet d'une attaque quelconque.
Hormis leur gestion, le caractère le plus stupéfiant des villes harappéennes est la complexité de leur urbanisme et leur gigantisme qui révèle une très haute civilisation.
 
MOHENJO-DARO, UNE CAPITALE ADMINISTRATIVE
Mohenjo-Daro était la capitale administrative d'un ensemble de cités calquées sur le même schéma et une réalisation lacustre parfaite, comparable à celle de Venise. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle fut nommée la Venise Orientale, pour être cernée de canaux qui facilitaient la circulation entre les quartiers administratifs et résidentiels. Le plus étonnant est de découvrir que les rues étaient pavées et que les centres administratifs étaient très imposants. Il y avait des rangées des maisons en briques cuites parfaitement alignées et dotées d'une salle d'eau avec des bacs à douche, de toilettes privées et d’égouts ou encore de salle de bain avec des baignoires. Confort ignorait des Sumériens par exemple.


LA RELIGION
Au centre de Mohenjo-Daro se dressait la citadelle, vaste édifice abritant des salles de fêtes ou de réunions ainsi que des bureaux ou scriptoriums et d'une bibliothèque.
La ville était dotée de bains publics et d'une immense piscine de 12 m de long sur 7 de large et 2,40 m de profondeur. Celle-ci servait certainement pour des cérémonies d’immersion dans un but spirituel. Des bassins du même type ont été retrouvé en Inde et au Pakistan dans la religion hindouisme.Sauf que leur taille est beaucoup plus réduite. 

 
Côté religion, les seules statuettes qui furent trouvées concerne la représentation d'une femme sous différents aspects : comme par exemple celui de la mère nourricière ou encore celle de la fécondité. Une déesse de la vie qui était très respectée et pour cause. De toute évidence, les habitants priaient chez eux soit seuls ou en familles, selon leur convenance.
Par ailleurs, il fut retrouvé de nombreux sceaux et privés souvent gravés d'une effigie féminine.
A cette époque pour ce peuple hors du commun, il était sans aucun doute inconcevable que la femme soit reléguée au fond d'un tiroir, alors qu'elle fut depuis la nuit des temps le centre de la création, sans laquelle tout est impossible.
Par ailleurs, la pauvreté ne semblait pas être d'actualité.
On pense qu'ils pratiquaient peut-être le culte du feu, associé au soleil, une forme épurée de Zend Avesta.
il fut retrouvé sur les sites des double- svastikas (noir et blanc, l'équivalent du ying et du yang.Symbole que l'on retrouve en Inde.

DES ARCHITECTES ET DES HYDROLOGUES
Les rues étaient bordées de magasins divers et variés et protégés du soleil et de la pluie sous des arcades. A l’intérieur des maisons, il y avait généralement un puits d'eau fraîche, ce qui fait que les habitants n'avaient pas besoin de sortir pour puiser l'eau ailleurs. L'on a découvert à ce jour, 700 puits qui alimentaient les logis.
Ces maisons ne disposaient pas bien sûr de l’eau courante. Par contre, elles étaient toutes équipées d'un puits et d'un système d’évacuation des eaux usagées. Ce qui laisse à penser que ce peuple se souciait énormément de son hygiène, lié au yoga et au bien être . Ces tuyaux d'argile rejoignaient les égouts amovibles, en pierre, à chaque croisement, facilitant ainsi l’entretien du système. Il y a 10000 ans, ils n'avaient pas de pétrole, mais ils avaient déjà de sérieuses notions en architecture et en hydrologie !.
Ils connaissaient la roue pleine et probablement à rayons et le chariot. Ils pratiquaient l'élevage et l'agriculture. Ils connaissaient parfaitement les chevaux, pour avoir retrouvé des ossements et des sculptures. On ignore dans quel but ils étaient utilisés : sport, déplacement,ou simple animaux de compagnie ou probablement tout à la fois.

ILS IGNORAIENT L'ESCLAVAGE ET LA PROSTITUTION
Ils ignoraient la prostitution et l'esclavage, et ne semblaient pas davantage emprisonner leurs sujets. Aucune prison n'a était retrouvée. Ce qui laisse penser à une très haute spiritualité ou chacun était responsable de ses actes et de ses conséquences.
Ils maîtrisaient l'art du tissage du coton à la perfection, des tissus ornés de fleurs et de dessins géométriques. Ils portaient déjà des vêtements en coton aux couleurs chamarrées aux coupes épurées.
Nous sommes loin des culottes de chèvres des Sumériens et de l'absence d'hygiène !. Et pourtant, les Sumériens commerçaient avec les Indusiens pour qui l'hygiène était une obsession aussi bien en ville que chez eux et sur eux-mêmes.
Ils aimaient l'ordre aussi bien dans leurs constructions qu'à l'intérieur de leurs demeures.
Ils maîtrisaient également la poterie, qui encore aujourd'hui se pratique de la même manière au Pakistan et en Inde, ainsi que l'élaboration des briques cuites. Depuis 10000 ans, ces techniques n'ont pas évolué comme si le temps s'était arrêté.


Les dernières fouilles ont révélé que ce peuple d'avant-garde ne provenait pas de Mésopotamie, ni d'ailleurs, mais du Nord de l'Afghanistan-Pakistan. Ce qui laisse à penser qu'ils étaient des Aryens. Et pourquoi pas des survivants de l'Atlantide ou de la Lémurie. A moins que ces deux continents perdus, ces deux peuples n'en font qu'un.
Par ailleurs, ils avaient des caractéristiques qui lui étaient propres dont on retrouve des traces en Inde et au nord du Pakistan. On sait qu'ils ont inventés et pratiquaient le yoga, mais aussi les échecs. Les Hindous sont les héritiers et non les inventeurs.
D'ailleurs, la majorité des jeux actuellement connu sont d'origine Harapéenne comme les dés et les billes, etc...Nous n'avons rien inventé en ce qui concerne les jeux de sociétés.




Pour l’instant, la plus ancienne civilisation Indo-Pakistanaise-Afghane se serait développée sur les rives de l’Indus et n'a rien à voir avec une quelconque civilisation venue d'ailleurs .
Depuis la découverte de Mohenjo-Daro, d’autres cités antiques de l’Indus ont été retrouvées comme Dévirola ou Galanterie.

Apparemment, ce peuple était avant tout composé de marchands ou de commerciaux, mais aussi d'industriels qui se consacraient à l'extraction de différents minerais. Ils possédaient également des pêcheries et une marine au long court qui se rendait entre autres, en Mésopotamie, au pays d'Oman, au Bahreïn, en Égypte ou en Éthiopie par la mer rouge. Par ailleurs, tout atteste le caractère pacifique d'une civilisation dont la supériorité est avant tout purement culturelle et spirituelle. C'est ce qui la rend encore plus belle et surtout unique dans toute l'histoire des civilisations.

UNE ÉVOLUTION LINÉAIRE ET HOMOGÈNE
L’évolution de cette civilisation semble avoir été progressive.
Après 100 ans de recherches archéologiques, on commence à comprendre l’évolution de cette civilisation qui nous fait rêver pour avoir tout compris.
Les périodes suivantes sont shématisées :
Il y a environ 8000 ans : les techniques de la métallurgie se diffusent dans toute l’Eurasie. L’agriculture et le commerce sont à l'origine de leur richesse. Les villages croissent et deviennent de vastes cités très organisées.

Il y a environ 6000 ans : Les régions du bassin de l’Indus commencent à se constituer une identité culturelle spécifique, unique en son genre.
A cette époque apparaît un nouveau modèle d’urbanisme. Les agglomérations sont divisées en deux secteurs. Selon, les archéologues qui ont un mal fou à admettre qu'il ait pu exister une civilisation dépourvue de caste sociales distinctes, ce peuple était divisé selon leur profession. Mohenjo-Daro était un centre administratif sophistiqué et constitué d'habitations résidentielles.
C'est une ville où les animaux et les attelages ne pouvaient pas circuler. Toute l'industrie se trouvait à l'extérieur de la ville pour éviter les incendies et les bruits intempestifs. Ils avaient inventé les premières zones industrielles.

Il y a environ 5000 ans : les cultures régionales se sont fondues en une seule donnant naissance à une grande civilisation très unie.
Ce qui est remarquable, c'est que toutes les cités utilisaient les mêmes règles, la même écriture et donc le même langage ainsi que les mêmes sceaux. Ils décoraient leurs poteries avec les mêmes dessins et les poids utilisés étaient les mêmes partout.
Ce processus d’unification ou d’homogénéité sur un territoire aussi vaste, est inexpliqué par nos contemporains actuelles, parce que cela diffère de notre mode de penser et de fonctionnement qui est beaucoup moins structuré, voir plus anarchique. Et surtout parce que l'on est incapable de mettre en place ce mode de fonctionnement idéal conçu par des femmes qui avaient compris que le pouvoir intelligent était préférable au pouvoir aveugle et absolu d'hommes qui s'accrochent à la religion pour prouver leur supériorité.
Ce peuple étonnamment sage, fut à l'abri des invasions barbares et le fait de ne pas avoir de religion d’État les a aidé dans leur évolution linéaire et graduelle.
Il y a environ 3600 ans, au cours de cette période, les cités sont peu à peu abandonnées, l’écriture semble négligée et des techniques artisanales tombent en désuétude.
Mais pourquoi cette civilisation ultra moderne et si parfaite, qui rayonna plus de 5000 ans resta si longtemps dans l’ombre, pour disparaître sans laisser de trace ?

POURQUOI CETTE CIVILISATION A DISPARUE
Il y a environ 3600 ans, les villes ont été peu à peu abandonnées, alors qu'elles avaient été construites sur un territoire verdoyant et arborée où l'eau coulait en abondance. De nombreuses théories ont été émises pour expliquer le déclin d'un peuple ingénieux et très en avance sur son temps. Mais aucune preuve n'a été trouvée pour étayer leurs premières théories.

Après maintes recherches, la seule réponse qui fut trouvée a un rapport avec l’eau . Des chercheurs ont découvert dans un premier temps, qu'ils luttaient constamment contre les inondations dues à la fonte des neiges voir des glaciers. Certains quartiers de Mohenjo-Daro ont été reconstruits huit fois.
Des fouilles relatives à cette époque, il y a environ 3600 ans, ont révélé des destructions, des incendies et quelques squelettes sans sépulture.
Curieusement, on avait constaté dans le même temps, un retour en arrière dans la technique de céramique, beaucoup moins recherchée par exemple. Comme si les survivants étaient en état de choc et n'attendaient plus rien de l'avenir. Les recherches ont donc continuaient et dernièrement, des chercheurs ont découvert, que cette région avait subit des tremblements de terres. Ce qui peut expliquer que des survivants aient pu être en état de choc et faute de mieux ou pour refusaient les faits, sont restaient sur les lieux continuant à survivre avec ce qui restait encore debout et mourant sur place sans pouvoir être enterré selon leurs rites. Il faut savoir que l'Indus se situe dans l'océan Indien et non loin de la barrière de feu où de nombreux séismes furent relevés comme à Sumatra.

Mais le peuple indusien n'a pas disparu. Peu à près l'effondrement de la civilisation de l'Indus, des cultures régionales émergeront qui montrera que son influence se prolonge, à des degrés divers. Il y a aussi probablement eu une migration d'une partie de sa population, vers l'Est de l'Inde avant et pendant leur existence et peut-être après . Ce qui a disparu, ce n'est pas un peuple, mais une civilisation avancée et équilibrée parvenue à harmoniser sagesse et économie. Une civilisation digne des Dieux, qui aurait donné bien des leçons au monde entier.

UNE THÉORIE MADE IN COSMOS
Récemment, une théorie fut émise et que certaines personnes trouvent révolutionnaire. Personnellement, je reste dubitative !.
Les scientifiques Davneport et Vincenti ont déclaré que la ville de Mohenjo-Daro aurait été ravagée suite à une explosion nucléaire.
Ils auraient trouvé de grosses strates de glaise et du verre de couleur verte. Ces deux archéologues supposent qu’une très forte température aurait fait fondre la glaise et du sable qui auraient durci immédiatement. Cette théorie serait due au fait que l'on aurait retrouvé des strates identiques dans le désert du Nevada, après chaque essai nucléaire.
Si cela est exacte, qui aurait provoqué cette explosion nucléaire ? Est-ce un phénomène naturel encore inconnu ou mal connu de nos scientifiques ? Peut-on la comparer à une éruption volcanique via un tremblement de terre ? Est-ce qu'un super volcan comme le Toba ou le Krakatoa pourrait provoquer ce genre de ''cuisson nucléaire'' ?

Des analyses auraient confirmé que des squelettes trouvés dans la région de Mohenjo-Daro présenteraient une radioactivité supérieure à 50 fois la norme.
Ces analyses scientifiques, nous ramènent à la grande épopée indienne, le Mahabharata, qui nous informe sur l'existence d'une arme prodigieuse aux effets dévastateurs. Un des passages du Mahabharata parle d’une ''coquille, qui étincelait comme le feu, mais sans dégager de fumée. Quand la coquille a touché le sol, le ciel est devenu obscur, les tornades et les tempêtes ont ravagé les villes. Une horrible explosion a brûlé des milliers de gens et d’animaux, les réduisant en cendres''. Cette coquille ressemblerait étrangement à une soucoupe volante qui se serait scratchée accidentellement. Mais cette théorie reste une théorie.Les anciens n'avaient pas toujours les mots appropriés pour décrire ce qu'ils voyaient.


UNE LEGENDE HOPPI
Une légende Hoppi dit qu'en dés temps anciens relatif au troisième monde, des disques volants allaient d'un point à un autre à une telle vitesse qu'ils se demandaient s'ils avaient décollé. Il semblerait que ce troisième monde concernerait le fameux déluge, certifié scientifiquement et qui remonterait à 11700 ans.
Puisque les Hoppi affirment être venus par bateau de l'océan Pacifique, après la disparition de leur continent suite à une explosion volcanique et non pas, par le détroit de Béring comme l'affirment les archéologues officiels.
Ils nomment ce détroit la ''porte noire'' et la considèrent dangereuse. Ce danger était certainement lié à la fonte des glaciers et/ou la ceinture de feu du Pacifique. Ceci pour dire, qu'il s'est effectivement passé quelque chose d'une part dans l'océan Indien mais également dans le Pacifique encerclé par la barrière de feu constellée des supers volcans qui ont explosé, dont le plus violent, actuellement connu, est celui du Toba, côté océan Indien, qui éradiqua, il y a 75000 ans 95% de la population et qui est toujours en activité. 

Idem pour le Krakatoa en Indonésie qui explosa deux fois en l'an 535 de NE et en 1883 (36.500 victimes) faisant des milliers de victimes à chaque explosion.
Nos connaissances en vulcanologie sont loin d'être parfaites et donc avant de parler d'explosion nucléaire due à des petits hommes verts, mieux vaudrait penser qu'un super volcan est peut-être à l'origine des faits ou du moins du tremblement de terre à Mohenjo Daro.

MES DERNIERES REFLEXIONS ET NOTES
Les Egyptiens parlaient du pays de Pount et de celui de Koush. Nous savons que les Harappéens remontaient la mer rouge. Ils connaissaient donc, au moins le Sud de l'Egypte.
Le pays de Pount était nommé par les Egyptiens ''Ta netjet'' qui signifie le '' pays de dieu ''
Nous savons également qu'ils étaient friands de Lapi-lazuli en provenance d'où ? de l'Indus !.
Ils utilisaient également de l'encens, de la myrrhe et l'or comme les Harrapéens et les peaux de léopard. Où y a t-il des léopards en dehors de la Nubie ? - en Afghanistan !


Les Harappéens étaient des Aryens, le terme signifiant Nobles ; non pas par rapport à un rang social, mais pour leur haut niveau spirituel. A l'heure actuelle, je suis la seule à penser que le royaume Harrapéen était effectivement, le royaume de dieu. D'un dieu unique et qu'il était Aryen.
Le bouddhisme est apparue tardivement et s'est greffé sur le yoga, une manière de l'enjoliver et qui pourtant se suffit à lui-même.

ATLANTIDE OU LEMURIE
L' Atlantide et la Lémurie pourraient être en vérité qu'un seul et unique pays ou un seul peuple. Les Harrapéens remontaient la Mer Rouge qui débouchait également à l'époque dans l'Atlantique. L'océan Indien ne portant pas son nom actuel. Des colonnes ou des phares ne marquaient elles pas l'entrée de la Mer Rouge ?. Une chose est certaine, les Égyptiens côtoyaient les Harrapéens bien avant que surgissent les Grecs. Platon ne s'est pas trompé. Il ignorait l'existence de cette société disparue. De bonne fois, il en a déduit qu'il s'agissait des colonnes d'Héraclès. Et rien ne peut nous affirmer que la Mer Rouge ne débouchait pas en Méditerranée, il y a plus de 8000 ans. Les Harrapéens connaissaient les chars, les éléphants d'Asie, les taureaux ainsi que les chevaux. Leur écriture est à ce jour intraductible. Platon disait que l'on pouvait y aller d'île en île et le moins que l'on puisse dire c'est que les îles sont nombreuses : les Seychelles, Maurice,Réunion, les Comores,Madagascar, Maldives...mais aussi toutes les îles malaisiennes.