CATEGORIES

lundi 12 octobre 2015

DERNIÈRES DÉCOUVERTES A TEOTIHUACAN

Le chercheur mexicain Sergio Gómez a annoncé la découverte de grandes quantités de mercure liquide dans une chambre sous la Pyramide du Serpent à Plumes, la troisième plus grande pyramide de Teotihuacan, la fameuse cité en ruines dans le centre du Mexique. Près de l'entrée des chambres, ont trouvé des d'objets des statues en jade, les ossements d'un jaguar, une multitude de coquillages sculptés et des balles en caoutchouc.
Après avoir avancé lentement, au fur et à mesure des fouilles, dans les profondeurs du corridor sous la pyramide, luttant contre l'humidité, les chercheurs ont été dans l'obligation de porter des vêtements de protection contre les dangers de l'empoisonnement au mercure.

Le mercure est toxique et a des effets néfastes sur le corps humain en cas d'exposition prolongée. Le mercure liquide n'aurait apparemment pas de but pratique pour les anciens Mésoaméricains, selon leur théorie, alors que l'on en a découvert sur d'autres sites. Donc, le mercure n'était pas là par hasard. Il peut symboliser, un fleuve, un lac, le sang de la terre ou d'ailleurs, ….Il est possible que sa composition ou son odeur est un impact sur le mental ou le psychisme que l'on ignore.
Le mercure n'est pas la seule trouvaille déroutante : de nombreux objets ''rituels'' étaient fait avec du mica réfléchissant, un minéral brillant importait dans la région.En 2013, les archéologues avaient également découvert des sphères métalliques.

L'eau étant dans la région très précieuse et rare, ils ont eu l'idée d'utiliser les réseaux hydrauliques et les lacs souterrains accessibles par les grottes. Teotihuacán était construit sur de nombreuses sources, qui se sont asséchées au fil des siècles.
Les anciens mésoaméricains pouvaient produire du mercure liquide en chauffant le minerai de mercure, qu'on appelle cinabre, et qu'ils utilisaient aussi comme pigment rouge-sang.
Ils utilisaient le cinabre pour décorer les objets en jade et les emblèmes de la royauté.
Le peuple de Teotihuacán, pour lequel les archéologues n'ont toujours pas trouvé le nom, n'a pas laissé de restes royaux à étudier.
Ainsi, la découverte d'une tombe pourrait aider à résoudre l'énigme sur la façon dont Teotihuacán
a été dirigée. La concentration d’artefacts hors des chambres du tunnel pourrait être associée à un tombeau ou un ensemble de chambres rituelles.

Une tombe royale pourrait accréditer la théorie, selon laquelle la cité, qui aurait prospéré entre l'an -100 et l'an +700 de notre ére, était dirigée par des dynasties comme les Mayas. La cité aurait abrité environ 100000 personnes, mais celle-ci aurait été abandonnée bien avant l'arrivée des Aztèques au 14ème siècle. Peut-être aux environs du 9ème siècle.
Ce qui est étonnant et déconcertant, ce sont les milliers d’artefacts, dont certains sont uniques et très étranges.
Parmi les objets recueillis après 11 ans de travail, figurent des milliers d'objet en jade, quatre remarquables statuettes en pierre verte, des dizaines de grands coquillages provenant du Golfe du Mexique et de la Mer des Caraïbes, et des ossements de grands félins.

Les habitants occupant le cité de Teotihuacán ont creusé le tunnel à environ 15 mètres de profondeur pour maintenir en permanence un fond d'eau parce que selon leurs mythes, l’infra-monde a sa propre géographie sacrée métaphorique : ses rivières, ses montagnes, ses lacs et son propre ciel. Pensaient-ils que la terre étaient creuse ?
Les archéologues ont trouvé les murs et les voûtes du tunnel recouverts d'une poudre d'un minéral métallique, fait d'hématite et de magnétite, ce qui révèle qu'on y entrait avec des torches et que tout s'illuminait comme "un ciel d'étoiles scintillantes". Ce qui dénote quand même certaines connaissances.
Jusqu'à présent, les archéologues ont dégagé près de mille tonnes de pierres et de terre.
Contrairement aux autres ruines précolombiennes du Mexique, les archéologues n'ont jamais trouvé d'artéfacs significatifs ni des squelettes des dirigeants de Teotihuacán ou de la cité des dieux. Une telle découverte permettrait de comprendre la structure principale de la cité et aussi de savoir si le règne était héréditaire.
L'origine de cette cité, déclarée Patrimoine de l'Humanité par l'Unesco, n'est toujours pas élucidée ni datée.