CATEGORIES

dimanche 15 mars 2015

UNE ÉCLIPSE SOLAIRE PARTIELLE PRÉVUE LE 20 MARS 2015.


Astronomiquement parlant, l’éclipse solaire du 20 Mars 2015, entrera dans la catégorie des éclipses totales, puisqu’à certains endroits du globe, le soleil disparaîtra totalement derrière la Lune.
Seule une poignée de chanceux verront la nuit tomber en plein jour sur les îles Féroé, au sud-est de l’Islande, ou au Spitzberg, dans au Nord de l’archipel norvégien du Svalbard.
Plus l’observateur se trouvera au Sud, moins la Lune masquera le Soleil. Les observateurs britanniques et scandinaves seront vernis, et les Français plutôt bien lotis : plus de 80% de la surface du Soleil sera masquée de la Bretagne à la côte d’Opale en passant par la Normandie. La couverture descendra à 70% vers Clermont-Ferrand, 65% sur la Côte d’Azur et 58% en Corse.

Le Soleil aura beau perdre plus de la moitié de sa surface apparente, il continuera de briller assez fort et d’éclairer suffisamment notre atmosphère pour qu’on ne perçoive pas de baisse de luminosité à l’œil nu. Comme lorsque d’épais nuages filtrent la lumière du jour, notre œil s’adapte et compense. Les personnes ignorant qu’une éclipse a lieu vendredi prochain ne s’en rendront même pas compte.
D’autant plus que le phénomène est long et progressif : il s’écoulera deux heures entre le moment où la Lune croquera sa première bouchée de Soleil et celui où elle le quittera totalement.
Pour percevoir le changement de lumière, il faut être passionné et compter sur la photographie – par exemple en posant l’appareil en mode manuel sur un pied, et en enregistrant automatiquement des dizaines de clichés à intervalles réguliers.
En revanche, le spectacle sera impressionnant si l’on surveille la forme du disque solaire rétrécir jusqu’à ne former qu’un croissant, en le regardant directement avec des lunettes de protection ou indirectement, par projection.
Le premier contact aura lieu aux alentours de 9h20 du matin, selon la latitude. Le maximum de l’éclipse sera observable vers 10h30, et l’éclipse prendra fin autour de 11h40.

OBSERVATION
Même rongé aux trois quarts, le Soleil reste particulièrement dangereux pour l’œil humain, et quelques secondes d’observation à l’œil nu suffisent à nous rendre aveugles ou provoquer des lésions irréversibles. Pas plus qu’en temps normal, on ne s’amusera donc à lancer des œillades à l'astre royal.
La meilleure solution consiste à se procurer des lunettes de protection spécialement adaptées aux éclipses. Sur la monture en carton sont posés des filtres solaires, soit en polymère noir, soit d’aspect argenté quand il s’agit de feuilles d’«astrosolar». Ces lunettes permettent de regarder le Soleil droit dans les yeux.

LES LUNETTES SONT A USAGE UNIQUE
Attention de ne pas réutiliser les lunettes de 1999, pour les personnes qui les auraient conservées convaincus qu'elles sont à usage multiple. 

Même si les filtres solaires ont l’air en parfait état et ne présentent ni trou, ni rayures, ni plis, leurs propriétés protectrices s’altèrent avec le temps.
Mieux vaut en acheter une autre paire que de vouloir jouer avec le feu.
Un masque de soudeur de grade 14 peut être utiliser.
On peut aussi utiliser une feuille blanche avec des jumelles inversée et dirigées vers le soleil qui lorgnera dans les jumelles et se reflétera sur la feuille : mais attention de ne pas mettre l’œil à l’oculaire, ça brûle !!. Autrement, par sécurité, tourner lui le dos !