CATEGORIES

mardi 24 février 2015

IRAN : PIPILINES ANTIQUES ET UNE CITEE MEDE DÉCOUVERTS


Il y a quelques mois, les archéologues ont fait une découverte inattendue en Iran au cours de fouilles sur l'ancien site historique de Farash à Seimareh Dam. Ils ont découvert  un réseau hydraulique vieux de plus de 5000 ans.
L'équipe de recherche est en train de mettre toutes les canalisations d'eau au jour qui devrait les conduire à sa source, ainsi que des centaines d’artefacts avant que tout ne soit submergé par le nouveau barrage.
Les Perses ou Aryens sont une des plus anciennes cultures à avoir mis en œuvre des systèmes avancés de distribution d'eau. Ils sont aussi parmi les plus grands bâtisseurs d'aqueduc du monde antique.Ils sont particulièrement connus pour leurs constructions de qanāts:  une série de puits verticaux, reliés entre eux par des tunnels en pente douce. Ils étaient utilisés pour créer un approvisionnement fiable en eau pour les implantations humaines et pour l'irrigation. 

Le système hydraulique se compose d'un petit bassin et d'un long pipeline en céramique. Chaque conduit mesure environ un mètre de long. En plus des anciennes conduites d'eau, l'équipe d'archéologues, du Centre Iranien pour la Recherche Archéologique, a découvert plus d'une centaine de sites datant des périodes du Néolithique, de l'Age du Bronze, de l'Age du Fer, de l'Age de Pierre, de l'Empire Parthe, de l'Empire Sassanide et du début de la période islamique...Des signes de l'influence mésopotamienne dans la région ont été identifiés grâce aux études menées sur l'ancienne couche au niveau du réservoir de Seimareh Dam.


UNE ANCIENNE CITE SOUTERRAINE DÉCOUVERTE
Un ancien réseau de tunnels secrets ainsi que des logements ont été découverts dans la province de Hamedan; cette province iranienne est située dans une région élevée, où dominent les montagnes de l'Alvand, allant du nord-ouest au sud-ouest. Le complexe est situé près du village d'Arzanfud, à 25 kilomètres au sud de la ville-capitale de la provinciale de Hamedan.
L'ensemble de cette citée souterraine est composé de 25 chambres reliées entre elles par plusieurs tunnels. L'ensemble fut creusé sous un monticule de pierres profondément enfoui sous terre sur une profondeur allant de 4 à 6 mètres.
Le complexe fut également utilisé à travers les siècles par les habitants comme refuge lors des guerres. L'entrée du complexe reste encore à découvrir, mais pour le moment il est accessible par un puits de ventilation d'origine, qui fut dégagé pour y accéder.On a découvert des niches, creusées dans les murs, pour y mettre des luminaires. Un lit a également été identifié. Un certain nombre d'anneaux de pierre et des fermoirs ont également été découvertes parmi les objets. La citée daterait de l'époque des Mèdes, il y aurait environ 2750 ans, pour d'autre elle daterait de la dynastie parthe, il y a 2250 ans.

Nous n'avons pas plus de détails sur cette découverte. Depuis 6 ans, les archéologues iraniens ont interdiction de donner des interviews ou de révéler toute information sur les recherches archéologiques iraniennes.
En mettant en œuvre une telle interdiction, le gouvernement prive le public Iranien et étrangers d'informations précises sur les découvertes archéologiques et les trésors culturels récupérés sur les sites.
Il est dit pour expliquer cet interdit, que le commerce illicite d'antiquités iraniennes avec les collectionneurs privés du monde entier, serait l'un des revenus les plus lucratifs pour les mollahs au pouvoir et leurs familles.Le régime islamique au pouvoir depuis 1979 aurait systématisé et généralisé le trafic illicite et le pillage de l'art iranien et des antiquités, notamment le patrimoine pré-islamique. Je doute fort que cela soit aussi simple et qu'ils sabotent leur propre héritage ou leur propre histoire. Il y a en Iran des archéologues qui ne peuvent être cataloguer de trafiquants. Ils protègent simplement leurs artefacts de toutes surenchères et des convoitises étrangères qui augmenteraient les pillages et autres abus. Pour des raisons politiques, ils ne veulent pas d'archéologues étrangers.