CATEGORIES

mercredi 17 décembre 2014

LES PIERRES D'ICA, UNE COLLECTION ETONNANTE .


Je ne vais pas vous raconter l'histoire de ces pierres, les internautes curieux s'en sont déjà chargés. Il suffit de taper ''pierres d'Ica '' dans Google et vous saurez tout.
Je connais cette histoire depuis plus de 30 ans ainsi que toutes les analyses, souvent, contradictoires concernant la véracités de ces créations ante-diluviennes.
Tout ce que je peux dire, c'est un ensemble de dessins qui relatent des épisodes de la création qui ont effectivement existé à des époques antérieures indatables. Une banque-mémoire où tout se fond et se confond, passé et présent et qui sait, le vrai et le faux !. Je vais essayer d'éclairer quelques lanternes pour avoir lu de nombreuses bafouilles sans que soit menée une quelconque recherche.

Maintenant, connaissant un peu les travers de l'homme, il est fort possible que ce brave docteur ait bel et bien eu en main des artefacts anciens et que cela lui ait donné une idée afin d'attirer l'intention sur lui ou sur la région d'Ica, et les paysans du coin y ont vu une aubaine à ne pas manquer. L'argent facilement gagné est aussi une manie qui ne date pas d'aujourd'hui. Les faussaires sont légions et ont existé de tous temps ; soit en fabriquant de faux artefacts pour les uns, soit en falsifiant l'histoire pour les autres. Et sur ce point l'histoire fut falsifiée autant de fois qu'il existe de faux artefacts quelque soit la civilisation et les périodes. Quoi qu'il en soit, j'accorde au Docteur Cabrera le bénéfice du doute. Je m'explique.

Les pierres représentant des dinosaures en compagnie d'humains peuvent paraître fantaisistes, voir impossible pour avoir été formaté, mais il faut se méfier des apparences.
Pour porter un jugement, il faut avoir un minimum de connaissances. Les pierres les moins réalistes peuvent témoigner parfois d'une méconnaissance de l'histoire.
Au fil des siècles, la mémoire est souvent altérée et la transmission orale est souvent source de confusion et d'incompréhension. maintenant, si l'on observe bien le modèle ci dessus, on peut en déduire que ce sont des bébés sauropodes qui devaient être apprivoisables.
Ainsi, certains nous disent que les théropodes carnivores sont représentés avec une posture verticale, comme les paléontologues du 20ème siècle le croyaient. 
Ce qui prouve que l'on ne peut jamais être sûre de rien. Rien n'est définitif !

DIPLODOCUS, TITANOSAURIDES, APATOSAURUS,...
Il a fallu attendre 1990, pour que des études de biomécaniques démontrent qu'ils se déplaçaient en station horizontale, pour pouvoir se déplacer avec aisance malgré leur masse. Mais cela ne concerne pas les jeunes, petit détail omis d'être précisé par nos scientifiques. Cet alignement tête-corps-queue est proportionnel à la masse.
Par ailleurs de nombreux titanosauridés vivaient en Amérique du Sud. D’après les fossiles, c'étaient les dinosaures herbivores qui occupaient largement le continent vers la fin du Crétacé.
Ce n’est qu’en 1996 que Ruben Martinez a trouvé un crâne complet de titanosaure. Il est très proche dans sa forme de celui des diplodocidés ou brachiosauridés.
Les diplodocus avaient également leur tête à l'horizontale et la redressaient très rarement au-dessus de leur corps gigantesque et se nourrissaient essentiellement de plantes telles que des fougères.
Cela ne vaut pas non plus pour les jeunes diplodocus. Il existait aussi des Apatosaurus très sympas avec de jolies quenottes, ainsi que des staugosaurus et d'autres encore.

DES SAUROPODES CARNASIERS
De même, certains sauropodes sont représentés en train de ''dévorer'' des êtres humains, alors que ces animaux étaient herbivores. A première vue cela semble impossible. Mais il ne faut jamais jurer de rien !. Il ne faut pas penser que nos ancêtres vivaient dans un paradis, ils devaient certainement se battre pour leur survit. Il est également fort probable que des humains cherchaient à s'emparer d'un jeune, qu'une femelle ou sa mère ait voulu défendre ou protéger. De plus, elle le soulève de terre et rien ne dit qu'elle était son intention, elle voulait simplement le balancer loin de sa progéniture et advienne que pourra de ce pauvre homme.Il y a des leçons qui méritent parfois d'être reçues.

Les premiers hommes capturaient certainement les jeunes herbivores afin de les domestiquer. Ils domestiquaient les chameaux et certainement les mastodontes ou éléphants.
Il était aussi fort possible qu'ils les chassaient et à force, ils se rebiffaient.
Des pierres, par contre, nous montrent des femelles dinosaures "enceintes" avec un fœtus... Or, les dernières découvertes paléontologiques ont démontré que les dinosaures étaient ovipares.
Mais cela ne prouve rien pour autant. On peut imaginer que les premiers hommes savaient que les femelles étaient ''enceintes'', mais ils ignoraient quand et bien moins comment, pour ne les avoir jamais pris sur le fait. Pour eux, tous les animaux fonctionnaient de la même manière.

CHEVAUX, ÉLÉPHANTS ET CHAMEAUX
Par ailleurs, certaines pierres montrent également des chevaux tirant des chariots... Pendant longtemps, les chercheurs pensaient qu'ils n'y avaient jamais eu de chevaux en Amérique et cette croyance perdure encore chez ceux qui veulent absolument dénigrer ces pierres.
On sait aujourd'hui, que le cheval a disparu du continent américain il y a environ 10000 ans. Et ceci, on le sait depuis peu. Il en est de même pour les éléphants et les chameaux. Pour les roues, il suffit d'attendre les futurs découvertes, pour qu'ils revoient enfin leurs théories.


LA ROUE ET LES CHARIOTS
Quant aux chariots - contrairement aux idées reçues qui sévissent encore - ils connaissaient obligatoirement, la roue ou du moins les Olmèques et cette connaissance a dû faire son chemin.
Si les Olmèques étaient capables de construire des jouets ou des prototypes mobiles, ils ont obligatoirement eu l'idée de reproduire cette innovation grandeur nature. Si l'on a pas retrouvé un chariot sur les lieux, c'est simplement que rien ne résiste à l'humidité ambiante qui pourrit tout sans exception en quelques décennies. Sans oublier que depuis 15000 ans, la terre a subit de nombreux changements climatiques et des éruptions volcaniques redoutables.

Ce ne sont donc pas ces éléments qui peuvent réfuter quoi que ce soit, car nos théories et nos calculs ne sont pas des preuves irréfutables. Il suffit de voir le résultat obtenu par différents chercheurs et laboratoires qui ne sont pas souvent d'accords sur les résultats des datations et souvent avec des écarts considérables allant du simple au double. Personne ne peut affirmer également qu'il n'y ai pas eu des animaux qui ont survécu aux multiples cataclysmes. L'homme en est une preuve et celle-ci est...irréfutable !. Ne perdons pas de vue, que nous n'utilisons que 10% de notre cerveau et que 90% reste inexpliqué à ce jour, ce qui nous laisse une marge de réflexion assez large.
Maintenant, connaissant un peu les travers de l'homme, il est fort possible que ce brave docteur ait bel et bien eu en main des artéfacts anciens et que cela lui ait donné une idée afin d'attirer l'intention sur lui ou sur la région d'Ica, et les paysans du coin y ont vu une aubaine à ne pas manquer. L'argent facilement gagné est aussi une manie qui ne date pas d'aujourd'hui. Les faussaires sont légions et ont existé de tous temps ; soit en fabriquant de faux artéfacts pour les uns, soit en falsifiant l'histoire pour les autres. Et sur ce point l'histoire fut falsifiée autant de fois qu'il existe de faux artéfacts quelque soit la civilisation et les périodes à des fins politiques ou religieuses.


DES PIERRES D'ICA EN ESPAGNE ET EN EUROPE
Selon d'anciennes chroniques espagnoles, des pierres noires gravées ont été trouvées dans de vieilles tombes précolombiennes, et elles auraient été ramenées en Espagne par les premiers conquistadors du Pérou au XVIème siècle, sous l'inquisition, puis d'autres seraient apparues sur le marché en 1908, puis en 1961, et auraient été acquises par des familles royales européennes afin certainement d'alimenter leurs musées privés et cela, juste avant que le Dr Cabrera en informe le monde et ceci bien après que les premières pierres aient été rassemblées au début des années 60 par Carlos et Pablo Soldi.
Pendant des années, ils demanderont officiellement à de nombreuses reprises que leurs pierres soient examinées par les archéologues compétents, en vain... Il faut bien avouer qu'il y a 65 ans, l'archéologie était loin d'avoir acquis ses lettres de noblesse et le chemin qui lui reste à parcourir est encore long..

D'AUTRES PIERRES DECOUVERTES
En 1966, un architecte, Santiago Agurto Calvo, qui avait également réuni de nombreuses pierres depuis plusieurs années, procéda à l'excavation de tombeaux à Ocucaje. Il trouva alors quelques pierres du même genre dans des tombes pré-incaïques.
C'était la première fois que la provenance de ces pierres pouvait être authentifiée, en accord avec l'archéologie officielle. Cela n'a pourtant pas suffit à intéresser les archéologues... Alors pourquoi ?
Dire que les archéologues ne se sont pas intéressés à ces pierres, j'en doute fortement. Ils se sont rendus chez Cabrera, sans dire bien sûr, quel était leur fonction ni leur mission. Après en avoir acheté quelques modèles incognito, ils les ont étudié à l'abri des regards indiscrets, avant de décider de la suite à donner avant de mettre leur carrière en jeu et leur réputation. Mieux vaut savoir où l'on pose ses pieds !. Personnellement, j'aurai pratiqué de la même manière.

Leur absence de connaissance dans bien des domaines et en particulier en paléontologie, surtout à l'époque, fut certainement la raison de leur silence. Aujourd'hui, encore, ils n'ont découvert qu'une infime partie des spécimens qui devaient exister.
Cette attitude est assez courante face à des artéfacts inexpliqués. En ce qui concerne cette découverte, pour une fois, je ne vais leur lancer une pierre. Prudence est mère de sûreté !

LES PERUVIENS N'ONT RIEN OUBLIE
Par ailleurs, il faut aussi savoir que les autorités péruviennes, ne veulent pas que leur pays devienne l’Égypte colombienne et voir ses richesses archéologiques de nouveau pillées par les étrangers, en vertu des lois nationales et internationales sur la protection du patrimoine. Nous pouvons dire que c'est une histoire également politique.
Les Espagnoles comme les Portugais, entre autres, dans le domaine du pillage, n'y ont pas été de main morte et ce genre de pillage scandaleux est toujours dans les mémoires.
Ce qui c'est passé hier, c'est passé avant hier et pour imposer sa domination, quoi de mieux que de priver les peuples de leur mémoire. Une mémoire avec le temps devient fragmentaire et ces premiers autochtones ont peut-être sauvé cette mémoire fragmentée en gravant ces pierres et en les cachant dans le désert de Nazca en prévision d'un cataclysme et qu'importe si les représentations ne sont pas d'une exactitude parfaite, le message est ailleurs. Une mémoire que la notre aujourd'hui est incapable de décrypter, parce que cela demande de nombreuses connaissances. Mais l'archéologie commence à s'organiser, à se munir d'équipements technologiques sophistiqués et en faisant équipe avec des chercheurs spécialisés dans divers domaines : géologues, mathématiciens, informaticiens, généticiens, et j'en passe...

 
UN TRAVAIL DE FOU POUR UN HOMME SEUL
Ce qui me porte à croire que ces pierres ne soient pas un canular, c'est aussi le nombre impressionnant de créations qui s'élèverait à plus de 40000 pièces dont 15 mille sont détenues par la famille Cabrera, une partie fut vendue entre 61 et 70 à de nombreux acquéreurs étrangers, une autre partie fut offerte aux habitants et la dernière partie est exposée au musée d'Ica . 
Or pour fournir une telle quantité, ce pauvre paysan aurait dû travailler dès son adolescence à raison de 10 heures par jour, sans interruption pendant plus de 40 ans, belle performance et une sacrée suite dans les idées. Quelle ténacité, alors qu'il avait une famille à nourrir. Tout cela pourquoi ? Pour rien !. 

Cela me rappelle les pyramides d’Égypte construites en 20 ans à un rythme d'enfer, si l'on en croit les archéologues, juste pour ensevelir un défunt qui en plus n'a même pas daigné y séjourner. Il est grand temps que les archéologues s'entourent de mathématiciens ou d'experts comptables.
Non seulement cet homme est resté pauvre, mais en plus on lui a pourri son existence jusqu'à sa mort. De plus, il n'ignorait pas les lois draconiennes de son pays concernant les faux et les trafics et bien moins son prétendu commanditaire.
Par ailleurs, si ce paysan était le seul faussaire, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il avait une imagination créatrice débordante qui aurait dû faire de lui le surdoué du siècle.
Quand un vrai faussaire décide de créer un canular crédible, il s‘arrange en principe pour que ce soit cohérent et pour cela, il étudie le moindre détail. Un plaisantin n’aurait pas dessiné un dinosaure encore inconnu, découvert bien après la découverte des artéfacts. Cet homme aurait été bien plus qu'un faussaire, mais un visionnaire, ou à un voyageur du futur !. Des faussaires réussissent à faire passer des copies de tableaux pour des vrais auprès d'experts et ceci est valable pour les sculptures et les billets de banque par exemple. Ce sont des artistes à part entière qui maîtrisent un art.

Si l'on veut absolument croire que nous avons à faire à des faussaires, on peut aussi imaginer, qu'il n'était pas seul et qu'il travaillait avec un érudit, tel que le docteur Cabrera qui voulait absolument nous faire partager sa théorie sur la création ou au pire semer la confusion dans les esprits. Sans oublier qu'il aurait fallu aux deux comparses, qu'ils s'entourent d'une bonne dizaines de faussaires. Soyons sérieux, en 50 ans, le masque serait tombé. Les gens sont tellement bavards pour quelques dollars !. Ce qui ne veut pas dire que des esprits malsains ne se soient pas immiscés dans l'histoire à l'insu de tous, profitant de l'aubaine et de la confusion pour arnaquer quelques naïfs de passage. Mais ce n'est pas une raison de jeter le bébé et l'eau du bain !

PIERRE D'ICA ET LES CONTINENTS
Pour en revenir à la pierre qui représente une carte des quatre continents. Il n'en reste pas moins que l'explorateur William Niven, a découvert un pétroglyphe dans le Yucatán dépeignant la présence non expliquée d'étendues de terres dans l'Océan Atlantique, et dans l'Océan pacifique, que l'on suppose être l'Atlantide et Mu. C'est seulement depuis peu que les scientifiques admettent que les continents (Amérique-Asie-Afrique) étaient totalement différents de ce qu'ils sont aujourd'hui.

UN HOMME INTÈGRE ET SINCÈRE
Par ailleurs, le comportement du Dr Cabrera. Sa détermination de ne pas s'en laisser conter ni de céder aux humiliation, au chantage ou aux menaces, nous révèle sa sincérité et son intégrité. Ce qui le rend à mes yeux, digne de foi. Quant au paysan, après ses "aveux officiels" obtenu sans aucun doute sous la contrainte et la lassitude, le harcèlement s'est poursuivi, pour savoir quand, comment et pourquoi, il aurait gravé tous ces galets si surprenants. Mais, évidemment, toutes ses réponses furent contradictoires, confuses et évasives. Pour ne plus savoir quoi dire sans risquer de se retrouver en mauvaise posture. Un harcèlement morale très pratiqué pour semer le doute.

Par la suite le Dr Cabrera apprends qu'à la suite d'une crue très importante de la rivière Ica, un pan important de la montagne s'était effondré, révélant alors plusieurs grottes, dont le paysan tenait à garder l'emplacement secret pour en avoir assez entendu et assez souffert. Puis finalement, il a fini par accepter de le révéler au docteur qui se sentait certainement investi d'une mission et qui pensait que cela changerait le comportement des chercheurs. Ces grottes contiendraient encore des milliers d'artéfacts. Mais pour combien de temps ?

Le Dr Cabrera a toujours déclaré qu'il était prêt à révéler cet emplacement à des scientifiques dûment mandatée pour effectuer des recherches sérieuses et pour éviter que ce patrimoine soit dispersé aux quatre coins du monde. Mais voilà,aucun scientifique n'a le courage de se lancer dans l'aventure ni l'audace de braver l'interdit imposé par ses confrères, ni de risquer sa carrière et sa réputation et la leur par la même occasion. Dans ce domaine l'omerta est de rigueur. On attend de nouvelles découvertes.
Quoi qu'il en soit, le reste de cette banque d'infos antédiluvienne sommeillera encore longtemps dans les entrailles de la terre en attendant que l'homme fasse preuve de courage et en espérant que celle-ci ne soit pas un jour, pillée. Car tout fini par être découvert et rarement par des hommes de bien.
Ayant baigné dans un milieu archéologique, je sais que nos connaissances actuelles sont basées sur des théories souvent remises en cause pour avoir parfois été tirées par les cheveux. Quant aux dates supposées des ères dites ou non crétacées, comme du reste, elles sont souvent loin d'être exactes, elles sont mêmes très variables d'un chercheur à l'autre. Il est vrai que l'on est pas à quelques millions d'années près lorsque l'on remonte le temps. Mais en 100 ans l'on peut faire un pas de géant !


SEULS LES ARTEFACTS ENFOUIS SURVIVENT
Il est fort possible que notre planète ait eu des mouvements d'humeurs violents qui auraient pu faire dériver nos continents suite peut-être à l'éruption du super-volcan tel que celui de Sumatra, il y a 75000 ans, qui a éradiqué 95% de l'humanité et dont les cendres sulfuriques ont recouvert la terre. Et quant on sait que le souffre dissout le fer, il n'y a pas de quoi être surpris du fait que l'on ne retrouve presque rien . Seuls les artéfacts enfouis profondément dans le sol ou dans les grottes ont pu résister à la destruction.Comme nos fameuses pierres d'Ica. Savaient-ils ce qu'il adviendrait pour avoir pris cette précaution ? Que craignaient ils ?

L'ENSEIGNEMENT VIENT AUSSI D'AILLEURS
Je pense par exemple à Nicolas Tesla pour qui, j'ai beaucoup d'admiration, qui bénéficiait d’une aptitude peu conventionnelle pour des esprits qui manque de rondeur. Dans ses mémoires, il révèle comment les schémas de ses systèmes lui venaient à l’esprit en rêve et qu'une fois éveillé il parvenait à construire un dispositif fonctionnel dès le premier assemblage. Ce qui veut dire que le savoir emprunte parfois des voies qui dépassent les chercheurs trop cartésiens. Un chercheur talentueux dont on n'a pas hésité, malgré tout, à écarter les découvertes trop gênantes qui remettraient un ordre en cause, nous éloignant une fois de plus de la vérité.

LES DECOUVERTES DE PARACAS
A 260 km au Sud de Lima, non loin du port de Pisco, la presqu'île de Paracas, aujourd'hui classée réserve naturelle, était déjà habitée il y a plus de 5000 ans. C'est grâce au climat sec que fut conservé les corps et les objets retrouvés.
Ces tombes renferment de nombreuses momies. La plupart de leurs crânes révèlent l'existence de déformations, qui amène certains à penser que ce sont des extraterrestres,  (aplatissement artificiel des crânes) et des trépanations extensives et quelquefois répétées. On ignore les raisons de cette coutume, mais quoi qu'il en soit les patients survivaient aux opérations.. C'est le seul peuple qui pratiquait cette coutume de manière systématique et qui n'était pas réservée à une élite. Cela rappelle les pierres d'Ica.

L'ESPECE HUMAINE EST TRES ANCIENNE
Il faut se rendre à l'évidence, l'espèce humaine est bien plus ancienne que nous le pensons. Qu'est-ce que 250.000 ans ?- C'était simplement hier. En quoi cela est étonnant, c'est une goutte d'eau en comparaison de l'âge de la terre. Ou est-ce que j'aurai une notion différente du temps ?
La planète Terre a vu plusieurs civilisations dont certaines étaient très évoluées mais dans des domaines inconnus par notre science actuelle ( maîtrise des énergies terrestres et célestes, du tellurisme,géo-physique, radiesthésique, et ainsi de suite) . Ils avaient appris à se servir des énergies naturelles ou célestes contrairement à notre civilisation qui a choisi la facilité en vidant la terre de toutes ses substances, méthode destructrice, qui pour les anciens auraient été perçu comme un sacrilège, non sans raison.

Connaissances qui ont malheureusement disparu à cause de certains hommes néfastes, par imprudence, ou à la suite de cataclysmes planétaires, ne laissant que quelques survivants incapables de continuer l'évolution technologique brutalement stoppée et pour cause, les maîtres d’œuvres et les gardiens des connaissances n'ont pas été épargnés ou ont préféré prendre le large. Les humains qui ont survécu devaient être éparpillés aux quatre coins du globe. Il a fallu bon nombre d'années avant qu'ils se rassemblent et décident de tout recommencer. Peut-être, à Gobekli Tépé !
 
Nous nous trouvons alors avec une poignée d'érudits qui ont su se retrouver ou non, mais qui ont essayé de réunir leurs connaissances en gravant des pierres pour n'avoir plus que ces matériaux sous la main. Ces mêmes détenteurs des connaissances ont fini par retrouver des survivants revenus à un stade primaire c'est à dire redevenus de bons sauvages plus ou moins traumatisés dont certains devaient en avoir perdu leurs langues maternelles, leurs traditions et leurs cultures. Il n'est donc pas difficile d'imaginer qu'ils aient eu aussi des mœurs débridés et peu conventionnels comme ceux des Aztecs sanguinaires aux croyances ahurissantes.
C'est ce qui se passerait aujourd'hui, si nous devions être confrontés à un nouveau cataclysme. Sauf que nous perdrions bien plus de plumes et notre technologie ne pèserait pas lourd. Mais comme les anciens, nous avons protégé sous terre, toutes nos connaissances ainsi placées en lieu sûr pour les générations futurs.

LES PIERRES D'ICA ET LA SEXUALITÉ
Ceci pour dire, qu'en ce qui concerne les pierres d'Ica qui nous informent sur la sexualité, en apparence débridée, de ces humains archaïques ou redevenus sauvages. Les Sumériens semblent en avoir gardé le souvenir pour avoir écrit  sur leurs tablettes d'argiles '' Si un homme a des rapports sexuels avec une bête, il sera mis à mort et vous tuerez la bête . De même, si une femme s’accouple à une bête, vous tuerez la femme et la bête ; toutes deux seront mises à mort et elles porteront la responsabilité de leur châtiment''.
Si les Hébreux connaissaient ces tendances pour avoir séjourné en Mésopotamie et qu'ils ont maintenu ces interdictions, ce n’est pas sans raison.Il n'y a jamais de fumée sans feu ! De plus ces unions zoophiles ont dû produire de drôles de fruits qu'ils n'éliminaient pas obligatoirement ou ils s'en servaient pour des sacrifices.

Par ailleurs, les premiers hommes - au patrimoine génétique pur et sans soucis immunitaire - ignoraient le bien et le mal, au même titre que les animaux, ce qui pouvait faciliter le brassage des semences et la création d'embryons. Que cela fut fait par hasard ou volontairement, juste par curiosité ?. Rien est impossible, même si cela est sujet à caution. Aujourd'hui, on le voit chez certains humains déficients qui curieux n'hésitent pas à disséquer un animal ou des humains. Comme il existe également des humains zoophiles ou qui ont une sexualité déviante et non des moindres ainsi que des anthropophages, des pédophiles et des homosexuels : tout cela vient bien de quelque-part.
Je ne vois donc pas en quoi ces pierres érotico-pornographiques sont choquantes, si ce n'est pour des chercheurs et des personnes encore coincés entre la bible, la thora et le coran. Par ailleurs, il faut se méfier de ce que l'on voit. Le sens est certainement d'ordre spirituelle et non purement bestiale. Il y a tout de même, des milliers d'années qui nous séparent de nos ancêtres. Leur conception de la vie était sans aucun doute différente et peu compréhensible pour des personnes sensibles et incultes.

HACHE ET LONGUE VUE
Ces pierres nous racontent que des chasseurs se défendaient ou attaquaient des dinosaures à la hache, alors que par ailleurs des astronomes utilisaient une longue vue. En quoi cela est anachronique ?. 

Ce n'est pas parce que l'on sait faire un tube en fer en y plaçant une lentille que l'on sait obligatoirement créer un fusil à pompe ; surtout si l'on a pas encore inventé la propulsion ou la poudre à canon. Ces pierres concernent une longue période et différentes époques ou groupes ethniques. Le combat rapproché ou à corps à corps resta longtemps la seule façon de se mesurer à un adversaire afin de mieux connaître ses limites ou sa force. La civilisation Minoenne connaissait les baies vitrées, les baignoires,... bien avant toutes les civilisations réunies, sans connaître la poudre à canon, mais certainement le fil à couper le beurre !. Ceci pour dire que toutes les civilisations n'évoluent pas dans la même direction ni à la même vitesse et moins encore pour les mêmes raisons.

UN HOMME, UNE VIE, UNE PASSION
A l'instar de M. Emile Fradin pour Glozel, le Dr Cabrera a voué sa vie entière à son musée. Malgré toutes les entraves, les humiliations subies, les refus systématiques des archéologues de faire des fouilles, guère pressés de faire la lumière sur cette affaire, il a toujours accueilli avec une grande gentillesse tous les visiteurs qui se sont présentés à son musée et cela jusqu'à son décès en Décembre 2001, suite à un cancer. Sa famille a pris sa suite et le musée reste malgré tout ouvert, mais seulement sur rendez-vous.
En ce qui me concerne, je n'affirmerai donc pas que cela soit faux, car certains faits me permettent de croire qu'elles sont vrais . Une chose est certaine, ces pierres continueront à faire couler beaucoup de salive à défaut d'encre. Et ceci à chaque fois que la science fera un pas de plus.






La pierre d'Ica ci-dessous avec le soleil encadré de quatre piverts est un ensemble allégorique.
Ce symbole est utilisé par les Indiens des prairies et connu particulièrement par les Pawnees.

Le pivert détourne les désastres que sont les tempêtes et la foudre. C'est un symbole de sécurité et de protection assurant la perpétuation de l'espèce humaine. Symbole que l'on retrouve chez les Yoruba en Afrique de l'Ouest.